Perspectives économiques août 2023

Lisez la publication complète ci-dessous ou cliquez ici pour ouvrir le PDF.

À la une

  • Les réserves de gaz de l'UE bien remplies (à 88% de la capacité totale) ont fait baisser les prix du gaz à 26,8 EUR/MWh en juillet, soit 27% de moins qu'en juin et 87% de moins qu'il y a un an. Un mois plus tôt, les prix du gaz en Europe ont subi une pression à la hausse en raison d'une maintenance prolongée de l'infrastructure gazière norvégienne et de la fermeture permanente du champ gazier de Groningue. Ces derniers jours, les prix ont de nouveau dépassé les 40 EUR/MWh en raison de grèves potentielles dans les usines de GNL australiennes. Parallèlement, les prix du pétrole ont augmenté de 13,5% pour atteindre 85 USD le baril en juillet. La résilience de l'économie américaine et la vigueur de l'économie indienne ont stimulé la demande mondiale. Dans le même temps, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle prolongerait sa réduction de l'offre d'un million de barils et a laissé entendre qu'elle pourrait même accentuer les réductions de la production de pétrole à l'avenir. L'offre de pétrole du pays est désormais inférieure de 3 millions de barils à sa capacité maximale. Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont également légèrement augmenté en juillet (+1,2%). L'abandon par la Russie de l'accord sur les céréales de la mer Noire et le bombardement des infrastructures portuaires de l'Ukraine ont fait grimper les prix du blé et des huiles végétales. Dans le même temps, une nouvelle interdiction des exportations de riz indien a fait grimper les prix du riz sur les marchés mondiaux. Ces hausses ont été partiellement compensées par des baisses des prix du sucre et du maïs, qui ont bénéficié de bonnes récoltes.
  • Dans la zone euro, l'inflation est tombée à 5,3% en juillet, contre 5,5% en juin. Comme les mois précédents, cette baisse est due uniquement à la chute des prix de l'énergie et au ralentissement de l'inflation des prix des denrées alimentaires. L'inflation de base s'est stabilisée à 5,5%. Le ralentissement marqué de l'inflation des biens hors énergie (de 6,8% en février 2023 à 5,0% en juillet) est actuellement encore contrebalancé par la hausse de l'inflation des services (de 4,4% en janvier 2023 à 5,6% en juillet). Les effets de base pousseront presque certainement l'inflation à la baisse dans les mois à venir. Mais en raison de l'étroitesse persistante du marché du travail et du rattrapage (partiel) des salaires par rapport à l'inflation, l'inflation des services ne diminuera que très progressivement. C'est la principale raison pour laquelle l'inflation devrait rester encore longtemps nettement supérieure à l'objectif de 2% de la BCE. Pour la zone euro, nous prévoyons une inflation moyenne de 5,6% en 2023 et de 2,9% en 2024.
  • Aux États-Unis, l'inflation est passée de 3% à 3,2% en juillet, tandis que l'inflation de base a diminué de 4,8% à 4,7%. L'augmentation globale résulte d'effets de base, l'inflation mensuelle ayant été exceptionnellement faible en juillet 2022. Cette année, l'inflation a augmenté de 0,17% en glissement mensuel en juillet. L'inflation est principalement due aux prix des logements, qui ont augmenté de 0,44%. Les prix de l'alimentation et de l'énergie ont légèrement augmenté (de 0,2% et 0,1% respectivement). Les prix des biens ont diminué de 0,3%, grâce à la baisse des prix des voitures d'occasion et à la détente des chaînes d'approvisionnement mondiales. Les services (hors logement et énergie) n'ont augmenté que de 0,2%, malgré la persistance d'une forte pression salariale. Au cours des prochains mois, la hausse des prix des denrées alimentaires et de l'énergie devrait exercer une pression à la hausse sur l'inflation globale, tandis que l'inflation sous-jacente devrait continuer à diminuer grâce à la baisse des prix des voitures d'occasion et au ralentissement de l'inflation des logements (les indicateurs prospectifs pour ces deux éléments sont encourageants). Nous prévoyons maintenant que l'inflation américaine atteindra 3,9% en 2023 et 2,2% en 2024.
