Perspectives économiques Octobre 2020

Lisez la publication complète ci-dessous ou cliquez ici pour ouvrir le PDF..

À la une

  • Les récents indicateurs de haute fréquence suggèrent que l'économie mondiale a connu un rebond continu après les creux de la pandémie pendant les mois d'été. Le ton plus positif des données économiques dures va malheureusement de pair avec des indicateurs de sentiment moins convaincants ces derniers temps, signalant que la dynamique économique s'essouffle, en particulier alors que la deuxième vague de la pandémie de Covid-19 se propage rapidement. Le thème sous-jacent de nos perspectives est donc le suivant : un troisième trimestre un peu plus fort, mais un quatrième trimestre moins optimiste. Dans l'ensemble, nous maintenons des perspectives prudentes compte tenu de l'incertitude importante causée par la trajectoire du Covid-19, les risques étant, tout compte fait, orientés à la baisse.
  • Dans la zone euro, la reprise qui a débuté à la fin du deuxième trimestre a encore progressé au cours du troisième trimestre, comme le montrent clairement la croissance des ventes au détail et la croissance de la production industrielle. Toutefois, le profil de croissance à court terme est faible en raison de la résurgence du virus. Par conséquent, nous avons actualisé nos prévisions de croissance pour la zone euro ainsi que pour les différentes économies européennes, avec, d'une manière générale, une croissance légèrement plus élevée pour 2020 et une croissance légèrement plus faible pour 2021.
  • Des mesures de confinement plus strictes ont été adoptées dans de nombreux pays, en particulier en France et en Espagne, où un nombre croissant de nouveaux cas risque d'entraîner un ralentissement croissant de l'économie. L'Allemagne, en revanche, a mieux réussi à lutter contre le virus, ce qui vient s'ajouter aux divergences entre pays au sein de la zone euro. Les autres pays d'Europe occidentale et méridionale se situent au milieu. La région d'Europe centrale et orientale est également à l'épicentre de la deuxième vague du Covid-19, ce qui a entraîné des mesures plus restrictives et, en fin de compte, mis la reprise sous pression.
  • Pendant ce temps, les négociations de Brexit se dirigent vers un point critique. Nous maintenons notre point de vue de longue date selon lequel un accord commercial limité peut être conclu d'ici la fin de cette année. Même si un tel mini-accord est loin d'être parfait, le meilleur résultat serait d'éviter le scénario catastrophe d'un Brexit sans accord, afin d'éviter un nouveau ralentissement du rythme de la reprise.
  • Un rebondissement plus fort que prévu est également attendu aux États-Unis, ce qui nous amène à revoir à la hausse nos perspectives de croissance annuelle du PIB réel en 2020, de -5,5%% à -4,5%%. Toutefois, la reprise s'essouffle à l'approche de la fin de l'année, l'expiration des mesures de soutien du gouvernement et les mesures de relance budgétaire supplémentaires étant peu probables avant les élections présidentielles de novembre. Outre l'évolution du coronavirus, cela représente une source majeure d'incertitude, notamment en raison de la possibilité d'un résultat électoral contesté. Cela pourrait avoir des conséquences négatives pour l'économie américaine, ainsi que pour les marchés financiers du monde entier.
  • La Chine reste sur une voie de redressement remarquable après la crise post-Covid-19, aidée par l'évolution des secteurs manufacturier et des services de l'économie. Étant donné la force relative des données à haute fréquence de ces derniers temps et le fait que la pandémie y reste pour l'essentiel sous contrôle, nous avons revu à la hausse la croissance du PIB chinois à 2,0%% en 2020 et à 8,2%% en 2021.
  • Nos perspectives concernant le prix du pétrole ont été revues à la baisse en raison de la faiblesse de la demande et du rééquilibrage du marché qui prend plus de temps que prévu pour dénouer la surabondance de l'offre. Dans ce contexte, ainsi qu'en raison de l'impact désinflationniste continu de la pandémie et de la nouvelle baisse attendue du dollar, nous avons réduit l'inflation prévue dans la zone euro à 0,3%% en 2020 et à 1,1%% en 2021. Aux États-Unis, les pressions désinflationnistes sont nettement moins prononcées, car une grande partie de la dynamique de l'inflation est constituée par les catégories "insensibles au coronavirus". En conséquence, les perspectives d'inflation aux États-Unis pour 2020 et 2021 restent inchangées, à 1,1%% et 1,9%% en glissement annuel, respectivement. 

Contexte international

Au cours des mois d'été, l'économie mondiale a connu une reprise continue par rapport aux creux du premier semestre de l'année, lorsque la pandémie de Covid-19 est apparue. Les données publiées dans les principales économies avancées ont été relativement optimistes, avec quelques surprises à la hausse, ce qui implique un rebondissement un peu plus fort que prévu dans notre dernière édition des dommages économiques causés par les fermetures de printemps. Ces évolutions positives reflètent avant tout les bénéfices de l'ouverture des économies, soutenus par des mesures politiques massives, tant sur le plan fiscal que monétaire. Il n'est donc pas surprenant que les prochains chiffres du PIB réel du troisième trimestre fassent apparaître une dynamique de croissance impressionnante (sur une base trimestrielle). La zone euro et les États-Unis devraient tous deux suivre le modèle de croissance général de la Chine, un des premiers pays au monde en termes de reprise après la crise.

