La RBNZ continue à naviguer à contre-courant

Marktrapport

Sur le marché mondial des taux, le débat se déporte de plus en plus vers le moment où les banques centrales pourront commencer à abaisser les taux l’année prochaine. Les marchés s’attendent à ce qu’un net ralentissement de la croissance et le resserrement monétaire déjà mis en œuvre atténuent la pression sur les prix. Malgré la forte correction des taux, la Fed et la BCE font preuve de patience et réagissent de façon moins agressive.

Dans ce contexte, la Banque de réserve de Nouvelle-Zélande (RBNZ) navigue clairement à contre-courant ce matin. Depuis l’été 2021 (0,25%), elle mène une campagne de resserrement déterminée qui a porté le taux directeur à 5,50% au mois de mai. Et puis, brièvement effarouchée, la RBNZ avait annoncé qu’elle en resterait là. Le ton avait déjà légèrement changé lors de la mise à jour économique du mois d’août: finalement, le taux devrait quand même rester élevé pendant plus longtemps… Six mois après le début de la pause, le débat est relancé: il porte non pas sur l’opportunité d’abaisser les taux, mais bien sur un nouveau relèvement éventuel au début de l’année prochaine.

Que se passe-t-il? Il est vrai que la croissance néo-zélandaise a ralenti, mais avec un rebond de 0,9% en glissement trimestriel au T2, cela reste un refroidissement beaucoup plus modéré que ce à quoi la RBNZ s’attendait au début de l’année. L’inflation générale et l’inflation des biens négociables (prix fixés à l’international) sont respectivement tombées à 5,6% en glissement annuel et 4,7% en glissement annuel (T3). En revanche, l’inflation des ‘non-tradables’, qui est surtout déterminée au niveau domestique, diminue très (TROP) lentement (6,3%). À cet égard, la migration joue un rôle important. L’accélération de la croissance démographique contribue à une augmentation de l’offre de travail et tempère la pression sur le marché du travail, qui reste serré. En même temps, cette même dynamique soutient la demande. La pression sur le marché immobilier est particulièrement forte. Les loyers et les autres prix liés au logement et à la construction continuent à augmenter, ce qui enraye la baisse de l’inflation générale. De même, la politique fiscale demeure réflationniste.

Ainsi, après un ajustement haussier plutôt discret en août, la RBNZ joue désormais franc jeu. Elle envisageait un relèvement, mais celui-ci n’a finalement pas (encore) été retenu. Si l’inflation de base ne diminue pas comme prévu, il faudra bien en passer par là. Le mantra ‘higher for longer’ est donc de retour (avait-il jamais disparu?). En mai, la RBNZ espérait pouvoir procéder à un premier abaissement des taux au deuxième semestre 2024. Maintenant, elle ne l’envisage pas avant le S1 2025 (et peut-être à partir d’un niveau plus élevé qu’anticipé: le T1 2025 est attendu à 5,6%). Outre les facteurs cycliques, la RBNZ prévoit un cadre structurellement différent pour la politique monétaire. Elle a relevé le taux directeur neutre attendu de 2,25% à 2,5%.

Quant au marché, il se montre plutôt réticent à croire la RBNZ. Bien que le taux swap à 2 ans ait augmenté de 10 pb, cela s’inscrit dans le contexte de la forte baisse des taux intervenue aux États-Unis hier. Le dollar kiwi a grimpé à 0,62 NZD/USD, mais ne pourra pas s’accrocher à ces gains, notamment parce que le dollar regagne du terrain ce matin. Aussi, nonobstant un soutien des taux solide (actuel et à venir) vis-à-vis du dollar et de l’euro, le NZD a des faiblesses, comme un déficit élevé de la balance courante (-8,1% du PIB). Dans un contexte d’aversion au risque, c’est un facteur important. Nous nous attendons cependant à ce que le plancher du dollar kiwi tienne bon. Le tableau technique de la paire NZD/USD s’est amélioré après la rupture au-dessus de 0,6050 (voir graphique). La devise néo-zélandaise a désormais de meilleurs atouts dans sa manche que sa voisine australienne.
 

NZD/USD: les prévisions de taux de la RBNZ pourraient continuer à soutenir le dollar kiwi   

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

Wat met bevroren Russische FX-reserves?

Wat met bevroren Russische FX-reserves?

Europa kruipt uit het dal, met Duits blok aan het been

Europa kruipt uit het dal, met Duits blok aan het been

Niet eerlijk?!

Niet eerlijk?!

Riksbank op weg naar de eerste renteknip?

Riksbank op weg naar de eerste renteknip?