Inflation de la demande contre inflation de l’offre

Les marchés

L'inflation galopante de ces dernières années place les décideurs macroéconomiques dans une situation difficile. L’une des principales incertitudes auxquelles ces décideurs, et en particulier les banques centrales, sont confrontés réside dans la question de savoir si cette inflation exubérante est plutôt liée à la la demande ou à l’offre. Cette question est par ailleurs plus qu'académique. De la réponse à cette interrogation dépend en effet dans une large mesure la posture optimale à adopter sur le plan de la politique monétaire. L’inflation induite par l’offre réagit en effet beaucoup moins directement aux instruments de politique monétaire connus. Surtout si ces chocs de l’offre, comme les chocs énergétiques, se produisent à l’étranger. 

Mesurer, c’est savoir ?

Plusieurs institutions internationales et banques centrales ont récemment tenté de manière (très) ambitieuse d'identifier l’origine de la vague d’inflation actuelle, en se concentrant sur l’inflation de base (qui ne tient pas compte des prix de l’énergie et de l’alimentation). Par ces analyses, elles tentent d'estimer l'impact typique des différents types d’inflation à un niveau désagrégé (par catégorie de biens ou de services). L’inflation liée à la demande se traduit par une hausse des prix et de la demande, tandis que l’inflation liée à l’offre combine une pression croissante sur les prix et une contraction de l’activité (en raison des restrictions de l’offre).

Pas de résultat univoque...

La Fed, la BCE et l’OCDE, entre autres, ont récemment publié les résultats de cet exercice extrêmement complexe, mais utile. Avec, comme souvent dans les analyses économiques, pas de résultat univoque. Selon les travaux de l’OCDE, près de la moitié de l’inflation aux États-Unis  est actuellement provoquée par les chocs de l’offre, tandis que près d’un tiers est lié à la demande. On retrouve des résultats similaires pour la France, où l'inflation est à plus de 40 % due à la demande (voir graphique). La BCE a également publié des résultats montrant que plus ou moins un tiers de l’inflation des biens et plus de la moitié de l’inflation des services sont alimentés par l'accroissement de la demande. Ces résultats sont confirmés dans l’analyse de la Fed : grosso modo, un tiers de l’inflation s’explique par la progression de la demande.

... mais un message important

Des résultats partagés, mais un message important : l’inflation n’est pas seulement la conséquence de la crise énergétique ou des autres chocs de l’offre. La (forte) demande pèse aussi beaucoup dans la balance. Les arguments en faveur d'un (nouveau) resserrement de la politique monétaire sont donc solides. Reste à savoir si de telles considérations académiques auront un impact considérable sur les banques centrales. Nous en saurons déjà plus au milieu du mois de décembre, lors des réunions de politique de la Fed et de la BCE.

Hans Dewachter, KBC Group Chief Economist

Inflation en France : répartition entre chocs de l’offre et chocs de la demande

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB et la CNB préparent un nouvel épisode

La MNB et la CNB préparent un nouvel épisode

Obstacles techniques élevés pour la livre

Obstacles techniques élevés pour la livre

Accélération de l’économie européenne

Accélération de l’économie européenne

Un plancher plus solide après la correction des taux ?

Un plancher plus solide après la correction des taux ?