Élections présidentielles françaises: mêmes têtes d’affiche, autre contexte

Les marchés

Le premier tour des élections présidentielles françaises a été une redite des élections d’il y a 5 ans. Le président en exercice, Emmanuel Macron, a remporté le premier tour avec 27,6% des voix, suivi par la nationaliste Marine Le Pen, qui a obtenu 23,4% des voix. Ils s’affronteront donc le 24 avril.

Sondages

Le second tour promet d’être plus palpitant qu’il y a 5 ans. En raison des inquiétudes croissantes relatives à l’inflation et aux prix élevés de l’énergie et grâce à une campagne électorale vigoureuse, Le Pen a connu une hausse spectaculaire dans les sondages. Il y a 4 semaines, Macron avait encore 18% d’avance sur Le Pen dans les sondages du deuxième tour. Cette avance est retombée à 4%. The Economist estime à présent les chances de victoire de Le Pen à 24% (76% pour Macron). Le bonus de stabilité dont Macron a bénéficié au cours des premières semaines suivant le début de l’invasion russe a fortement diminué.

Un changement de cap radical

Par rapport à il y a cinq ans, la dirigeante du Rassemblement National a tempéré son programme électoral. Elle ne plaide plus pour une sortie de la zone euro et serait même ouverte à l’accueil des migrants ukrainiens. Pourtant, sous Le Pen, la France changerait radicalement de cap. En effet, Le Pen veut non seulement sortir de l’OTAN, mais entend aussi nationaliser certaines entreprises privées et limiter fortement les flux migratoires. Elle souhaite augmenter les pensions et ramener l’âge de la pension à 60 ans pour certaines catégories de travailleurs. Cela pourrait réduire davantage le taux de participation au marché du travail et susciter des interrogations quant au financement la dette publique française, qui s’élève d’ores et déjà à 112% du PIB.

Europe

Une victoire de Le Pen entraînerait également des tensions au sein de l’Union européenne. En raison des liens historiques de son parti avec le président russe Vladimir Poutine, Le Pen est peut-être moins encline à imposer de nouvelles sanctions au régime russe. Une grande partie de son programme est également en contradiction avec les accords européens. Le Pen veut notamment donner la priorité au droit français sur le droit européen, mettre en place des contrôles frontaliers pour lutter contre la fraude, limiter l’accès à la sécurité sociale française pour les citoyens européens et réduire unilatéralement la contribution annuelle de la France au budget de l’UE de 5 milliards d’euros.

Conclusion

Comme il y a 5 ans, la France est confrontée à un choix éprouvant. Une victoire de Le Pen mettrait fin aux réformes économiques nationales visant à améliorer la productivité et la participation au marché du travail, ainsi qu’à l’européisme français. Bien que Macron soit toujours le grand favori, une victoire de Le Pen est plus qu’un risque extrême. Ce ne serait pas le premier cygne noir de 2022.

Intentions de vote au second tour des élections présidentielles (en % des voix)

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

De l'intérêt de laisser des portes ouvertes...

De l'intérêt de laisser des portes ouvertes...

Intervention d'urgence de la Banque

Intervention d'urgence de la Banque

La banque centrale japonaise continue à faire bande à part

La banque centrale japonaise continue à faire bande à part

Un bilan intermédiaire

Un bilan intermédiaire