  • La Fed et la BCE sont toutes deux dans la phase finale de leur cycle de resserrement. À l'issue des réunions de politique monétaire de juillet, nous prévoyons toujours un dernier relèvement des taux par la BCE, tandis que la Fed a probablement déjà atteint son taux maximal. Les deux banques centrales devraient maintenir leurs taux à leurs niveaux maximums jusqu'en 2024. À mesure que l'inflation se normalise, en grande partie en raison des effets de base, nous prévoyons que le cycle de réduction des taux commencera pour la Fed au deuxième trimestre 2024, suivie par la BCE plus tard en 2024. La réduction des bilans de la Fed et de la BCE devrait se poursuivre. Pour l'instant, la BCE conserve ses outils pour stabiliser les marchés obligataires intra-UE (réinvestissements flexibles des actifs arrivant à échéance de son portefeuille PEPP et interventions potentielles via l'instrument de protection de la transmission). La plupart des rendements des obligations d'État à 10 ans sont actuellement proches de leurs sommets. L'assouplissement attendu dans le courant de l'année 2024 par la Fed et la BCE conduira à une inversion progressive des courbes de rendement actuellement fortement inversées, les taux à court terme diminuant davantage que les rendements obligataires à long terme.
  • Dans la zone euro, selon l'estimation préliminaire rapide d'Eurostat, le PIB en volume a augmenté de 0,3% en glissement trimestriel au deuxième trimestre 2023. Dans un contexte de perte de confiance au cours des derniers mois, ce résultat est meilleur que prévu. L'économie allemande a stagné. Bien qu'il n'y ait toujours aucun signe de reprise après les deux trimestres précédents de croissance négative, les chiffres historiques révisés suggèrent que la récession a été légèrement moins profonde qu'initialement estimé. Le resserrement de la politique monétaire, une politique budgétaire plus restrictive et le ralentissement imminent de l'économie américaine continueront à peser sur l'activité économique au second semestre 2023. Par conséquent, nous prévoyons que la croissance du PIB réel de la zone euro s'établira en moyenne à 0,6% en 2023. En 2024, le renforcement de la consommation privée et de l'investissement renforcera progressivement la croissance pour atteindre 0,9% en moyenne.
  • Aux États-Unis, l'économie a progressé de 0,6% en glissement trimestriel au deuxième trimestre, grâce à la vigueur de l'investissement fixe et à la résistance de la consommation, qui a rebondi en juin. Contrairement au trimestre précédent, les stocks ont augmenté tandis que les exportations nettes ont apporté une contribution négative. La productivité a rebondi au deuxième trimestre, augmentant de 0,9% en glissement trimestriel. À l'avenir, la croissance devrait ralentir de manière significative à partir du troisième trimestre. Le dernier rapport sur le marché du travail a donné un premier signe d'affaiblissement. Le nombre d'emplois non agricoles n'a augmenté que de 187 000 en juillet et 49 000 révisions à la baisse ont été effectuées pour les mois précédents. Le nombre moyen d'heures de travail est retombé à 34,3 heures par semaine, ce qui indique une accumulation accrue de main-d'œuvre. Les indicateurs prospectifs sont également préoccupants. Dans le secteur des services, les indicateurs du climat des affaires ont baissé de manière significative en juillet. Dans le secteur manufacturier, les indicateurs du climat des affaires se sont redressés, mais sont restés en territoire de récession. Les indicateurs de confiance des consommateurs se sont également redressés, mais à des niveaux encore bas. Les enquêtes menées auprès des responsables des prêts ont également indiqué un nouveau resserrement des conditions de prêt. En outre, la consommation pourrait s'affaiblir d'ici la fin de l'année, étant donné que les réserves d'épargne excédentaires constituées pendant la pandémie sont épuisées et que les remboursements des prêts étudiants reprendront en octobre. Bien que nous prévoyions toujours une forte croissance de 1,8% en 2023, nous prévoyons un ralentissement de la croissance à 0,6% en 2024.
  • En Chine, l'économie a connu une croissance relativement faible (pour la Chine) de 0,8% au deuxième trimestre 2023. Conjugué à la faiblesse des indicateurs avancés au début du troisième trimestre, ce chiffre confirme l'image d'une reprise post-covid faible et de courte durée, avec une croissance inférieure au potentiel. Par conséquent, le gouvernement est de plus en plus pressé de relancer l'économie. Lors de sa réunion trimestrielle de juillet, le gouvernement a indiqué sa volonté de fournir un soutien supplémentaire à la croissance, mais peu de détails ont été donnés sur la nature de ce soutien. Contrairement aux décennies précédentes, les mesures de politique monétaire et fiscale ont été remarquablement