Dans le même temps, les prochains chiffres du PIB réel du troisième trimestre doivent être considérés avec prudence. En effet, les chiffres ne donneront qu'un aperçu dans le rétroviseur. En tant que tel, un fort rebond a été essentiellement mécanique, reflétant l'impulsion ponctuelle de l'ouverture des économies, ce qui signifie que le rythme n'est pas durable à l'avenir. En outre, malgré ce fort rebond, les principales économies avancées n'ont jusqu'à présent connu qu'une reprise partielle dans de nombreux secteurs, allant des services à l'industrie manufacturière, où l'activité reste bien en deçà du niveau d'avant le virus. Après une période plus facile, la normalisation complète de l'activité économique semble donc plus difficile. En outre, les indicateurs de sentiment prospectif signalent déjà que la dynamique sous-jacente s'essouffle à l'approche du dernier trimestre de l'année. En particulier, la reprise des activités de services semble être difficile.

Une deuxième vague de Covid-19 se propage rapidement

C'est pourquoi nous prévoyons maintenant une route plus accidentée avec un rythme de croissance visiblement plus faible au cours du dernier trimestre des deux côtés de l'Atlantique. Parmi les facteurs les plus importants de ces vents contraires, il y a la situation sur le front épidémiologique. Dans le monde, le nombre de cas confirmés de Covid-19 a maintenant dépassé les 37 millions et le nombre de décès s'élève à plus d'un million. À l'exception de la Chine, la deuxième vague du virus s'est propagée rapidement à travers le monde, notamment en Europe qui a connu une résurgence rapide du virus (figure 1). Dans de nombreux pays européens, le nombre de nouveaux cas quotidiens a dépassé le niveau enregistré en mars et avril, sachant que la comparaison est faussée en raison des capacités de dépistage plus robustes désormais disponibles. En revanche, les taux de mortalité restent généralement inférieurs à ceux de la première vague de coronavirus.

Même si une deuxième vague se déroule maintenant rapidement en Europe, nous ne voyons pas la même réponse politique que lors de la première vague. Les gouvernements semblent réticents à réintroduire un véritable confinement national en raison de l'impact socio-économique néfaste. Au lieu de cela, la plupart optent pour un confinement localisé et des mesures restrictives ciblées pour lutter contre la propagation du virus. En substance, les autorités sont à nouveau confrontées à un difficile exercice d'équilibre avec des compromis implicites ; d'une part, la protection de la santé publique, d'autre part, la limitation de l'impact négatif sur l'économie et le bien-être personnel, et par extension, le contrecoup politique. Dans notre scénario de base, nous maintenons l'hypothèse selon laquelle les confinements complets seront évités ; cependant, étant donné la saison hivernale qui s'annonce dans l'hémisphère nord, où les gens passent plus de temps à l'intérieur, ce qui augmente les chances de transmission, nous ne pouvons pas exclure cette possibilité. 

Cependant, même si les fermetures printanières sont évitées, nous constatons un impact négatif sur l'activité, en particulier dans les secteurs de "consommation sociale" tels que l'hospitalité, le divertissement ou le tourisme. Un nombre croissant de nouveaux cas ont déjà donné lieu à des mesures plus restrictives (par exemple, fermeture anticipée ou fermeture pure et simple de restaurants et de bars, interdiction de grands rassemblements et de manifestations, fermeture d'écoles) dans toute l'Europe, y compris dans de grandes économies comme la France, l'Espagne et le Royaume-Uni. Dans le même temps, l'Allemagne et l'Italie ont relativement mieux fait face à la deuxième vague du virus jusqu'à présent, bien que même dans ces pays, les nouvelles infections soient à nouveau en augmentation. À cet égard, nous continuons de signaler que la capacité à lutter contre le virus devrait rester une source importante de divergences entre les pays, qui viennent s'ajouter aux différences de structures économiques ou de réponses fiscales.

Dans l'ensemble, nos perspectives économiques restent prudentes compte tenu de l'incertitude considérable causée par la trajectoire de la pandémie. Pour signaler la force et la trajectoire tout aussi incertaine de la reprise économique, nous maintenons trois scénarios, à savoir le scénario de base (une reprise lente mais régulière), le pessimiste (une reprise prolongée et plus lente potentiellement perturbée par les revers du virus) et enfin l'optimiste (une reprise rapide avec un minimum de dommages structurels pour l'économie). Outre les risques liés au coronavirus, il existe toute une série de risques supplémentaires, à savoir les élections présidentielles américaines de novembre, un Brexit sans accord, le choc géopolitique entre les États-Unis et la Chine ou le conflit le plus récent dans le Haut-Karabakh, impliquant des puissances régionales telles que la Turquie et la Russie.

 

Encadré 1 - Les taux de chômage européens en temps de crise

Le taux de chômage de la zone euro, corrigé des variations saisonnières, a continué à augmenter pendant cinq mois consécutifs, atteignant 8,1% en août. La même tendance s'applique au taux de chômage de l'UE27, qui a atteint 7,4% en août. Il existe des différences importantes entre les États membres en ce qui concerne la hausse du taux dans le contexte de la pandémie de coronavirus (voir figure E1.1). L'augmentation depuis février a été la plus forte (de 2 à près de 3,5 points de pourcentage) dans les États baltes et dans certains pays du Sud et de l'Est. En Pologne, en Belgique et en France, le taux est resté à peu près stable dans l'ensemble. Parmi les plus grands États, l'Espagne a connu la plus forte hausse. En Italie et en France, le taux a d'abord continué à baisser après février, mais ces derniers mois, il a commencé à augmenter comme dans la plupart des autres pays.

Nous devons être prudents dans l'interprétation des chiffres du chômage harmonisés d'Eurostat, car ils font souvent l'objet de révisions (parfois importantes). Dans la dernière publication des données, le taux a été révisé de manière substantielle pour la Belgique (baisse de 0,5 point de pourcentage) et la Bulgarie (hausse de 1,7 point de pourcentage). Le taux de chômage d'Eurostat est basé sur son enquête trimestrielle sur les forces de travail (EFT). Lorsque les résultats de l'enquête trimestrielle ne sont pas encore disponibles, les séries mensuelles publiées par Eurostat sont le résultat d'un modèle de prévision. Le contexte actuel de Covid-19, en particulier, rend ce modèle moins fiable. 

