La concurrence et les opportunités écologiques arrivent

Opinion économique

Le « Green Deal » de l’UE indique clairement que l’UE veut être le leader mondial en termes d’initiatives climatiques et de technologies vertes. La décision d’affecter 30 % du fonds de relance post-Covid aux objectifs de l’UE en matière de protection du climat et de réduction des émissions, ainsi que la décision d’émettre des obligations vertes pour financer la relance, contribueront à renforcer ce rôle. Mais d’autres puissances mondiales intensifient également leurs ambitions en matière de climat, la Chine et le Japon s’engageant à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 et 2050, respectivement. Les États-Unis devraient également adopter une approche plus sérieuse de la crise climatique avec l’élection récente de Joe Biden comme prochain président du pays (bien que des politiques plus agressives seront probablement contrecarrées si les républicains conservent le pouvoir au Sénat américain). Ces engagements des grandes puissances mondiales sont sans aucun doute une bonne nouvelle pour la lutte contre le changement climatique, mais ils laissent également entendre qu’il ne sera pas facile pour l’UE de maintenir sa position de leader vert. Pour rester compétitifs et profiter des nouvelles opportunités mondiales qui se présenteront dans la marche vers une économie plus verte, l’UE et ses États membres doivent éviter d’édulcorer leurs plans de relance ou d’édulcorer les nouveaux règlements du Green Deal.

Les leaders verts

Nombreux sont ceux qui affirment que l’Europe est déjà le leader mondial de la lutte contre le changement climatique. Le système d’échange de quotas d’émission lancé en 2005 est le plus grand marché du carbone au monde, par exemple, et le « Green Deal » européen a pour objectif ambitieux de réorganiser le système économique de l’UE et de parvenir à des émissions nettes de carbone nulles d’ici 2050. L’UE est également à la pointe des progrès en matière d’énergies renouvelables, notamment en ce qui concerne l’énergie éolienne. Toutefois, comme le montrent clairement les figures 1 et 2, la Chine rattrape rapidement son retard et a dépassé l’Europe en termes de capacité de production d’énergie solaire et d’éoliennes installées. En outre, l’UE n’est pas la seule grande puissance à s’être engagée à atteindre une économie neutre en carbone dans les 30 à 40 prochaines années. Après la signature de traités internationaux sur le climat tels que l’accord de Paris, le Japon, la Corée du Sud et la Chine ont tous annoncé de tels engagements au cours des trois derniers mois. Dans le même temps, les États-Unis ont été le principal retardataire en matière de climat ces dernières années, l’administration Trump les ayant retirés de l’accord de Paris. Cependant, le président élu des États-Unis, Joe Biden, s’est engagé à rejoindre l’accord de Paris lorsqu’il prendra ses fonctions en janvier et a mené sa campagne sur une plateforme qui prévoyait d’atteindre des émissions nettes de zéro d’ici 2050. La mesure dans laquelle les États-Unis mettront réellement en œuvre un programme climatique ambitieux dépend de la prise de pouvoir des républicains ou des démocrates au Sénat en janvier. Mais malgré cette incertitude, la tendance vers une énergie propre et une économie mondiale plus durable est claire.

Mais quel est l’avantage d’être le leader en matière de technologie verte ? Outre les avantages environnementaux, il s’agit en grande partie de conserver un avantage concurrentiel alors que l’économie mondiale connaît une transition importante. La transition vers une économie plus durable ne se résume pas à des avancées isolées dans le domaine des énergies renouvelables. L’idée est plutôt que des énergies moins chères, plus abondantes et plus propres finiront par être intégrées dans l’ensemble de l’économie, y compris les activités industrielles. Un exemple en serait l’utilisation de l’électricité produite par le vent pour produire de l’hydrogène, qui serait ensuite utilisé pour alimenter les activités industrielles avec une empreinte écologique plus faible. Un rapport récent de l’Agence internationale de l’énergie suggère que les énergies renouvelables dépasseront le charbon comme principale source de production d’électricité dans le monde en 2025, et qu’en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis, l’augmentation des énergies renouvelables dépassera la demande, ce qui, dans l’ensemble, laisse présager une baisse des prix. Par conséquent, si l’on considère la tarification du carbone (qui devrait augmenter dans le cadre de l’accord vert), les taxes à la frontière sur le carbone (qui pourraient devenir plus courantes à mesure que de plus en plus de pays adoptent des objectifs de neutralité carbone) et les progrès technologiques généraux, on peut s’attendre à ce que les procédés verts deviennent moins chers et acquièrent un avantage concurrentiel sur les procédés polluants dans un avenir pas si lointain. De plus, les nouveaux produits, services et technologies qui soutiennent l’écologisation de l’économie peuvent également être exportés ailleurs. Ainsi, ceux qui sont en tête de la transition climatique auront un avantage concurrentiel sur ceux qui sont à la traîne.

