Perspectives des marchés

Actualisation du 12 novembre 2020

 

Notre opinion  sur la croissance économique : 

La zone euro et les États-Unis ont vu leur croissance rebondir vivement au troisième trimestre 2020, tout comme les marchés domestiques de KBC. Ce rebond intervient à la suite de la contraction marquée enregistrée au deuxième trimestre en réaction à la pandémie et aux mesures politiques prises pour y faire face, qui ont mis à l’arrêt de larges pans de l’économie. Par conséquent, les chiffres robustes de la croissance au troisième trimestre reflètent largement l'impact mécanique de la réouverture des économies, soutenues par des plans de relance monétaire et budgétaire massifs. L’économie chinoise dispose d'une avance notable dans le cycle de reprise, avec un retour sur le chemin de la croissance dès le deuxième trimestre 2020.
Il convient toutefois de considérer le rythme de cette reprise avec prudence. Premièrement, l'activité économique affiche toujours des niveaux inférieurs à ceux observés avant la pandémie dans les secteurs des services et manufacturiers, démontrant qu’il reste encore un long chemin à parcourir pour que le rétablissement soit complet. Deuxièmement, les indicateurs prospectifs suggèrent des risques baissiers s’agissant de la solidité de la poursuite de la reprise au quatrième trimestre 2020 et au premier trimestre 2021. Le redressement du secteur des services semble notamment s’essouffler dernièrement, tandis que le secteur manufacturier témoigne encore d’une certaine résilience.   La seconde vague de la pandémie que subit le monde aujourd’hui entraîne également des mesures politiques telles que le retour de confinements partiels ou totaux, qui ne manqueront pas d’interférer, au moins temporairement, avec la reprise. De telles mesures de restriction temporaires sont déjà mises en œuvre dans de nombreux pays européens. Les gouvernements concernés font toutefois de leur mieux pour limiter autant que possible l’impact direct de ces mesures sur l’activité économique. 
La possibilité de voir la phase de transition du Brexit se terminer sans accord entre l’UE et le Royaume-Uni, ainsi qu’un regain de tension dans le conflit commercial opposant les États-Unis à la Chine comptent parmi les autres grands facteurs de risque qui menacent la reprise. 

Notre opinion sur les taux d'intérêt et les taux de change :

Les économies des États-Unis et de la zone euro sont fermement soutenues par des mesures de relance monétaire et budgétaire. La Fed et la BCE devraient selon nous conserver des taux directeurs inchangés au cours des années à venir. Un assouplissement quantitatif supplémentaire de la part de la BCE est vraisemblable, avec une extension probable de la taille et de la durée du Programme d'achat d'urgence en cas de pandémie (Pandemic Emergency Purchasing Programme). Ces interventions sur le marché contribueront à préserver encore plus durablement le faible niveau des taux d’intérêt à plus long terme et à comprimer les spreads au sein de l’UEM ainsi que les spreads souverains bulgares dans les prochaines années. 
La banque centrale hongroise a récemment durci sa politique monétaire afin de soutenir l’affaiblissement du forint hongrois vis-à-vis de l’euro. Cette dépréciation est en grande partie le résultat d'un regain d’aversion pour le risque à l’échelle mondiale. Nous nous attendons à ce que le resserrement soit temporaire, car il est prévu que le forint s’apprécie à nouveau, dans une certaine mesure, au quatrième trimestre 2020. La couronne tchèque a elle aussi perdu du terrain face à l’euro ce qui, comme pour le forint, ne devrait pas durer. Nous tablons sur des taux directeurs inchangés à la banque nationale tchèque (CNB). Si la CNB décide d’intervenir, elle est plus susceptible d’avoir recours à des mesures non conventionnelles.
Depuis le mois d’août, le taux de change du dollar américain s’est globalement stabilisé par rapport à l’euro, après plusieurs mois d’un plongeon marqué. Le dollar devrait selon nous recommencer à se déprécier graduellement par rapport à l’euro au quatrième trimestre 2020, puisque l'un des principaux moteurs de l'évolution de la monnaie unique (différentiels de taux d'intérêt réels) persistera probablement. 

Nos principaux défis :

À l’heure actuelle, nous estimons qu’un certain nombre d’éléments constituent le principal défi pour le secteur financier. Ceux-ci proviennent essentiellement de l'impact de la crise du coronavirus sur l’économie mondiale et plus particulièrement sur le secteur financier (y compris les risques de crédit, de marché et de liquidité ainsi que l’incidence des taux d'intérêt durablement bas sur nos résultats). Ces risques s’ajoutent aux risques en lien avec les évolutions macroéconomiques et politiques telles que le Brexit et les conflits commerciaux, lesquels affectent tous l’économie mondiale et européenne, y compris les marchés domestiques de KBC. Le risque réglementaire et de compliance (lutte contre le blanchiment de capitaux et RGPD notamment) reste un thème dominant dans le secteur, tout comme le renforcement de la protection du consommateur. La numérisation (tirée par la technologie) présente certes des opportunités, mais menace également le modèle d'entreprise des établissements financiers traditionnels. Les risques liés au climat revêtent par ailleurs une importance croissante. Enfin, les cyber-risques sont devenus l’une des principales menaces ces dernières années, pas uniquement pour le secteur financier, mais pour l’ensemble de l’économie.


Vous trouverez des informations détaillées dans la section KBC Economics

 

Mentions légales : les perspectives, prévisions et déclarations relatives aux développements futurs sont fondées sur des suppositions et des estimations. Les déclarations relatives aux développements futurs sont incertaines par nature. Divers facteurs peuvent avoir pour effet que les résultats et développements effectifs présentent des écarts importants par rapport aux déclarations initiales. De plus, il n’existe pour KBC aucune obligation d’actualiser le texte à chaque nouveau développement.

 

 

 

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.