fragmentaires et ciblées au cours des derniers mois. L'approche prudente du gouvernement est logique, car ouvrir les vannes de la politique monétaire maintenant pourrait avoir des coûts importants pour l'économie. Du côté de la politique monétaire, il y a le problème des différentiels de taux d'intérêt avec les autres grandes économies (qui sont dans un cycle de resserrement) et son effet sur l'investissement international en Chine. Un assouplissement significatif de la politique monétaire exercerait probablement une pression supplémentaire sur la monnaie. En outre, en raison des préoccupations croissantes concernant la dette des gouvernements locaux et la crise immobilière, il est également difficile d'appliquer les interventions politiques habituelles sur le plan fiscal. Nous supposons donc que le gouvernement stimulera l'économie, mais que les mesures ne seront pas de la même ampleur que par le passé. Ces éléments, combinés au deuxième trimestre décevant et à la faiblesse persistante des indicateurs avancés, nous ont amenés à réviser nos prévisions de croissance du PIB à la baisse, à 5,1% pour 2023 et à 4,5% pour 2024.
  • En Belgique, la croissance trimestrielle du PIB a ralenti à 0,2% au deuxième trimestre 2023, contre 0,4% au premier, selon l'estimation rapide. La valeur ajoutée a de nouveau baissé dans l'industrie (-1,0%), mais a augmenté dans les services (+0,5%) et la construction (+0,1%). Le chiffre moins optimiste de la croissance est conforme à l'évolution récente de la confiance des entreprises, qui a chuté pour le quatrième mois consécutif en juillet. Suite au retournement du sentiment et à la faiblesse du climat industriel, nous prévoyons un nouveau ralentissement de la croissance trimestrielle aux troisième et quatrième trimestres, à seulement 0,1%, ce qui se traduira par un taux de croissance de 0,9% pour l'ensemble de l'année 2023. L'inflation belge basée sur l'IPCH est restée stable à 1,6% en juillet, le chiffre le plus bas de l'UE. L'inflation de base (hors énergie et alimentation) a baissé de 6,5% à 6,1%, ce qui reste bien supérieur à la moyenne de l'UE. Les effets de base pousseront l'inflation globale à la baisse dans les mois à venir. Après le déclin rapide tout au long de 2023, nous prévoyons que l'inflation belge reprendra temporairement au premier semestre 2024, lorsque l'inflation énergétique redeviendra positive en raison de l'impact technique de l'annulation des mesures de soutien à l'énergie et de la diminution des effets de base.
  • Dans la région des PECO, la Banque nationale tchèque (BNC) a laissé les taux d'intérêt inchangés, mais a surpris une grande partie du marché en mettant officiellement fin au régime d'intervention annoncé en mai 2022. La couronne s'est d'abord affaiblie de plus de 1% par rapport à l'euro en réaction à cette annonce. Bien que la paire de devises puisse se stabiliser après des pertes à court terme, la décision de la CNB de supprimer la "garantie" rendra la couronne plus vulnérable à tout choc étranger et à la dynamique des monnaies voisines d'Europe centrale à l'avenir. Les nouvelles prévisions de la CNB ont également entraîné une révision à la baisse des perspectives de PIB et d'inflation, non seulement pour 2023 mais aussi pour 2024. Dans le scénario de base, la CNB prévoit maintenant des taux de croissance similaires aux nôtres, mais une inflation beaucoup plus faible en 2024 (2,1% contre notre estimation de 2,6%). La perspective à moyen terme relativement optimiste pour l'inflation est probablement la raison pour laquelle le Conseil considère maintenant que les risques qui pèsent sur la prévision sont clairement "pro-inflation".
  • Contrairement à la CNB, la banque centrale hongroise (MNB) a réduit le taux de prêt garanti de 100 points de base à 17,5%, mais a laissé le taux de dépôt et le taux de base inchangés. La MNB prévoit un ralentissement de l'économie de 0 à 1,5% cette année (nous prévoyons 0%), car la baisse des salaires réels et l'augmentation des coûts des entreprises entravent la croissance. En 2024, la MNB prévoit une accélération de la croissance à 3,5-4,5% (nous prévoyons 3,7%). La banque centrale s'attend à ce que l'inflation continue de diminuer rapidement en raison d'une politique monétaire stricte, de la chute des prix mondiaux des matières premières et de la baisse de la consommation intérieure. Elle prévoit un IPC annuel de 16,5-18,5% pour 2023 (nous prévoyons 17,4%) et de 3,5-5,5% pour 2024 (nous prévoyons 6%).