En outre, les différences dans la réponse politique aux retombées économiques du Covid-19 affectent la comparabilité des statistiques du chômage entre les pays. Cela s'applique en particulier à la proportion de personnes qui ont été absentes du travail en raison d'un chômage temporaire ou partiel. Les personnes mises à pied temporairement ou bénéficiant de subventions salariales ne sont pas classées comme chômeurs dans la définition d'Eurostat, qui est basée sur les lignes directrices de l'OIT (c'est-à-dire qu'une personne est considérée comme étant au chômage lorsqu'elle est sans travail, disponible pour commencer à travailler et a cherché activement du travail). Les pays qui ont pris des mesures actives pour contenir les pertes d'emploi, comme la Belgique et la France, pourraient bien voir une augmentation retardée du taux de chômage d'Eurostat une fois que ces mesures ne seront plus en vigueur ou moins répandues. L'émergence récente d'une deuxième vague de virus pourrait sinon amener les gouvernements à décider de prolonger les régimes de chômage temporaire.

L'indice de rigueur d'Oxford Economics met en évidence les différences entre les pays en ce qui concerne la rigueur des mesures de lutte contre le virus. Cela peut également contribuer à expliquer les différences entre les pays en ce qui concerne la hausse du taux de chômage depuis février. Plus ces mesures sont strictes, plus les gens risquent de se retrouver au chômage. En outre, en raison des mesures de confinement, de nombreuses personnes n'ont pas pu chercher activement du travail ou n'étaient pas disponibles pour travailler en raison des mesures de confinement ou des responsabilités familiales liées à la fermeture des écoles et des services de soins. Conformément aux directives de l'OIT, ils ont été classés comme inactifs (temporairement) (c'est-à-dire hors de la population active), et non comme chômeurs. 

En résumé, les différences entre les pays en ce qui concerne la hausse du chômage sont dues à un ensemble de facteurs interdépendants, dont l'intensité de la vague d'infections à Covid-19 et les mesures politiques prises pour lutter à la fois contre le virus lui-même et contre ses retombées économiques. La relation complexe entre ces facteurs explique pourquoi il n'existe pas de lien clair entre la baisse du PIB réel au cours du premier semestre 2020 dans les différents pays et l'augmentation des taux de chômage respectifs depuis le début de l'année (voir figure E1.2).

 

La reprise dans la zone euro est en cours, mais les perspectives à court terme sont moins optimistes

Dans la zone euro, la reprise économique a encore progressé au troisième trimestre, après une baisse record au cours des trois mois précédents. Les données concrètes disponibles suggèrent un rebond plus fort que prévu initialement, avec une image plus optimiste dans le secteur du commerce de détail. Après un mois de juillet atone (-1,8%% en glissement mensuel), le mois d'août a connu une hausse surprenante de 4,4%% en glissement mensuel. Cette hausse s'explique en partie par le changement de calendrier des ventes d'été dans certains pays (par exemple, la France et la Belgique), mais aussi par une demande refoulée résultant d'un nouvel assouplissement des mesures d'endiguement au cours de l'été. Il s'agit en effet d'une bonne nouvelle, car elle suggère qu'une partie non négligeable de l'augmentation des économies induites par le coronaire a été forcée par les mesures de confinement et autres restrictions. Néanmoins, la récente hausse substantielle des taux d'épargne indique que les gens ont également tendance à augmenter leur épargne de précaution en prévision des pertes d'emploi prévues ou de politiques fiscales plus strictes (voir encadré 1 : Taux de chômage européens en période de crise). Cela pourrait peser sur la croissance future de la consommation et donc compromettre le rythme de la reprise.

Entre-temps, la reprise de la production industrielle dans la zone euro a conservé un rythme soutenu en août, bien qu'elle soit repartie d'une base très basse et qu'elle soit toujours à la traîne par rapport au secteur du commerce de détail. Après tout, le secteur industriel était en proie à de graves difficultés dues à un environnement extérieur qui se détériorait (comme la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et le chaos de Brexit) et aux difficultés structurelles de l'industrie automobile, même avant le déclenchement de la pandémie. En termes de niveau, la production industrielle de la zone euro n'a atteint qu'un peu plus de 90%% du niveau pré-pandémique. 

Malgré la nette tendance à la reprise au troisième trimestre de 2020, les indicateurs prévisionnels de septembre laissent penser que les derniers mois de cette année seront plus difficiles. L'indice composite de confiance des consommateurs de la zone euro est tombé à 50,1 en septembre, contre 51,9 un mois plus tôt, ce qui indique une croissance marginale de l'activité. Il y a toutefois une divergence importante à noter. Alors que le secteur manufacturier a repris jusqu'à son plus haut niveau depuis 31 mois, le secteur des services a plongé nettement en dessous du seuil de 50 qui marque le territoire de contraction (figure 2). 

La faiblesse du profil de croissance à court terme est particulièrement notable en Espagne et en France, ces deux économies ayant été durement touchées par une flambée d'infections au cours des dernières semaines et ayant mis en place des restrictions plus strictes. En d'autres termes, le schéma de ralentissement de la croissance semble cohérent avec l'augmentation de la traînée de la deuxième vague de la pandémie. Cette situation ne fera qu'accentuer l'hétérogénéité de la reprise après le blocage de la croissance en Europe. À cet égard, nous maintenons notre point de vue selon lequel l'Allemagne devrait surpasser le reste de la zone euro en raison de la réussite de la lutte contre le virus, tandis que l'Espagne devrait rester très en retard, non seulement en raison de l'évolution épidémiologique défavorable, mais aussi des vulnérabilités structurelles (c'est-à-dire une forte exposition au tourisme, une forte proportion de PME et d'emplois temporaires). Cet écart pourrait se creuser encore si le virus continue à se propager rapidement et si des mesures plus restrictives sont mises en œuvre.

