Des craintes inflationnistes à la panique autour de la croissance ?

Les marchés

Les chiffres de l’inflation américaine (avril) publiés hier devaient annoncer le pic du cycle d’inflation. C'est ce que l'on espérait. Et, à première vue, cela a été le cas. L’inflation générale est retombée à à 0,3 % en glissement mensuel et 8,3 % en glissement annuel, contre respectivement 1,3 % et 8,5 % en mars . L’inflation de base (hors prix de l’alimentation et de l’énergie) est quant à elle passée de 6,5 % à 6,2 %. Voilà pour les bonnes nouvelles (en matière d'inflation). La mauvaise nouvelle est que la baisse est plus faible que prévu. Pire encore, la hausse mensuelle de l’inflation de base s’est même accélérée (de 0,3 % à 0,6 %). L’inflation des services a ainsi fortement augmenté (0,8 %). Il ne s’agit donc pas d’une hausse due à des facteurs exogènes (matières premières), sur lesquels certains banquiers centraux disent n'avoir que peu d’emprise.La "véritable inflation" continue de percoler dans tout le tissu économique. La détermination de la Fed est donc clairement justifiée. De son côté, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a officiellement donné son feu vert à un relèvement des taux le 21 juillet hier.

Une inflation tenace aux États-Unis et un retardataire dans la lutte contre l'inflation qui change son fusil d'épaule. Cela ne peut signifier qu’une seule chose : des taux plus élevés. Plus tôt cette semaine, nous avions encore expliqué comment les corrections en pleine tendance haussière des taux s’arrêtaient généralement avant d'avoir véritablement commencé, même en cas de détérioration des données. Le mouvement d’hier suggère que le paradigme du marché dominant/la fonction de réaction pourrait évoluer à court terme ou s'interrompre pendant un temps. Directement après la publication du rapport sur l’inflation, les taux américains ont encore bondi de 15 points de base, pour ensuite connaître un recul tout aussi spectaculaire. Au final, seuls les taux à court terme affichaient encore une légère hausse. Les taux à long terme ont quant à eux perdu jusqu'à 7 points de base. Et les taux d’intérêt dans l’UEM se sont aussi repliés.

Une inflation élevée tenace et en même temps des taux d’intérêt plus bas. Qu'est-ce qui a changé? Il n'y a pour le moment pas vraiment de signes de ralentissement de la croissance, en particulier aux États-Unis. Et pourtant, les investisseurs se sont mis à paniquer par rapport à la croissance. Le relèvement agressif des taux, nécessaire pour freiner l’inflation, entraînera-t-il un net ralentissement de la croissance ? Les bourses ont plongé et la tendance se poursuit ce matin en Europe. Les craintes autour de la croissance se reflètent également dans les taux réels , qui ont récemment été les moteurs de la hausse des taux, surtout aux États-Unis, mais qui se sont fortement contractés hier. Un mouvement "risk off" typique.
À quoi faut-il s'attendre pour la suite? Les taux d’intérêt ont entamé leur tendance haussière en décembre et n'ont connu qu'une seule correction digne de ce nom après l’invasion de l'Ukraine. Cette correction a duré 5 jours. Lorsqu'une tendance est soutenue par une logique économique solide, le marché se positionne de manière unilatérale. Une règle d’or consiste à ne pas aller à l’encontre d’une telle tendance tant qu’un signal technique clair n'a pas été observé. C’est ce qui est arrivé hier. L'heure d'une correction a donc peut-être sonné. Faut-il s'attendre à un renversement de tendance ? Nous ne le pensons pas. Si l’inflation, qui érode le pouvoir d’achat, constitue la véritable menace pour la croissance, les banques centrales n'ont alors pas intérêt à la laisser suivre son cours. Les éventuels dommages collatéraux liés à une hausse des taux doivent donc probablement être considérés comme "un moindres mal". La trajectoire prise par les banques centrales d’Europe centrale sert d’exemple. Tant que les craintes sur la croissance prédominent, la courbe est susceptible de s’aplatir, avec des taux à long terme corrigeant, à cause des incertitudes, plus fortement que les taux à court terme, que les banques centrales "doivent" relever. Une correction donc. Jusqu'à quel point ? D’un point de vue technique, nous tablons, par exemple, sur la zone entre 0,74 % et 0,77 % pour le taux à 10 ans allemand. Même à ce niveau, la tendance haussière restera intacte.

Taux à 10 ans allemand : les craintes liées à la croissance entraînent une correction.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Hausse des taux: un défi supplémentaire pour le budget

Hausse des taux: un défi supplémentaire pour le budget

CNB : nouveaux patrons, nouvelles règles ?

CNB : nouveaux patrons, nouvelles règles ?

Le Brexit revient sur le tapis

Le Brexit revient sur le tapis

La CNB surprend

La CNB surprend