Mise à jour économique des pays et régions

Belgique

Europe centrale et orientale

Irlande

Les prévisions les plus récentes

 

Croissance du PIB réel (moyenne de la période, chiffres annuels calculés sur des chiffres trimestriels, en %)

Inflation (moyenne de la période, en %)

  2023 2024 2025 2023 2024 2025
Zone euro Zone euro 0,5 0,7 1,3 5,4 2,5 2,0
Allemagne 0,0 0,2 1,3 6,1 2,5 2,3
France 0,9 0,9 1,2 5,7 2,7 2,0
Italie 1,0 0,9 0,9 5,9 2,0 1,8
Espagne 2,5 2,3 2,0 3,4 3,2 2,5
Pays-Bas 0,2 0,6 1,2 4,1 2,8 2,0
Belgique 1,4 1,2 1,2 2,3 3,8 2,1
Irlande -3,2 2,8 3,5 5,2 2,0 1,8
Slovaquie 1,6 2,3 3,1 11,0 3,0 4,0
Europe centrale
et orientale
Tchéquie -0,2 1,6 3,1 12,1 2,5 2,6
Hongrie -0,7 2,3 3,6 17,0 4,3 4,0
Bulgarie 1,9 2,3 3,0 8,6 4,0 3,0
Pologne 0,1 3,0 3,8 10,9 4,7 3,3
Roumanie 2,1 3,2 3,0 9,7 6,5 5,0
Reste de l'Europe Royaume-Uni 0,1 0,5 1,1 7,1 2,5 2,2
Suède 0,0 0,3 2,1 5,9 3,1 1,6
Norvège 1,1 0,6 1,3 5,7 3,4 2,3
Suisse 0,8 1,2 1,6 2,1 1,3 1,1
Marchés émergents Chine 5,2 5,1 4,0 0,3 0,6 2,0
Inde* 7,7 6,3 6,3 5,4 4,3 4,6
Afrique du Sud 0,6 1,0 1,6 6,1 4,9 4,7
Russie Temporairement aucune prévision
Turquie 4,5 2,5 3,1 53,9 55,4 28,1
Brésil 2,9 2,0 2,0 4,6 3,9 3,5
Autres économies
développées
États-Unis 2,5 2,3 1,8 4,1 3,3 2,5
Japon  1,9 0,5 1,2 3,3 2,5 1,9
Australie 2,1 1,4 2,2 5,6 3,3 2,8
Nouvelle-Zélande 0,6 0,8 2,2 5,7 3,2 2,2
Canada 1,1 1,1 1,8 3,6 2,5 2,1
* année budgétaire d'avril à mars         22/5/2024

Taux directeurs (fin de période, en %)

    22/5/2024 Q2 2024 Q3 2024 Q4 2024 Q1 2025
Zone euro Zone euro (refi) 4,50 4,25 3,65 3,40 3,15
Zone euro (dépo) 4,00 3,75 3,50 3,25 3,00
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 5,25 5,00 4,50 4,00 3,50
Hongrie (base rate) 7,25 6,75 6,50 6,25 6,00
Bulgarie -        
Pologne 5,75 5,75 5,75 5,50 5,00
Roumanie 7,00 6,75 6,75 6,50 6,50
Reste de l'Europe Royaume-Uni 5,25 5,00 4,75 4,50 4,25
Suède 3,75 3,75 3,50 3,25 3,00
Norvège 4,50 4,50 4,25 4,00 3,75
Suisse 1,50 1,25 1,25 1,00 1,00
Marchés émergents Chine 2,50 2,50 2,40 2,30 2,30
Inde 6,50 6,50 6,25 6,00 5,75
Afrique du Sud 8,25 8,25 8,00 7,75 7,50
Russie Temporairement aucune prévision
Turquie 50,00 50,00 50,00 47,50 40,00
Brésil 10,50 10,50 10,25 10,00 10,00
Autres économies
développées
États-Unis (milieu de la fourchette) 5,375 5,375 5,125 4,875 4,625
Japon  0,10 0,10 0,25 0,25 0,25
Australie 4,35 4,35 4,35 4,10 3,85
Nouvelle-Zélande 5,50 5,50 5,50 5,25 5,00
Canada 5,00 5,00 4,75 4,50 4,25

Taux d'intérêt des emprunts d'État à dix ans (fin de période, en %)

