La Riksbank ne soutient plus la couronnne que par la parole

Marktrapport

Voici la traduction d'un court extrait du communiqué de presse qu'a publié la Riksbank suédoise (RB)  hier après sa décision de taux. « L’inflation demeure trop élevée et il y a toujours des risques qu'elle ne diminue pas assez rapidement à l’avenir. Les prix des services augmentent rapidement et contribuent largement à l’inflation générale. De plus, la faiblesse de la couronne reste inacceptable. Elle maintient la tension sur les prix des marchandises. »

 Mettez-vous un moment à la place d'un membre du comité de politique. Que feriez-vous ? Les analystes hésitaient entre un statu quo ou un relèvement de 25 points de base. Verdict ? La RB a décidé de laisser son taux inchangé à 4,0 %. Mais en ajoutant tout de même une  sérieuse mise en garde. La politique doit rester restrictive et la banque sera prête à relever les taux en cas de détérioration des perspectives d'inflation. Plus encore, elle étudie la possibilité d'une réduction accélérée de son portefeuille obligataire. Rendez-vous est donné à la réunion de janvier. Voilà le marché prévenu!

Penchons-nous tout d'abord sur cette fameuse inflation. L’inflation CPIF que la RB suit particulièrement de près est passée de 4,0 % à 4,2 % en octobre.L’inflation sous-jacente (hors énergie) a en revanche ralenti, de 6,9 % à 6,1 %. Nous sommes donc encore loin de l'objectif de 2 %. La banque centrale se réjouit de voir l’inflation s'essouffler. Les relèvements de taux, qui sont passés au total de 0,0 % à 4,0 %, ont pour effet de freiner fortement la demande. À cet égard, la RB s’attend à une contraction de 0,7 % cette année et de 0,2 % l’année prochaine. Cette contraction se répercute sur le marché du travail. Le chômage a déjà atteint 7,7 % cette année et pourrait encore grimper à 8,6 % l’année prochaine. Dans ce contexte, la Riksbank s'attend à ce que l'inflation CPIF tombe à 6,0 % cette année et à 2,3 % l’année prochaine, avant de passer sous l’objectif de 2,0 % en 2025.

La fonction de réaction de la Riksbank nous fait penser à celle de la Banque d’Angleterre. Si la stabilité des prix reste le mandat numéro un de la banque, la croissance prend tout de même de plus en plus d'importance. La faiblesse de celle-ci pousse surtout le comité de politique à gagner du temps, en maintenant la porte ouverte à un nouveau resserrement dans l’espoir que cela ne soit finalement pas nécessaire. L'accélération de la réduction de la taille du portefeuille obligataire s'inscrit également dans le cadre de cette tactique. La dette élevée des ménages et les possibles conséquences sur la stabilité financière des tensions sur le marché immobilier poussent également la banque centrale à resserrer ses taux le moins possible, même si son président, Erik Thedéen a formellement démenti cela. 

Le marché (des taux) a tiré ses conclusions. Il n'y aura plus de relèvements de taux. Même la volonté affichée de RB de maintenir le taux à au moins 4 % jusqu’au premier semestre de 2025 est fortement remise en cause. Le marché envisage déjà un possible premier abaissement des taux dès l’été de l’année prochaine. La couronne, qui avait encore atteint un plancher historique juste en dessous de EUR/SEK 12 en septembre, s’est récemment légèrement améliorée, principalement en raison d'un environnement de taux plus favorable. Les achats de couronnes dans le cadre de la « couverture » par la Riksbank d’une partie de ses réserves de change (ne parlez pas d’interventions de change) ont également aidé. Hier, après la décision de la banque centrale, la couronne s’est dépréciée, EUR/SEK 11,36 à EUR/SEK 11,45. Les dégâts auraient évidemment pu être plus importants. La politique du « moins possible » de la Riksbank pèse néanmoins sur la couronne. Et ce sera a fortiori le cas en cas de rebond généralisé des taux ou de dégradation du sentiment vis-à-vis du risque. Une rupture durable en dessous du seuil de EUR/SEK 11,40 deviendra alors moins évidente.

 

EUR/SEK : reprise de la couronne stoppée par la décision de la Riksbank ?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Dit document is opgesteld door de KBC Economics - Markets desk en is niet opgesteld door de afdeling Research.  De desk bestaat uit Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analisten bij KBC Bank N.V., die gereguleerd wordt door de Autoriteit voor Financiële Diensten en Markten (FSMA). Deze marktadviezen zijn het resultaat van een kwalitatieve analyse, waarin ruimte is voor ervaringen uit het verleden en persoonlijke beoordelingen. De standpunten zijn gebaseerd op de huidige marktomstandigheden en kunnen elk moment veranderen. De meest prominente input komt van publiek beschikbare gegevens, financieel nieuws, economisch en monetair beleid en courante technische analyses. De KBC Economics - Markets desk heeft redelijke inspanningen geleverd om deze informatie te verkrijgen uit bronnen die zij betrouwbaar acht, maar de inhoud van dit document is opgesteld zonder dat er een inhoudelijke analyse is gemaakt van deze bronnen. Er is niet beoordeeld of deze inzichten al dan niet geschikt zijn voor een bepaalde belegger. De meningen zijn onze huidige meningen op de datum die op dit materiaal staat en kunnen tegengesteld zijn aan eerdere aanbevelingen als gevolg van veranderde marktomstandigheden. De auteurs staan niet in voor de nauwkeurigheid, volledigheid of waarde (commerciële of andere) van dit document. Evenmin zijn de auteurs aansprakelijk jegens degenen die dit overzicht ontvangen voor de inhoud ervan of voor enig verlies of schade (hetzij uit onrechtmatige daad (inclusief nalatigheid), contractbreuk, schending van wettelijke of andere verplichtingen ) als gevolg van enig handelen of nalaten op basis van deze inhoud, evenmin voor enige vordering  tegen de auteurs met betrekking tot de inhoud van of de informatie in dit document. Eventuele meningen die hierin worden geuit, weerspiegelen het oordeel ten tijde van het opstellen van het overzicht en kunnen zonder voorafgaande kennisgeving worden gewijzigd. Gezien de aard van dit advies (gekoppeld aan valuta en rente) is het advies over het algemeen niet specifiek van aard.   Als zodanig is er geen verwijzing naar enig corporate finance contract en als zodanig is er geen 12 maanden overzicht op basis van de verschillende adviezen. Dit document is slechts geldig gedurende een zeer beperkte periode, als gevolg van de snel veranderende marktomstandigheden.

Gerelateerde publicaties

Wat met bevroren Russische FX-reserves?

Wat met bevroren Russische FX-reserves?

Europa kruipt uit het dal, met Duits blok aan het been

Europa kruipt uit het dal, met Duits blok aan het been

Niet eerlijk?!

Niet eerlijk?!

Riksbank op weg naar de eerste renteknip?

Riksbank op weg naar de eerste renteknip?