Dans l'ensemble, si le tableau fondamental de la zone euro reste inchangé, l'amélioration des perspectives de croissance au troisième trimestre et la révision à la baisse de la croissance au quatrième trimestre conduisent, dans l'ensemble, à une croissance du PIB réel légèrement moins négative de -8,0%% en 2020, révisée à la hausse par rapport à -8,3%% le mois dernier. Le dépassement négatif de cette année se traduit mécaniquement par une croissance annuelle un peu plus faible mais néanmoins solide de 4,9%% en 2021, marquée par un soutien budgétaire permanent provenant d'initiatives politiques tant nationales qu'européennes, bien que l'ampleur et le calendrier précis restent difficiles à saisir pour le moment.

Les perspectives de la politique ultra-accommodante de la BCE inchangées

Sur le plan monétaire, nos perspectives pour la politique de la BCE restent inchangées. La dynamique de croissance plus faible au cours des prochains mois, ainsi que le contexte actuel de taux d'inflation négatifs et les prévisions d'une reprise progressive des prix renforcent notre opinion selon laquelle l'orientation très accommodante actuelle de la politique monétaire sera maintenue jusqu'en 2021. Cela devrait aller de pair avec une politique budgétaire expansionniste qui devrait continuer à jouer un rôle essentiel dans la reprise après le virus. Après tout, la BCE a demandé que les mesures de relance budgétaire ne soient pas retirées prématurément. La politique monétaire ultra-facile de la BCE a également des implications importantes sur les rendements des obligations d'État ; à cet égard, nous maintenons notre point de vue selon lequel il existe une marge limitée pour un mouvement à la hausse des rendements des obligations d'État vers la fin de 2021, l'écart intra-UEM étant susceptible d'être maintenu aux niveaux faibles actuels grâce aux interventions de la BCE sur le marché.

Bien que la BCE doive faire davantage de même à court terme, il pourrait y avoir une possibilité de changement fondamental dans sa stratégie politique. Dans un contexte de dépassement constant de son objectif d'inflation et de pression exercée par un changement significatif du cadre politique de la Fed en faveur d'un "objectif d'inflation moyenne" impliquant que les taux directeurs resteront plus longtemps bas, la révision de la stratégie politique de la BCE est actuellement en cours. Il reste à voir si la BCE penchera vers un objectif d'inflation moyenne semblable à celui de la Fed ou si elle trouvera sa propre réponse. L'examen ayant été retardé par l'apparition de la pandémie de Covid-19, les conclusions préliminaires ne sont pas attendues avant le second semestre 2021.

Les discussions de Brexit à un point critique 

En dehors de la zone euro, l'économie britannique continue également à se redresser, bien que de manière inégale, mais la voie à suivre est entourée d'une grande incertitude et est assombrie par un certain nombre de risques de détérioration. Tout d'abord, les nouveaux cas de Covid-19 signalés ont suivi la tendance alarmante en Europe continentale et l'ont même dépassée à bien des égards. Cela a déclenché l'introduction de mesures de confinement plus strictes, mais les autorités espèrent finalement aplatir la courbe sans imposer un confinement national sévère. Deuxièmement, les négociations de Brexit se dirigent maintenant vers un point critique, mais le résultat reste incertain avec différents scénarios sur la table.

Il reste encore beaucoup à faire pour surmonter les obstacles politiques qui s'opposent encore à un accord. Il est certain qu'une certaine flexibilité et même des mesures créatives pour gérer un équilibre compliqué entre les objectifs politiques et économiques sont indispensables pour éviter un résultat que ni l'un ni l'autre ne souhaite. Dans le même temps, des concessions importantes seront nécessaires de part et d'autre. Certaines d'entre elles seront symboliques, par exemple dans des domaines politiquement sensibles mais économiquement moins importants. D'autres seront plus fondamentales. L'idée que l'accès au marché unique comporte des obligations importantes est au cœur de la réflexion de l'UE.

Même si nous pensons que le chemin sera cahoteux dans les semaines à venir et que le résultat final sera peut-être moins que parfait, nous maintenons notre point de vue de longue date selon lequel un accord commercial Brexit peut être conclu. En même temps, nous pensons que cela créera la possibilité d'une relation future différente mais positive entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. 

L'économie américaine a rebondi, mais une élection contestée constitue un risque majeur

Tout comme dans la zone euro, la reprise économique aux États-Unis a été un peu plus vigoureuse que prévu pendant les mois d'été. Le ton plus optimiste des données est principalement visible dans les dépenses de consommation, bien soutenues par l'amélioration des conditions du marché du travail et les transferts publics sous la forme de prestations d'assurance chômage élargies. Les ventes au détail sont donc déjà revenues au niveau d'avant la pandémie et ont enregistré de solides gains d'une année sur l'autre depuis juin (figure 3). Cette évolution reflète principalement la forte demande de biens au détriment d'une reprise plus modeste des services, les ménages ayant délaissé les catégories de "consommation sociale" telles que les restaurants ou les divertissements, où les mesures de distanciation sociale sont difficiles à maintenir. 