Un autre avantage, en particulier pour l’Europe, dans la promotion des capacités d’énergie renouvelable est que cela réduit la dépendance vis-à-vis des importations de combustibles fossiles. Comme le souligne un récent rapport de la Commission européenne sur la compétitivité des énergies propres, le risque de devenir plus dépendant des importations de matières premières est contré par le fait que les matières premières peuvent rester et être réutilisées dans une économie circulaire. Ce même rapport suggère toutefois que l’UE a actuellement le plus faible taux d’investissement en recherche et innovation (R&I) dans les technologies propres, en pourcentage du PIB, par rapport aux autres grandes économies. En outre, la R&I en matière d’énergie propre, tant privée que publique, est en déclin, ce qui est clairement incompatible avec les objectifs du « Green Deal ». Peut-être que la combinaison d’une concurrence accrue et d’initiatives politiques peut renverser cette tendance.

Une opportunité dans la relance

En effet, la réalisation du type de transformation économique à grande échelle envisagé dans le « Green Deal » nécessite des investissements importants. Les initiatives de relance entreprises à la suite de la crise du Covid-19 sont l’occasion d’accroître les investissements dans les technologies vertes. Et jusqu’à présent, les économies européennes consacrent une plus grande partie de leurs plans de relance à des efforts durables par rapport à d’autres nations (un groupe de recherche privé, Rhodium, estime qu’ensemble, 20 % des mesures de relance de l’UE et des États membres se concentreront sur les dépenses vertes, contre 1 à 3 % pour les États-Unis, la Chine et l’Inde. Les montants diffèrent selon les États membres, la France consacrant un tiers de son plan de relance à des initiatives écologiques et l’Allemagne 11 %). Cependant, certains se demandent si le fonds de relance de l’UE sera « suffisamment vert », même avec le principe de « ne pas nuire » de « Next Generation EU » et l’engagement que 30 % des fonds seront consacrés à des projets verts. La mise en œuvre est laissée aux États membres, et les critères selon lesquels la Commission jugera les plans des États membres ne sont pas tout à fait clairs. En outre, les critiques affirment que le principe « ne pas nuire » n’est pas suffisamment contraignant et que les fonds pourraient toujours être utilisés pour soutenir des activités très polluantes.

Cela ne signifie pas nécessairement que les décideurs politiques des États membres contourneront les conditions vertes ou n’engageront que le strict minimum des fonds de relance dans des activités vertes, et, de fait, il ne serait pas sage de le faire. La concurrence verte est en hausse et représente une opportunité pour les pays qui investissent dans les technologies vertes et dans la réalisation d’une économie plus durable. L’UE a la possibilité de rester un leader mondial des technologies vertes. C’est une chance qu’il ne faut pas laisser passer, tant pour le bien de l’environnement que pour celui de l’économie.

Disclaimer:

Toute opinion formulée dans les KBC Opinions Économiques représente l’opinion personnelle de l’auteur ou des auteurs. Any opinion expressed in this KBC Economic Opinions represents the personal opinion by the author(s). Ni la mesure dans laquelle les scénarios, les risques et les pronostics présentés reflètent les prévisions du marché, ni la mesure dans laquelle ils seront corroborés par la réalité ne peuvent être garanties. Les prévisions sont fournies à titre purement indicatif. Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Elles ne peuvent être considérées comme des recommandations en investissement. La durabilité fait partie de la stratégie commerciale globale de KBC Group NV (voir https://www.kbc.com/fr/durabilite-de-l-entreprise.html). Nous tenons compte de cette stratégie dans le choix des sujets de nos publications, mais une analyse approfondie de l'évolution économique et financière nécessite d'aborder une plus grande variété de sujets. Cette publication relève de la ‘recherche en investissements’, telle que visée par la loi et la réglementation sur les marchés d’instruments financiers. Toute transmission, diffusion ou reproduction de ces informations, sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, est interdite sans l’autorisation expresse, préalable et écrite de KBC Groupe SA. KBC et CBC Banque SA ne peut être tenu responsable de leur exactitude ou de leur exhaustivité.

Publications liées

De klimaatdiscussie in de ECB warmt op

De klimaatdiscussie in de ECB warmt op

La confiance des industriels brille au milieu de la morosité

La confiance des industriels brille au milieu de la morosité

Le marché européen du logement attendu moins bon en 2021

Le marché européen du logement attendu moins bon en 2021

Une récession à double creux en europe centrale et orientale

Une récession à double creux en europe centrale et orientale
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.