Taux australiens totalement sous l'emprise de la RBA?

Les marchés

Philip Lowe, le président de la banque centrale australienne (RBA), a créé la surprise ce matin. Lors d'un entretien avec la presse, il a constaté que les taux à long terme australiens faisaient partie des plus élevés au monde. Précision : ce taux "élevé" se situe, par exemple, à 0,75% sur une échéance à 10 ans. Ce constat ne pose en soi aucun problème. Le message prend cependant une autre dimension si on le place dans un contexte où la RBA est toujours en mode assouplissement.

Lowe et ses collègues vont sans nul doute encore assouplir leur politique lors de l'une de leurs dernières réunions de politique de cette année. En Australie, l'une des principales préoccupations concerne la situation sur le marché du travail. Les chiffres de l'emploi publiés ce matin montrent que 29 500 postes, pour la plupart à temps plein, ont à nouveau été supprimés en septembre. La reprise de l'été est donc terminée. Le taux de chômage a encore progressé, à 6,9%. Et le Trésor australien table sur un pic d'environ 8%, ce qui serait le niveau le plus élevé enregistré depuis le milieu des années 90. C'est surtout la situation dans le grand État de Victoria – qui est entré en confinement pour la deuxième fois - qui reste précaire.

Une réduction de taux de 0,25% à 0,1% était jusqu'à présent la piste la plus probable en termes de nouvel assouplissement monétaire. Complétée ou non par un abaissement du plafond pour le taux à 3 ans australien. En achetant des obligations (QE), la RBA empêche le taux à 3 ans de dépasser 0,25%. Cela permet à la banque de renforcer sa promesse de ne pas relever le taux directeur dans les années à venir. La remarque de Lowe au sujet du taux à 10 ans “élevé" alimente les spéculations selon lesquelles la RBA voudrait à nouveau intervenir sur les échéances plus longues. Peut-être même en instaurant un plafond implicite, ce qui complèterait son modèle de contrôle de la courbe.

Une extension du programme QE est donc sur la table. Lowe a néanmoins tenu à nuancer en affirmant que les avantages et les inconvénients étaient pour le moment évalués. Il se pose clairement la question de savoir dans quelle mesure des taux à long terme plus bas peuvent contribuer à un renforcement de l'emploi. La réponse réside peut-être dans le rôle de soutien de la banque centrale. Tout le monde s'accorde à dire que la réponse monétaire n'est pas la meilleure pour lutter contre les conséquences économiques de la crise du coronavirus. Par ailleurs, personne ne voit actuellement d'inconvénient à ce que les pouvoirs publics lâchent la bride budgétaire afin d'éviter une dépression. La banque centrale peut, par le biais de programmes monétaires tels que les achats d'obligations, aider à réduire le coût fiscal.

Le marché des taux australien a logiquement réagi suite aux commentaires de Lowe. Les taux ont perdu jusqu'à 7 points de base (10 ans) et la courbe s'est aplatie. Le dollar australien s'est replié. Le cours AUD/USD est passé de 0,7170 à 0,7070. Le momentum haussier de la paire de devises avait déjà été rompu à la fin du mois dernier. Outre la faiblesse du dollar australien, la vigueur du dollar américain pèse également dans la balance dans l'environnement actuel d'aversion pour le risque sur les marchés.  AUD/USD 0,70 constitue un important niveau de support. Une rupture sous ce seuil ouvrirait la voie vers la partie supérieure de 0,66.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Le cours AUD/USD se replie en direction d'un important niveau de support autour de 0,70.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La lire turque tombe dans un puits sans fond

La lire turque tombe dans un puits sans fond

Une mission difficile pour la BCE

Une mission difficile pour la BCE

Une semaine de doute…?

Une semaine de doute…?

L'industrie allemande masque une réalité morose

L'industrie allemande masque une réalité morose
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.