La RBNZ inverse la logique de stimulation !!

Les marchés

Il existe des exceptions, mais la plupart des banques centrales des économies développées estiment toujours qu'il est préférable de maintenir les incitants monétaires pendant un peu trop longtemps. Les risques de cette approche sont moins importants que ceux d'un démantèlement anticipé des programmes d'assouplissement, qui pourrait mettre en danger la reprise et la réalisation de l’objectif d’inflation. Cette logique est facilitée par le fait que l'inflation est inférieure à son objectif depuis de longues années.

Ce matin, la Reserve Bank of New Zealand (RBNZ) est, de manière un peu surprenante, revenue sur ce raisonnement. La banque centrale de Nouvelle-Zélande a pendant longtemps fait partie du camp des partisans d'une politique accommodante. En mai, elle avait cependant déjà ouvert la porte à l'éventualité d'un premier relèvement de taux au second semestre de l’année prochaine. Aujourd’hui, la RBNZ a, contre toute attente, déjà pris une première mesure. Le taux directeur reste inchangé à 0,25 %. Le programme de soutien à l’octroi de crédit est également maintenu. Quant aux achats d’obligations effectués dans le cadre du programme d'assouplissement quantitatif de 100 milliards de dollars néo-zélandais, la RBNZ avait déjà indiqué en mai qu’elle n’utiliserait probablement pas la totalité de l'enveloppe (qui courait normalement jusqu’en juin 2022). La décision prise aujourd’hui est néanmoins drastique : les achats cesseront le 23 juillet. La justification est subtile, mais le virage est clair. L’économie a toujours besoin d’incitants, mais moins qu'avant. L’activité se porte mieux que prévu. La faiblesse observée dans le secteur touristique, pourtant important, est plus que compensée par la vigueur de la demande intérieure et des exportations. La RBNZ attribue toujours une partie de la poussée inflationniste à des facteurs uniques (pétrole) ou à des perturbations dans les chaînes de l’offre et de la demande. Mais ce ne sont pas (plus) les uniques raisons. Les restrictions de capacité et les pénuries sur le marché du travail à l’intérieur du pays pointent une pression de plus en plus forte sur les prix. La banque centrale prend également acte de la hausse "intenable" des prix de l’immobilier, dont elle tient également compte dans l'évaluation de sa politique.

L’arrêt soudain des achats d’obligations suscite naturellement des questions à propos de la prochaine étape. La RBNZ ne cite aucune date concrète. Le paragraphe sur le taux directeur indique qu’un soutien reste nécessaire, mais précise que celui-ci peut être moins important. Le marché évalue la probabilité d'une hausse de taux en août à 65 %. Pour novembre, plus d’un resserrement complet est déjà pris en compte. La RBZN prend ici aussi ses distances par rapport à sa grande sœur située de l’autre côté de la mer de Tasman, laquelle prévoit (jusqu’à nouvel ordre) de ne pas modifier ses taux avant 2024.

Les taux d’intérêt ont considérablement augmenté dans un premier temps. En dépit de l’arrêt immédiat des achats d’obligations dans le cadre du QE, le taux à 2 ans (+12 points de base à 0,88 %) a grimpé davantage que le taux à 10 ans (+7 points de base à 1,75 %). Preuve supplémentaire que le marché s’attend assez rapidement à un relèvement des taux. La forte hausse des taux sur la partie courte de la courbe a donné un sérieux coup de pouce au dollar kiwi ce matin. Le cours NZD/USD est passé de 0,6945 à plus de 0,70. Le kiwi fait évidemment encore face à des vents contraires en raison de l'appréciation générale du dollar américain après la forte poussée de l'inflation et la hausse des taux d’intérêt observées hier aux États-Unis. Par rapport à l’euro, la devise néo-zélandaise reste en revanche solide, y compris dans une perspective à un peu plus long terme. Et cela pourrait encore durer compte tenu de la divergence d’approche entre les deux banques centrales. La BCE ne va probablement pas abandonner de si tôt l'idée selon laquelle il vaux mieux maintenir un "soutien trop important pendant trop longtemps". Le cours EUR/NZD risque de sortir du canal haussier dans lequel il évolue depuis mars. D’un point de vue technique, le plancher atteint fin février (1,6325) pourrait être atteint en cas de rupture. 

EUR/NZD : la différence d'approche entre la RBNZ et la BCE joue en faveur du dollar kiwi. 

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.