Les PMI européens mettent le marché sens dessus dessous

Les marchés

Hier, la banque centrale tchèque (CNB) a tenu sa dernière réunion de politique dans sa configuration actuelle.Le comité de politique, composé de sept membres, présentera un visage très différent lors de sa prochaine réunion prévue en août, avec trois nouveaux membres et Aleš Michl à sa tête.Depuis le début du cycle des taux, Michl vote systématiquement contre tout relèvement. Le directeur actuel de la CNB, Jiří Rusnok, n’avait, quoi qu’il en soit, pas l’intention de quitter son poste sur la pointe des pieds. Bien au contraire.

La CNB a rehaussé son taux directeur de 125 points de base, à 7 %. Un tel relèvement avait déjà été effectué en novembre. La raison est la même : l’inflation est beaucoup trop élevée. Le niveau des prix a bondi de 16 % en mai, soit plus que ce que la CNB avait prévu. La banque ne prévoit par ailleurs pas beaucoup d’amélioration d'ici la fin de l’année et les risques d’inflation demeurent importants et nombreux. Une intervention plus drastique s’imposait donc. Mais en agissant de la sorte, la CNB réduit les perspectives de nouvelles de taux par la suite. Prague devient tributaire des données et l'idée selon laquelle la politique pourrait encore être resserrée lors des prochaines réunions n'est plus évoquée. Une manière peut-être pour la CNB d'annoncer le passage à une politique nettement moins agressive et préventive sous la houlette de Michl & Co. Le marché a compris le message. Sauf grave détérioration des prévisions d’inflation, le cycle de resserrement pourrait s'arrêter à 7 %. Les taux swaps tchèques ont dégringolé de 32-40 (!) pb Ce mouvement s'explique toutefois en partie par l’aversion générale pour le risque. La couronne tchèque se trouvait sous pression, mais l'intervention de la CNB a permis d'éviter un affaiblissement au-delà de EUR/CZK 24,75. Ce niveau correspond au seuil de douleur depuis quelques semaines. Et nous pensons qu'il sera encore souvent testé souvent au cours de la période à venir. La CNB 2.0 doit encore gagner la confiance du marché.

De la consolidation à la correction

L'actualité est aussi marquée par les PMI européens. Les indicateurs de confiance des entreprises donnent un instantané précis de l'état de santé de l"économie.Et celle-ci connaît actuellement un net ralentissement. L'indicateur général est ainsi passé de 54,8 à 51,9. Il reste donc supérieur au niveau neutre de 50, mais témoigne tout de même d'une solide baisse de régime. Tant l’industrie manufacturière (de 54,6 à 52) que le secteur des services (de 56,1 à 52,8) enregistrent un net recul. Dans la première, la production s'est même repliée pour la première fois en deux ans. Et cette baisse va encore s’accélérer en juillet, étant donné les pénuries persistantes au niveau de l’offre et le manque de nouvelles commandes. L’activité dans le secteur des services se trouve aussi sous pression. L’impact positif de la demande refoulée s’estompe, tandis que l’inflation rogne de plus en plus le revenu disponible. Le fait que l’inflation (des biens) pourrait bientôt atteindre son pic selon le bureau d’études n’offre qu’une maigre consolation. La forte hausse des taux observée ces derniers mois fait entre-temps ressentir ses premiers effets, notamment dans le secteur immobilier. L'emploi n'a plus progressé aussi lentement depuis plus d’un an et les entreprises mettent leurs projets d’expansion au frigo. Il faut remonter à octobre 2020 pour retrouver aussi peu d'optimisme.

Les marchés sont sens dessus dessous. Les taux européens chutent de plus de 20 pb sur diverses échéances. Il convient toutefois de souligner que les attentes en matière de taux directeur pour cette année n'ont quasiment pas évolué. Le marché sait que la BCE n’aura d’autre choix que d’intervenir, au risque de provoquer des dommages collatéraux sur l'économie. Entre la semaine dernière et aujourd’hui, les taux swaps européens ont perdu entre 35 (10 ans). et 45 (2/3 ans) pb. La période de consolidation se transforme en correction qui, d’un point de vue technique, ne peut pas dépasser 2 % (10 ans). pour que la tendance haussière des taux reste intacte. L’euro souffre. Le cours EUR/USD se rapproche d’un premier support intermédiaire de 1,0472. Une rupture ouvrirait la voie vers 1,035.

Taux swap européen à 10 ans : de la consolidation à la correction

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

(Dur) rappel à la réalité pour la MNB

Pas de répit pour l’économie mondiale

Pas de répit pour l’économie mondiale

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le dollar met les marchés émergents sous pression

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole

Le conseil de la BRI: n’avoir qu’une aiguille à sa boussole