Perspectives économiques août 2022

Table des matières

  • À la une
  • Les prévisions les plus récentes

Lisez la publication complète ci-dessous ou cliquez ici pour ouvrir le PDF.

À la une

 

  • Au niveau mondial, l'inflation élevée et persistante reste un problème de premier ordre. Dans la zone euro, l'inflation a augmenté à 8,9% en juillet et l'inflation de base à 4%, ce qui suggère un élargissement des pressions inflationnistes. Aux États-Unis, l'inflation globale a légèrement diminué à 8,5% en juillet (contre 9,1 % en juin), tandis que l'inflation sous-jacente est restée élevée à 5,9%. Pour 2022, nous prévoyons une inflation annuelle moyenne de 7,5% dans la zone euro et de 8 % aux États-Unis. Le resserrement de la politique monétaire et la baisse de la demande (en plus d'une stabilisation ou d'une baisse des prix de l'énergie) devraient ramener l'inflation moyenne à 4,3% dans la zone euro et 3,1% aux États-Unis, respectivement, en 2023.
  • L'inflation tenace a incité les banques centrales à accélérer le resserrement de leur politique monétaire. La BCE a relevé tous ses taux de 50 points de base en juillet, ce qui était plus qu'annoncé. Nous pensons que la BCE va poursuivre la normalisation de sa politique et ramener le taux directeur au niveau neutre de 2,50%. Le nouvel instrument de protection des transmissions (IPT) et la flexibilité du réinvestissement des obligations d'État arrivant à échéance dans le portefeuille PEPP devraient empêcher les écarts de taux d'intérêt au sein de la zone euro de devenir incontrôlables. Les États membres doivent toutefois satisfaire à quatre critères économiques et budgétaires pour bénéficier du bouclier IPT. Entre-temps, la Fed a relevé ses taux d'intérêt de 75 points de base en juillet. Cela rapproche déjà le taux directeur américain de son niveau neutre. Nous pensons que cette hausse n'est pas encore suffisante pour maîtriser l'inflation américaine, et nous prévoyons que le taux des fonds fédéraux atteindra un pic de 3,75% à 4% au premier trimestre 2023.
  • L'inflation élevée et le resserrement de la politique monétaire n'épargneront pas non plus nos perspectives de croissance. En outre, la Russie continue d'avoir une emprise sur les perspectives économiques, en particulier pour les économies européennes. Fin juillet, la Russie a réduit l'approvisionnement en gaz par son gazoduc critique Nord Stream 1 à 20% de sa capacité totale. Cela oblige les économies européennes à réduire leur dépendance au gaz russe à court terme. Pour éviter une pénurie d'énergie critique et prolongée en hiver, l'UE doit chercher des substituts aux importations et économiser sur la consommation de gaz.
  • Au deuxième trimestre, la croissance du PIB réel de la zone euro est restée supérieure aux attentes (0,7% par rapport au trimestre précédent), grâce aux fortes contributions du secteur des services (et du tourisme en particulier). Cependant, les indicateurs avancés ne sont pas de bon augure. La confiance des directeurs d'achat, telle qu'enregistrée dans le PMI, est passée en juillet sous le seuil de contraction de 50. La confiance des consommateurs s'est approchée de son plus bas niveau historique. Pour l'instant, notre scénario suppose que l'Europe parviendra à éviter les pénuries critiques d'énergie, mais il est clair qu'une inflation élevée, une forte incertitude et un resserrement de la politique monétaire pousseront l'économie vers la stagflation au cours des prochains trimestres. En outre, les risques pesant sur les perspectives de croissance sont fortement orientés à la baisse. En cas de pénurie énergétique critique et prolongée, on peut s'attendre à une forte récession.
  • Pendant ce temps, aux États-Unis, le PIB réel a reculé pour le deuxième trimestre consécutif (0,2% en glissement trimestriel), principalement en raison de la baisse des stocks.  La hausse des taux d'intérêt a déjà un impact sur les taux de croissance dans ce pays. Toutes les dépenses sensibles aux taux d'intérêt - ventes de logements, achats de biens de consommation durables et investissements des entreprises en équipements et bâtiments - se sont contractées au cours du dernier trimestre. Les indicateurs avancés sont également préoccupants. L'indicateur de confiance des directeurs d'achat (Markit PMI) a continué de chuter pour atteindre 52 en juillet, tandis que la confiance des consommateurs s'est également fortement détériorée. Nous prévoyons une croissance du PIB réel des États-Unis de 1,5% en 2022 et de 0,8% en 2023.
  • En Chine, la croissance du PIB réel au deuxième trimestre a été encore plus faible que prévu. L'économie n'a progressé que de 0,4% par rapport à l'année précédente, ce qui implique une contraction de 2,6% en glissement trimestriel. Les autorités se sont éloignées de l'objectif désormais irréalisable d'une croissance de 5,5% pour 2022, ce qui laisse penser que des mesures de relance vigoureuses ne sont pas à l'ordre du jour.  Bien qu'une reprise au second semestre soit toujours attendue, les risques de baisse de ce scénario augmentent compte tenu de la politique de zéro-covid en cours en Chine et des problèmes persistants dans le secteur de l'immobilier.