Néanmoins, le ralentissement de la hausse mensuelle des ventes au détail enregistrée en août indique que le tableau d'ensemble pourrait devenir moins rose à l'approche de la fin de l'année. En outre, le sentiment des consommateurs reste mitigé, en partie du fait que les aides publiques supplémentaires au revenu ont déjà expiré dans plusieurs États et qu'une nouvelle relance budgétaire reste peu probable avant les élections de novembre. Cela a accru la pression sur les ménages à court d'argent qui seront plus prudents dans leurs dépenses. En d'autres termes, bien que l'économie ait résisté au cours des derniers mois à un niveau constamment élevé de cas de coronavirus ainsi qu'au retrait des principaux revenus et du soutien aux entreprises, nous supposons que l'économie commencera à ressentir ces effets négatifs. En conséquence, notre révision à la hausse du troisième trimestre est suivie d'une révision à la baisse de la croissance du quatrième trimestre, ce qui conduit, en termes nets, à une amélioration de la croissance annuelle du PIB réel en 2020 de -4,5%%, contre -5,5%%. En outre, nous avons revu à la baisse nos perspectives de croissance pour 2021, qui passent de 4,5%% à 4,0%%.

La suite des événements sur le front budgétaire américain est dans l'attente de perspectives électorales incertaines. Outre la pandémie en cours, l'élection présidentielle du 3 novembre constitue un risque majeur, qui pourrait entraîner de nouveaux vents contraires pour l'économie (voir également l'avis économique de KBC du 13 octobre). Au moment de la rédaction du présent rapport, la plupart des sondages nationaux indiquent que l'ancien vice-président Biden est en tête avec une solide avance (figure 4). Néanmoins, nous estimons que le résultat de l'élection reste trop incertain pour être annoncé. Il est important de noter que l'incertitude considérable qui entoure l'élection ne provient pas des politiques différentes des candidats démocrates et républicains à la présidence, mais de la possibilité non négligeable que les résultats soient trop serrés et âprement disputés sans résultat clair. Il est donc possible que les résultats ne soient pas connus avant plusieurs semaines après le 3 novembre, d'autant plus si le camp vaincu ne cède pas et que des poursuites judiciaires apparaissent pendant le processus de décompte des voix. Le scénario le plus défavorable doit alors tenir compte de la possibilité de troubles sociaux au lendemain de l'élection.

Un résultat impliquant une contestation du résultat des élections aurait des conséquences négatives pour l'économie américaine, déclenchant une incertitude accrue qui pèserait lourdement sur la confiance des entreprises et les investissements. En outre, même un résultat électoral clair ne garantit pas un soutien fiscal renouvelé pour les ménages et les entreprises, car une période de deux mois de "canard boiteux" pourrait empêcher l'adoption de toute mesure de relance budgétaire significative. En cas de victoire de M. Biden ou de victoire des Démocrates, les Républicains pourraient ne pas vouloir adopter de mesures de relance budgétaire pour empêcher le nouveau gouvernement de donner un coup de fouet à l'économie. Une victoire de l'équipe Trump signifierait probablement la poursuite de l'impasse au Congrès, ce qui rendrait une nouvelle série de mesures de relance budgétaire difficile à adopter. Enfin, les tensions possibles au lendemain du jour des élections pourraient provoquer des réactions nerveuses sur les marchés financiers du monde entier.

La Chine poursuit sa forte reprise

La Chine, quant à elle, reste sur un remarquable chemin de reprise post-Covid-19. Les indicateurs de sentiment, tant du côté de l'industrie manufacturière que des services, restent bien au-dessus du niveau de 50 qui signale l'expansion. La production industrielle a pleinement rebondi depuis les creux de février et, après avoir progressé de 5,6%% en glissement annuel en août, elle ne montre que peu de signes de ralentissement. Le commerce de détail a été plus lent à se redresser, mais il a tout de même retrouvé une croissance positive de 0,5%% en glissement annuel en août. Des données commerciales plus récentes confirment ce tableau positif. Les exportations ont progressé de 8,7%% en glissement annuel en septembre, après une croissance de 10,4%% en glissement annuel et de 11,6%% en juillet et août. La bonne tenue des exportations chinoises jusqu'au troisième trimestre reflète probablement la réouverture des économies mondiales et la forte demande d'équipements médicaux (EPI) et de produits technologiques. Les importations se sont également accélérées en septembre, avec une croissance de 11,6%% en glissement annuel, mais il est probablement trop tôt pour affirmer que cela reflète un rebondissement plus large de la demande intérieure en Chine. En effet, le principal risque pour la reprise chinoise reste le fait que la demande et la consommation intérieures ont pris du retard. Cela s'explique en partie par des problèmes structurels de longue date dans l'économie chinoise (tels que la faiblesse du filet de sécurité sociale et de la démographie), mais aussi par l'accent mis par les autorités chinoises sur les infrastructures et les investissements pour stimuler la croissance en cas de ralentissement (voir également l'avis économique de KBC du 29 septembre). Toutefois, étant donné la force relative des données à haute fréquence de ces derniers temps et le fait que la pandémie y reste pour l'essentiel sous contrôle, nous avons révisé à la hausse la croissance du PIB chinois à 2,0% en 2020 et 8,2% en 2021. Ailleurs sur les marchés émergents, le tableau est toutefois plus diversifié, certaines économies se redressant rapidement et d'autres connaissant un rebond plus lent après les creux de la pandémie (voir encadré 2 : malgré un rebond synchronisé, les marchés émergents sont confrontés à des trajectoires différentes).

