Une récession à double creux en europe centrale et orientale

Opinion économique

Alors que l’Europe centrale et orientale (CEE) a largement évité une épidémie généralisée de Covid-19 au printemps, la deuxième vague de la pandémie est devenue incontrôlable. Nous estimons qu’une croissance frappée par de nouveaux confinements poussera les économies des CEE dans une récession à double creux au quatrième trimestre 2020. Néanmoins, l’impact économique devrait être moins sévère qu’au début de l’année en raison des mesures de confinement moins strictes. En outre, la production industrielle, qui représente une part importante de la production des CEE, reste à l’abri des fermetures générales et des perturbations majeures de la chaîne d’approvisionnement. Dans l’ensemble, les perspectives de croissance annuelle pour l’année prochaine ont été ajustées à la baisse dans toute la région ; cependant, nous voyons un tableau plus optimiste se dessiner à partir du second semestre 2021, soutenu par les progrès réalisés sur le front du vaccin Covid-19. Dans le même temps, l’augmentation considérable de la dotation budgétaire de l’UE pour la période 2021-2027 devrait aider les économies des CEE à retrouver leur trajectoire de convergence d’avant la crise.

Avec la deuxième vague de la pandémie qui bat son plein, l’Europe centrale et orientale est devenue un point chaud majeur pour le virus Covid-19. Le contraste est frappant avec l’épidémie du printemps, où la région a été largement félicitée pour avoir évité une infection généralisée en imposant un verrouillage national précoce. Le ralentissement économique qui a suivi dans les CEE au premier semestre 2020 s’est avéré, dans l’ensemble, un peu moins grave que celui de la zone euro. Au troisième trimestre, toutes les économies de la région se sont fortement redressées, même si la production reste inférieure aux niveaux d’avant la pandémie.

De la réussite à l’échec

Dans le même temps, les chiffres élevés du troisième trimestre ont masqué une détérioration du contexte économique. Depuis début octobre, la région des CEE a été parmi les plus durement touchées par la deuxième vague, ce qui a inversé le succès antérieur de la lutte contre le virus. Après une levée rapide des restrictions pendant l’été, l’absence d’un système efficace de test et de traçage, et une réponse tardive du gouvernement, la deuxième vague a échappé à tout contrôle, en particulier en Tchéquie, où le taux d’infection (pour 100 000 habitants) a atteint le plus haut niveau de l’UE, et en Pologne. Malgré des dynamiques locales différentes, le reste de la région est sur une trajectoire parallèle, menaçant à terme de submerger les systèmes médicaux. Un taux de positivité élevé montre que la propagation du virus n’est pas encore maîtrisée (graphique 1).

En conséquence, les gouvernements ont réimposé des mesures d’endiguement strictes, ce qui assombrit les perspectives économiques à court terme. Nous prévoyons une nouvelle contraction de l’activité économique dans les CEE au quatrième trimestre, bien qu’elle devrait être moins grave qu’au début de l’année. Dans l’hypothèse d’un assouplissement limité des restrictions jusqu’à la fin de l’année, notre analyse – fondée sur la relation entre la rigueur des mesures d’endiguement et l’activité – suggère que les pays les plus touchés par la croissance du PIB réel au quatrième trimestre seront la République tchèque (4,5 pp), la Slovaquie (4,5 pp) et la Pologne (4,0 pp). La Hongrie (3,5 pp) et la Bulgarie (2,5 pp) verront leur impact plus limité. Bien que l’incertitude autour de nos estimations reste élevée, elles indiquent moins de la moitié de l’impact économique observé au deuxième trimestre 2020.

Des fermetures plus douces impliquent un impact économique moins sévère

Le fait que les nouvelles mesures de confinement soient, dans l’ensemble, moins strictes implique un impact économique plus limité. Le secteur des services, tels que l’hôtellerie, le divertissement et les voyages, a supporté la majeure partie du fardeau des fermetures d’automne, tandis que la production industrielle est restée largement à l’abri des fermetures générales et des perturbations printanières de la chaîne d’approvisionnement. Compte tenu de la part importante de l’industrie manufacturière orientée vers l’exportation dans la production globale, cela est particulièrement important pour les économies des CEE. En outre, compte tenu de la forte intégration dans les chaînes de valeur allemandes (notamment dans le secteur automobile), il y a déjà des retombées positives de la résilience de la production industrielle en Allemagne, qui à son tour doit beaucoup à une forte reprise post-lockdown en Chine.