 

Mise à jour économique des pays et régions

Belgique

Europe centrale et orientale

Irlande

Les prévisions les plus récentes

 

Croissance du PIB réel (moyenne de la période, chiffres annuels calculés sur des chiffres trimestriels, en %)

Inflation (moyenne de la période, en %)

  2021 2022 2023 2021 2022 2023
Zone euro Zone euro 5,2 2,9 0,3 2,6 7,8 4,6
Allemagne 2,6 1,4 0,0 3,2 7,8 5,3
France 6,8 2,3 0,2 2,1 5,7 4,1
Italie 6,6 3,1 0,1 1,9 7,9 3,8
Espagne 5,1 4,7 2,0 3,0 9,4 4,7
Pays-Bas 4,9 4,6 0,7 2,8 10,5 5,0
Belgique 6,2 2,3 0,2 3,2 9,3 4,2
Irlande 13,5 6,0 3,6 2,4 7,5 4,5
Slovaquie 3,0 1,4 1,1 2,8 11,5 10,5
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 3,5 2,1 0,9 3,6 14,3 6,6
Hongrie 7,1 5,7 0,8 5,2 13,9 13,5
Bulgarie 3,9 2,8 1,6 2,9 13,0 6,8
Pologne 5,8 3,1 2,5 5,2 12,4 9,6
Roumanie 5,9 5,5 4,0 4,1 12,0 9,0
Reste de l'Europe Royaume-Uni 7,4 3,4 0,1 2,9 9,1 6,7
Suède 4,8 2,3 1,3 2,7 7,2 4,6
Norvège 4,2 3,1 2,1 3,9 5,1 3,1
Suisse 4,2 2,5 1,2 0,6 2,7 1,6
Marchés émergents Chine 8,1 3,0 5,2 0,9 2,1 2,3
Inde* 8,7 6,5 5,5 5,5 6,2 4,0
Afrique du Sud 4,9 1,8 1,4 4,8 6,8 5,3
Russie Temporairement aucune prévision
Turquie 11,4 3,7 2,3 19,6 71,3 35,8
Brésil 4,6 2,5 0,9 8,7 9,6 5,0
Autres économies
développées
États-Unis 5,7 1,7 1,0 4,7 7,9 3,1
Japon  1,7 1,4 1,6 -0,2 2,0 1,4
Australie 4,9 4,0 2,4 2,8 6,1 4,0
Nouvelle-Zélande 5,1 2,3 2,3 3,9 6,0 2,8
Canada 4,5 3,5 1,5 3,6 7,0 3,5
* année budgétaire d'avril à mars         13/9/2022

Taux directeurs (fin de période, en %)

    13/9/2022 Q3 2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023
Zone euro Zone euro (refi) 1,25 1,25 2,50 2,75 2,75
Zone euro (dépo) 0,75 0,75 2,25 2,50 2,50
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 7,00 7,00 7,00 7,00 7,00
Hongrie (BUBOR 3M) 12,85 13,25 14,00 14,00 12,50
Bulgarie -        
Pologne 6,75 6,75 7,25 7,25 7,25
Roumanie 5,50 5,50 5,50 5,50 5,50
Reste de l'Europe Royaume-Uni 1,75 2,50 3,50 4,25 4,50
Suède 0,75 1,50 2,25 2,50 2,50
Norvège 1,75 2,25 2,75 3,00 3,25
Suisse -0,25 0,25 0,75 1,00 1,00
Marchés émergents Chine 2,75 2,75 2,65 2,65 2,65
Inde 5,40 5,40 5,65 5,90 5,90
Afrique du Sud 5,50 6,25 6,50 6,75 7,00
Russie Temporairement aucune prévision
Turquie 13,00 13,00 13,00 13,00 13,00
Brésil 13,75 14,00 14,00 14,00 13,75
Autres économies
développées
États-Unis (milieu de la fourchette) 2,38 3,13 4,13 4,38 4,38
Japon  -0,10 -0,10 -0,10 -0,10 -0,10
Australie 2,35 2,35 3,50 3,75 3,75
Nouvelle-Zélande 3,00 3,00 4,00 4,25 4,25
Canada 3,25 3,25 3,75 4,00 4,00

Taux d'intérêt des emprunts d'État à dix ans (fin de période, en %)