La baisse des prix du pétrole ajoute aux pressions désinflationnistes

Alors que le marché mondial du pétrole continue d'être sous la pression de la pandémie de Covid-19, le brut Brent reste bien soutenu au-dessus du seuil de 40 dollars le baril. Cela reflète des évolutions favorables du côté de l'offre, à savoir les 7,7 millions de barils par jour de réductions de production OPEP+ qui ont contribué à faire basculer le marché vers un déficit significatif au second semestre 2020. Toutefois, un soutien aussi important n'est pas garanti pour l'avenir. Le plan initial de l'alliance dirigée par l'Arabie saoudite et la Russie est de réduire les réductions de production de 2 millions de barils par jour à partir de janvier 2021, mais cela semble maintenant trop lourd à gérer pour le marché. Cela est particulièrement vrai si l'on considère le million de barils supplémentaires par jour qui pourraient éventuellement revenir sur le marché dans les mois à venir en provenance de la Libye, où le cessez-le-feu a permis de relancer la production.

Si l'évolution de l'offre est importante, le principal moteur de nos perspectives actualisées concernant les prix du pétrole est la demande. Au cours des dernières semaines, nous avons vu des signes plus visibles de faiblesses sous-jacentes dans la consommation de pétrole alors que la deuxième vague de Covid-19 commençait à se déployer rapidement. C'est pourquoi nous prévoyons maintenant une évolution plus progressive vers le rééquilibrage complet du marché pétrolier, ce qui implique une baisse des prix du pétrole jusqu'à la fin de cette année et en 2021. Notre prix à long terme inchangé du Brent, estimé à 55 dollars le baril, devrait être atteint au plus tôt en 2022.

Nos perspectives de baisse des prix du pétrole à l'horizon prévu ont des implications importantes sur la dynamique de l'inflation dans la zone euro. En septembre, l'inflation globale a encore diminué pour atteindre -0,3%, contre -0,2% en glissement annuel un mois plus tôt, tandis que l'inflation "de base" est tombée à un niveau historiquement bas de 0,2% (figure 5). Bien que l'impression d'inflation des derniers mois ait été quelque peu faussée par des changements ponctuels dans la période des ventes au cours des mois d'été ou par la réduction de la TVA en Allemagne, l'impact désinflationniste de la pandémie est maintenant évident, en particulier dans les prix des services. Dans ce contexte, ainsi qu'en raison de l'appréciation de l'euro et de la baisse des prix du pétrole à venir, nous supposons maintenant une dynamique d'inflation encore plus modérée, avec une inflation prévue dans la zone euro ramenée à 0,3% cette année et à 1,1% en 2021.

Dans le même temps, aux États-Unis, les pressions désinflationnistes sont nettement moins prononcées, ce qui explique la divergence persistante avec la zone euro. L'inflation globale s'est accélérée pour atteindre 1,3% en août, contre 1,0% en glissement annuel en juillet. Une forte impression reflète, d'une part, le fait qu'une grande partie de la dynamique de l'inflation aux États-Unis est constituée de catégories "insensibles au coronavirus" dont la contribution est restée largement inchangée par rapport à la période pré pandémique. D'autre part, les catégories "sensibles au coronavirus" ont moins diminué au cours des derniers mois, en raison des réouvertures dans les secteurs qui ont été durement touchés par le déclenchement de la pandémie. En conséquence, nous maintenons nos prévisions pour l'inflation globale à 1,1% en 2020, suivie d'une hausse significative à 1,9% en 2021.

Encadré 2 - Malgré un rebond synchronisé, les marchés émergents ont des trajectoires différentes

Les indicateurs économiques suggèrent, dans l'ensemble, qu'à l'instar des économies européennes et américaines, les économies des marchés émergents se sont généralement redressées au cours du troisième trimestre, après les fortes contractions du deuxième trimestre dues à la propagation de la pandémie de coronavirus et aux blocages qui en ont découlé. Malgré cette période de reprise plus ou moins synchronisée, il existe toutefois des différences évidentes entre les marchés émergents, tant en termes de gravité de la pandémie qu'en termes d'activité économique. En outre, si certaines tendances régionales sont apparentes, même au sein des régions, il existe des distinctions claires. 

Premièrement, du point de vue de la pandémie elle-même, en général, nous constatons qu'un certain nombre de marchés émergents asiatiques (en particulier d'Asie de l'Est et du Sud-Est) continuent de bien maîtriser la pandémie par rapport à d'autres. En Chine, en Thaïlande, au Vietnam et à Taïwan, les taux de cas quotidiens restent relativement faibles (moins de 0,01 cas pour 100 000 personnes). Dans d'autres économies asiatiques, en particulier en Inde et en Indonésie, mais aussi dans une certaine mesure en Malaisie et en Corée du Sud, les taux de cas par habitant sont plus élevés. En Amérique latine et dans la région EMEA, les taux journaliers sont généralement en hausse ou les pays sont au milieu d'une "deuxième vague", à l'exception du Chili, du Brésil et de l'Afrique du Sud, où les taux journaliers ont commencé à se stabiliser.

En termes d'évolution économique, l'ampleur de la contraction observée au deuxième trimestre a été très variable. Les économies qui ont connu des contractions relativement fortes au deuxième trimestre comprennent l'Inde (-23,9% en glissement annuel), l'Argentine (-19,77% en glissement annuel), le Mexique (-18,7% en glissement annuel), l'Afrique du Sud (17,2% en glissement annuel) et la Malaisie (16,9% en glissement annuel). Les raisons de ces fortes contractions varient, mais pour plusieurs de ces économies, comme l'Inde, l'Argentine et l'Afrique du Sud, leurs économies respectives étaient déjà en difficulté avant le début de la crise et ont ensuite subi des fermetures particulièrement strictes au printemps. En revanche, la Russie et l'Indonésie n'ont enregistré qu'une contraction de 5,6% en glissement annuel et de 5,4% en glissement annuel, tandis que Taïwan n'a enregistré qu'une contraction de 0,15% en glissement annuel et que le Vietnam a même connu une croissance de 1,8% en glissement annuel (bien que son taux de croissance soit encore nettement inférieur aux 7% enregistrés à la fin de 2019) (voir figure E2.1). Pour Taïwan et le Vietnam, les performances économiques relativement décentes reflètent probablement une position de départ solide pour les deux économies, une bonne maîtrise du virus et le fait que les exportations ont relativement bien résisté, malgré la récession mondiale au deuxième trimestre.