Le soutien budgétaire reste également en place dans toute la région, bien que sa taille globale soit moins impressionnante que dans la zone euro et qu’une certaine hétérogénéité émerge entre les CEE. Alors que le gouvernement tchèque, par exemple, a introduit un ambitieux paquet fiscal pour 2021 avec une importante réduction de l’impôt sur le revenu (estimée à quelque 130 milliards de couronnes tchèques, soit 2,3 % du PIB de 2019), la Bulgarie a signalé un retour rapide à la prudence budgétaire dans la perspective de l’adoption de l’euro. Sur le plan monétaire, la marge de manœuvre semble plus limitée, la marge de manœuvre de la politique monétaire classique étant presque épuisée. Néanmoins, nous nous attendons à ce que l’orientation accommodante soit maintenue jusqu’en 2021 dans l’ensemble de la région.

En plus du soutien budgétaire national, les économies des CEE devraient rester d’importants bénéficiaires nets du prochain budget de l’UE pour 2021-2027, une fois celui-ci approuvé. Avant l’apparition de la pandémie, on s’attendait à ce que la région subisse un recul important de ses recettes brutes (et nettes) en raison de l’augmentation du revenu par habitant et de la réduction du budget de l’UE après le départ du Royaume-Uni. Toutefois, en combinant les allocations préliminaires du cadre financier pluriannuel pour 2021-2027 et les 750 milliards d’euros de Next Generation EU, les économies des CEE devraient maintenant bénéficier de plus grands avantages (y compris des prêts à faible taux d’intérêt) au cours du prochain cycle budgétaire que lors du cycle 2014-2020 (graphique 2). Ainsi, un afflux substantiel de fonds de l’UE restera probablement un important moteur de croissance dans la région des CEE dans les années à venir.

Après un revers temporaire, la convergence devrait se poursuivre

Dans l’ensemble, dans nos perspectives mensuelles de novembre, nous avons révisé à la baisse les perspectives de croissance pour 2021 dans l’ensemble de la région des CEE, en raison d’une importante surabondance négative et d’une activité toujours faible prévue au début de 2021 dans le cadre des restrictions en cours. Pour l’ensemble de l’année, nous prévoyons la plus forte croissance en Pologne (4,2 %), suivie de la Slovaquie (4,0 %) et de la Hongrie (3,5 %). En Bulgarie et en Tchéquie, nous prévoyons une croissance annuelle de 3,0 % et 2,5 %, respectivement.

Dans le même temps, nous voyons un tableau plus optimiste se dessiner progressivement à partir de la seconde moitié de 2021, en supposant un déploiement progressif d’un vaccin Covid-19. À cet égard, les économies des CEE devraient bénéficier de la coordination au niveau de l’UE des achats de vaccins, ce qui implique un calendrier de réception des vaccins similaire à celui des économies plus avancées. En conjonction avec une augmentation considérable des fonds de l’UE, nous espérons qu’après un revers temporaire dû à la pandémie, les économies des CEE retrouveront une réelle convergence vers l’Europe occidentale.

Disclaimer:

Toute opinion formulée dans les KBC Opinions Économiques représente l’opinion personnelle de l’auteur ou des auteurs. Any opinion expressed in this KBC Economic Opinions represents the personal opinion by the author(s). Ni la mesure dans laquelle les scénarios, les risques et les pronostics présentés reflètent les prévisions du marché, ni la mesure dans laquelle ils seront corroborés par la réalité ne peuvent être garanties. Les prévisions sont fournies à titre purement indicatif. Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Elles ne peuvent être considérées comme des recommandations en investissement. La durabilité fait partie de la stratégie commerciale globale de KBC Group NV (voir https://www.kbc.com/fr/durabilite-de-l-entreprise.html). Nous tenons compte de cette stratégie dans le choix des sujets de nos publications, mais une analyse approfondie de l'évolution économique et financière nécessite d'aborder une plus grande variété de sujets. Cette publication relève de la ‘recherche en investissements’, telle que visée par la loi et la réglementation sur les marchés d’instruments financiers. Toute transmission, diffusion ou reproduction de ces informations, sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, est interdite sans l’autorisation expresse, préalable et écrite de KBC Groupe SA. KBC et CBC Banque SA ne peut être tenu responsable de leur exactitude ou de leur exhaustivité.

Publications liées

Croissance économique des régions en Belgique

Croissance économique des régions en Belgique

Orage ou éclaircie pour le marché du travail belge ?

Orage ou éclaircie pour le marché du travail belge ?

L’italie doit saisir une occasion unique de renforcer son économie

L’italie doit saisir une occasion unique de renforcer son économie

La belgique est à la traîne par rapport aux pays voisins en matière de durabilité

La belgique est à la traîne par rapport aux pays voisins en matière de durabilité
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.