    22/5/2024 Q2 2024 Q3 2024 Q4 2024 Q1 2025
Zone euro  Allemagne 2,55 2,45 2,40 2,35 2,30
France 3,04 2,98 3,02 3,05 3,00
Italie 3,84 3,87 4,11 4,35 4,30
Espagne 3,31 3,29 3,42 3,55 3,50
Pays-Bas 2,84 2,76 2,76 2,75 2,70
Belgique 3,09 3,03 3,09 3,15 3,10
Irlande 2,94 2,86 2,86 2,85 2,80
Slovaquie 3,56 3,58 3,71 3,85 3,80
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 4,19 4,10 4,10 4,00 4,00
Hongrie 6,73 6,70 6,50 6,20 6,10
Bulgarie* 3,90 3,89 3,92 3,95 3,90
Pologne 5,67 5,50 5,10 5,00 4,80
Roumanie 6,78 7,30 7,60 8,00 8,15
Reste de l'Europe Royaume-Uni 4,14 4,10 4,05 4,00 3,95
Suède 2,36 2,30 2,25 2,20 2,15
Norvège 3,75 3,65 3,60 3,55 3,50
Suisse 0,77 0,70 0,65 0,60 0,55
Marchés émergents Chine 2,31 2,35 2,30 2,25 2,30
Inde 7,04 7,20 7,10 7,00 7,00
Afrique du Sud 10,27 10,50 10,35 10,25 10,25
Russie 14,15 Temporairement aucune prévision
Turquie 25,70 27,00 27,00 25,00 24,00
Brésil 11,68 11,65 11,50 11,40 11,40
Autres économies développées États-Unis 4,44 4,50 4,35 4,25 4,25
Japon  1,01 1,00 1,10 1,25 1,25
Australie 4,29 4,40 4,25 4,15 4,15
Nouvelle-Zélande 4,72 4,80 4,65 4,55 4,55
Canada 3,58 3,60 3,45 3,35 3,35
*Attention: marché très illiquide

Taux de change (fin de période)

  22/5/2024 Q2 2024 Q3 2024 Q4 2024 Q1 2025
USD par EUR 1,09 1,08 1,08 1,09 1,10
CZK par EUR 24,72 24,90 24,80 24,70 24,40
HUF par EUR 385 390 395 398 400
PLN par EUR 4,25 4,30 4,29 4,28 4,27
BGN par EUR 1,96 1,96 1,96 1,96 1,96
RON par EUR 4,97 5,05 5,10 5,20 5,25
GBP par EUR 0,85 0,87 0,88 0,89 0,90
SEK par EUR 11,61 11,65 11,60 11,50 11,40
NOK par EUR 11,59 11,60 11,55 11,45 11,25
CHF par EUR 0,99 0,98 0,99 1,00 1,00
BRL par USD 5,12 5,14 5,14 5,12 5,10
INR par USD 83,24 83,72 83,72 83,33 82,96
ZAR par USD 18,09 18,27 18,27 18,19 18,10
RUB par USD 89,86 Temporairement aucune prévision
TRY par USD 32,20 33,57 35,38 37,01 38,50
RMB par USD 7,24 7,24 7,27 7,30 7,30
JPY par USD 156,42 154,00 152,00 148,00 145,00
USD par AUD 0,67 0,67 0,67 0,68 0,69
USD par NZD 0,61 0,61 0,61 0,62 0,63
CAD par USD 1,36 1,36 1,36 1,35 1,33

D'autres prédictions peuvent être trouvées ici.

Disclaimer:

Cette publication a été réalisée par les économistes du groupe KBC. Toutes les avis repris dans cette publication reflètent l'opinion personnelle du ou des auteurs à la date mentionnée et sont sujets à modification sans notification préalable.
KBC Groupe SA ne donne aucune garantie sur la mesure dans laquelle les scénarios, les risques et les pronostics présentés reflètent les prévisions du marché et seront corroborés par la réalité. Toutes les prévisions sont fournies à titre purement indicatif. La durabilité fait partie de la stratégie commerciale globale de KBC Group NV (voir https://www.kbc.com/fr/durabilite-de-l-entreprise.html). Nous tenons compte de cette stratégie dans le choix des sujets de nos publications, mais une analyse approfondie de l'évolution économique et financière nécessite d'aborder une plus grande variété de sujets.
Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Les informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et réglementation sur les marchés d'instruments financiers.
Sous réserve d'autorisation expresse, écrite et préalable de KBC Groupe SA, toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit.
KBC Groupe SA ne peut pas être tenue responsable de l'exactitude ou de l'exhaustivité des informations ou de dommages directs ou indirects découlant de l'utilisation du présent document.

Tous les cours/prix, statistiques et graphiques historiques sont à jour jusqu'au 9 août 2023, sauf indication contraire. Les positions et prévisions fournies sont celles du 9 août 2023.

Articles connexes

Cours EUR/GBP sur une corde raide

Cours EUR/GBP sur une corde raide

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

Premier abaissement de la BCE. Et après ?

Premier abaissement de la BCE. Et après ?

La Banque du Canada déroule le tapis rouge

La Banque du Canada déroule le tapis rouge