 

Les indicateurs à haute fréquence pour le troisième trimestre suggèrent que pour la plupart des pays, une reprise est en cours. Toutefois, la force de cette reprise varie probablement d'une économie à l'autre. Dans le secteur du commerce de détail, par exemple, Taïwan, le Brésil, la Turquie et le Chili (entre autres) sont revenus aux niveaux d'avant la pandémie (avec des ventes de 8,9%, 7,8%, 7,6% et 2,8%, respectivement, en août, en glissement annuel). En revanche, les ventes au détail en Malaisie (-2,5%), en Indonésie (-7,3%) et en Afrique du Sud (-8,8%) sont toujours à la traîne d'une année sur l'autre. En ce qui concerne la production industrielle, les principales économies d'Asie semblent avoir retrouvé les niveaux d'avant la pandémie, à l'exception de l'Inde. En Amérique latine, la production industrielle s'est rétablie après les creux d'avril, mais reste négative d'une année sur l'autre pour le Brésil, le Mexique, la Colombie et l'Argentine. Pour les économies de la zone EMEA, la production industrielle est mitigée, ayant rebondi solidement pour la Turquie (10,2% en glissement annuel) et la Pologne (1,8% en glissement annuel), tout en restant en territoire négatif pour la République tchèque (-5,6% en glissement annuel), la Russie (-6,9% en glissement annuel) et l'Afrique du Sud (-10,2%).

Mise à jour économique des pays et régions

Belgique

Europe centrale et orientale

Irlande

Les prévisions les plus récentes

 

Croissance du PIB réel (moyenne de la période, chiffres annuels calculés sur des chiffres trimestriels, en %)

Inflation (moyenne de la période, en %)

  2021 2022 2023 2021 2022 2023
Zone euro Zone euro 5,3 3,2 0,2 2,6 8,5 6,1
Allemagne 2,6 1,7 -0,2 3,2 8,8 6,1
France 6,8 2,4 0,1 2,1 6,0 5,0
Italie 6,7 3,7 0,3 1,9 8,8 3,6
Espagne 5,5 4,7 1,5 3,0 8,6 5,3
Pays-Bas 4,9 4,6 0,7 2,8 12,3 5,8
Belgique 6,1 2,9 0,2 3,2 10,9 6,2
Irlande 13,5 12,1 5,1 2,4 8,1 5,3
Slovaquie 3,0 1,4 0,6 2,8 11,5 13,0
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 3,5 2,5 0,8 3,6 14,5 7,5
Hongrie 7,1 5,5 0,0 5,2 14,0 14,3
Bulgarie 7,1 2,8 0,7 2,9 13,5 10,5
Pologne 5,8 3,6 2,6 5,2 13,1 10,5
Roumanie 5,9 4,0 3,5 4,1 12,0 9,0
Reste de l'Europe Royaume-Uni 7,5 4,1 -0,3 2,9 8,9 6,4
Suède 4,8 2,6 0,2 2,7 8,0 6,1
Norvège 4,2 3,0 1,2 3,9 5,5 3,7
Suisse 4,2 2,2 0,7 0,6 3,0 2,3
Marchés émergents Chine 8,1 3,2 4,5 0,9 2,0 2,1
Inde* 8,7 7,0 4,3 5,5 6,5 4,2
Afrique du Sud 4,9 1,8 1,4 4,8 6,8 5,2
Russie Temporairement aucune prévision
Turquie 11,4 5,1 2,2 19,6 72,3 39,7
Brésil 4,6 2,5 0,9 8,7 9,2 4,4
Autres économies
développées
États-Unis 5,9 1,8 0,5 4,7 8,1 4,0
Japon  1,7 1,5 1,5 -0,2 2,2 1,6
Australie 4,9 4,0 2,0 2,8 6,4 4,5
Nouvelle-Zélande 4,8 2,2 1,8 3,9 6,5 3,5
Canada 4,5 3,2 0,6 3,6 6,8 3,5
* année budgétaire d'avril à mars         4/11/2022

Taux directeurs (fin de période, en %)

    4/11/2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023 Q3 2023
Zone euro Zone euro (refi) 2,00 2,50 3,50 3,75 3,75
Zone euro (dépo) 1,50 2,25 3,25 3,50 3,50
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 7,00 7,00 7,00 7,00 6,75
Hongrie (BUBOR 3M) 16,56 14,50 13,50 13,00 10,80
Bulgarie -        
Pologne 6,75 6,75 6,75 6,75 6,50
Roumanie 6,25 6,75 7,00 7,00 7,25
Reste de l'Europe Royaume-Uni 3,00 3,50 4,50 4,75 4,75
Suède 1,75 2,50 3,00 3,00 3,00
Norvège 2,25 2,75 3,25 3,25 3,25
Suisse 0,50 1,00 1,25 1,25 1,25
Marchés émergents Chine 2,75 2,75 2,75 2,75 2,65
Inde 5,90 6,40 6,75 6,75 6,75
Afrique du Sud 6,25 7,00 7,50 7,50 7,50
Russie Temporairement aucune prévision
Turquie 10,50 10,50 10,50 10,50 30,00
Brésil 13,75 13,75 13,75 13,75 13,50
Autres économies
développées
États-Unis (milieu de la fourchette) 3,88 4,38 5,13 5,38 5,38
Japon  -0,10 -0,10 -0,10 -0,10 -0,10
Australie 2,85 3,10 3,50 3,50 3,50
Nouvelle-Zélande 3,50 4,00 4,50 4,50 4,50
Canada 3,75 4,25 4,25 4,25 4,25