    13/9/2022 Q3 2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023
Zone euro  Allemagne 1,65 2,00 2,50 2,70 2,70
France 2,23 2,60 3,10 3,35 3,35
Italie 3,95 4,50 5,25 5,70 5,70
Espagne 2,81 3,10 3,60 3,85 3,85
Pays-Bas 1,95 2,35 2,85 3,10 3,10
Belgique 2,30 2,60 3,10 3,35 3,35
Irlande 2,25 2,70 3,20 3,45 3,45
Slovaquie 2,78 2,75 3,25 3,50 3,50
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 4,46 4,78 4,67 4,58 4,48
Hongrie 9,25 9,00 8,50 7,50 7,00
Bulgarie 3,00 2,90 3,40 3,65 3,65
Pologne 5,90 6,50 6,80 6,20 5,80
Roumanie 8,15 9,10 9,20 9,30 9,40
Reste de l'Europe Royaume-Uni 3,10 3,40 3,90 4,10 4,10
Suède 1,97 2,30 2,80 3,00 3,00
Norvège 3,27 3,75 4,25 4,45 4,45
Suisse 0,99 1,35 1,85 2,05 2,05
Marchés émergents Chine 2,65 3,10 3,35 3,50 3,50
Inde 7,13 7,70 8,00 8,20 8,20
Afrique du Sud 10,19 10,80 11,10 11,30 11,30
Russie 9,42 Temporairement aucune prévision
Turquie 11,11 12,00 13,00 14,00 15,00
Brésil 11,70 12,80 13,10 13,30 13,30
Autres économies développées États-Unis 3,33 3,80 4,10 4,30 4,30
Japon  0,24 0,25 0,25 0,25 0,25
Australie 3,59 4,10 4,40 4,60 4,60
Nouvelle-Zélande 3,91 4,45 4,75 4,95 4,95
Canada 3,14 3,65 3,95 4,15 4,15

Taux de change (fin de période)

  13/9/2022 Q3 2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023
USD par EUR 1,01 0,95 0,95 0,98 1,00
CZK par EUR 24,52 24,70 24,70 25,50 25,40
HUF par EUR 396,44 400,00 390,00 385,00 375,00
PLN par EUR 4,69 4,75 4,70 4,68 4,60
BGN par EUR 1,96 1,96 1,96 1,96 1,96
RON par EUR 4,91 4,95 4,95 4,95 4,95
GBP par EUR 0,87 0,87 0,87 0,89 0,90
SEK par EUR 10,61 10,60 10,50 10,30 10,30
NOK par EUR 9,97 10,00 9,90 9,85 9,80
CHF par EUR 0,96 0,96 0,95 0,95 0,95
BRL par USD 5,09 5,35 5,35 5,35 5,35
INR par USD 79,02 79,50 79,50 79,50 79,50
ZAR par USD 17,08 17,00 17,00 16,75 16,75
RUB par USD 60,35 Temporairement aucune prévision
TRY par USD 18,23 20,00 22,00 24,00 26,00
RMB par USD 6,92 6,95 7,00 7,00 7,00
JPY par USD 142,19 143,00 145,00 148,00 148,00
USD par AUD 0,69 0,66 0,66 0,68 0,70
USD par NZD 0,61 0,60 0,60 0,62 0,65
CAD par USD 1,30 1,28 1,26 1,25 1,24

D'autres prédictions peuvent être trouvées ici.

Disclaimer:

Cette publication a été réalisée par les économistes du groupe KBC. Toutes les avis repris dans cette publication reflètent l'opinion personnelle du ou des auteurs à la date mentionnée et sont sujets à modification sans notification préalable.
KBC Groupe SA ne donne aucune garantie sur la mesure dans laquelle les scénarios, les risques et les pronostics présentés reflètent les prévisions du marché et seront corroborés par la réalité. Toutes les prévisions sont fournies à titre purement indicatif. La durabilité fait partie de la stratégie commerciale globale de KBC Group NV (voir https://www.kbc.com/fr/durabilite-de-l-entreprise.html). Nous tenons compte de cette stratégie dans le choix des sujets de nos publications, mais une analyse approfondie de l'évolution économique et financière nécessite d'aborder une plus grande variété de sujets.
Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Les informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et réglementation sur les marchés d'instruments financiers.
Sous réserve d'autorisation expresse, écrite et préalable de KBC Groupe SA, toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit.
KBC Groupe SA ne peut pas être tenue responsable de l'exactitude ou de l'exhaustivité des informations ou de dommages directs ou indirects découlant de l'utilisation du présent document.

Tous les cours/prix historiques, statistiques et graphiques sont à jour, jusqu'au 10 août 2022 inclus, sauf indication contraire. Les positions et prévisions fournies sont celles du 10 août 2022.

Articles connexes

De l'intérêt de laisser des portes ouvertes...

De l'intérêt de laisser des portes ouvertes...

Intervention d'urgence de la Banque

Intervention d'urgence de la Banque

La banque centrale japonaise continue à faire bande à part

La banque centrale japonaise continue à faire bande à part

Un bilan intermédiaire

Un bilan intermédiaire