Taux d'intérêt des emprunts d'État à dix ans (fin de période, en %)

    4/11/2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023 Q3 2023
Zone euro  Allemagne 2,26 2,50 3,30 3,50 3,50
France 2,81 3,10 3,95 4,15 4,20
Italie 4,42 5,25 6,30 6,50 6,75
Espagne 3,33 3,60 4,45 4,65 4,70
Pays-Bas 2,55 2,85 3,70 3,90 3,95
Belgique 2,86 3,10 3,95 4,15 4,20
Irlande 2,77 3,20 4,05 4,25 4,30
Slovaquie 3,72 3,25 4,10 4,30 4,30
Europe centrale
et orientale
Tchéquie 5,91 5,08 4,93 4,81 4,70
Hongrie 10,60 9,50 8,50 7,50 7,00
Bulgarie 6,20 3,40 4,25 4,45 4,50
Pologne 8,22 8,30 7,40 6,50 6,00
Roumanie 9,28 9,20 9,30 9,40 9,50
Reste de l'Europe Royaume-Uni 3,55 3,75 4,55 4,75 4,75
Suède 2,15 2,50 3,00 3,00 3,00
Norvège 3,47 3,75 4,55 4,75 4,75
Suisse 1,15 1,45 2,25 2,45 2,45
Marchés émergents Chine 2,71 3,10 3,65 4,05 4,15
Inde 7,47 8,00 8,50 8,75 8,75
Afrique du Sud 10,62 11,20 11,70 11,95 11,95
Russie 9,93 Temporairement aucune prévision
Turquie 11,33 12,00 13,00 14,00 20,00
Brésil 11,86 12,20 12,70 12,95 12,95
Autres économies développées États-Unis 4,13 4,50 5,00 5,25 5,25
Japon  0,26 0,25 0,25 0,25 0,25
Australie 3,85 4,25 4,75 5,00 5,00
Nouvelle-Zélande 4,57 4,90 5,40 5,65 5,65
Canada 3,46 3,65 4,15 4,40 4,40

Taux de change (fin de période)

  4/11/2022 Q4 2022 Q1 2023 Q2 2023 Q3 2023
USD par EUR 0,99 0,95 0,95 0,98 1,00
CZK par EUR 24,40 24,70 25,50 25,40 25,40
HUF par EUR 402,06 395,00 385,00 380,00 380,00
PLN par EUR 4,69 4,75 4,70 4,70 4,65
BGN par EUR 1,96 1,96 1,96 1,96 1,96
RON par EUR 4,89 4,95 4,95 4,95 4,95
GBP par EUR 0,88 0,89 0,90 0,91 0,92
SEK par EUR 10,85 10,90 10,90 10,75 10,50
NOK par EUR 10,17 10,40 10,40 10,25 10,10
CHF par EUR 0,99 0,98 0,98 0,98 0,98
BRL par USD 5,03 5,10 5,10 5,10 5,10
INR par USD 82,05 82,50 82,50 82,00 81,75
ZAR par USD 17,98 18,00 18,00 17,75 17,50
RUB par USD 61,20 Temporairement aucune prévision
TRY par USD 18,61 19,00 22,00 24,00 22,00
RMB par USD 7,18 7,15 7,15 7,10 7,10
JPY par USD 146,84 150,00 152,00 150,00 148,00
USD par AUD 0,65 0,64 0,64 0,66 0,67
USD par NZD 0,59 0,57 0,57 0,59 0,61
CAD par USD 1,35 1,36 1,35 1,32 1,30

D'autres prédictions peuvent être trouvées ici.

Disclaimer:

Cette publication a été réalisée par les économistes du groupe KBC. Toutes les avis repris dans cette publication reflètent l'opinion personnelle du ou des auteurs à la date mentionnée et sont sujets à modification sans notification préalable.
KBC Groupe SA ne donne aucune garantie sur la mesure dans laquelle les scénarios, les risques et les pronostics présentés reflètent les prévisions du marché et seront corroborés par la réalité. Toutes les prévisions sont fournies à titre purement indicatif. La durabilité fait partie de la stratégie commerciale globale de KBC Group NV (voir https://www.kbc.com/fr/durabilite-de-l-entreprise.html). Nous tenons compte de cette stratégie dans le choix des sujets de nos publications, mais une analyse approfondie de l'évolution économique et financière nécessite d'aborder une plus grande variété de sujets.
Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Les informations ne peuvent pas être considérées comme une offre d'achat ou de vente d'instruments financiers. Elles ne peuvent pas non plus être assimilées à des conseils ou recommandations d'investissement ou à des recherches en investissements au sens de la législation et réglementation sur les marchés d'instruments financiers.
Sous réserve d'autorisation expresse, écrite et préalable de KBC Groupe SA, toute transmission, vente, diffusion ou reproduction des informations, publications et données est interdite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit.
KBC Groupe SA ne peut pas être tenue responsable de l'exactitude ou de l'exhaustivité des informations ou de dommages directs ou indirects découlant de l'utilisation du présent document.

Alle historische koersen/prijzen, statistieken en grafieken zijn up-to-date, tot en met 12 oktober 2020, tenzij anders vermeld. De verstrekte posities en prognoses zijn die van 12 oktober 2020.

Articles connexes

Une véritable ménagerie

Une véritable ménagerie

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

La RBNZ navigue à contre-courant

La RBNZ navigue à contre-courant

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?