L’UE pourrait faire la différence en tant qu’émetteur régulier

Les marchés

L'Union européenne fête aujourd’hui ses débuts sur les marchés obligataires dans le cadre du NextGenerationEU. L’instrument de relance temporaire de 750-800 milliards d’euros constitue le centre de gravité du budget pluriannuel européen (2021-2027) et la mesure phare de l'UE dans le cadre de son action coordonnée visant à réparer les dommages économiques et sociaux immédiats provoqués par la pandémie. Cette année, l’UE était déjà active en tant qu’émetteur pour financer le programme européen SURE (budget de 100 milliards d’euros pour une aide temporaire visant à limiter le risque de chômage dans les situations d’urgence).

L’émission syndiquée d’aujourd’hui a une durée de 10 ans. Le prix d’émission, le montant et les autres détails seront publiés cet après-midi. Si l’on se base sur les précédentes émissions de l’UE et leur succès, un montant de 10 milliards d’euros ne paraît pas exceptionnel. Heureusement, car ce premier emprunt ne sera certainement pas le dernier. Avant la fin de l’année, l’UE compte lever 80 milliards d’euros par le biais d’obligations. Deux autres syndications suivront en juillet. À partir de septembre, l’UE visera chaque mois une nouvelle obligation et une adjudication s d’obligations (existantes) supplémentaires. Sur la période 2022-2026, le volume d’émissions annuel tournera autour des 150 milliards d’euros. À titre de comparaison, la Belgique a levé 44,5 milliards d’euros via des obligations à moyen terme au cours de l'année exceptionnelle 2020. Cette année, l’objectif a été ramené à environ 36,5 milliards d’euros. Au niveau européen, seul le besoin de financement des quatre grands pays - l’Italie, l’Allemagne, la France et l’Espagne - est supérieur à celui de l’UE.

Le rôle que l’UE jouera sur le marché obligataire au cours des prochaines années pourrait avoir des conséquences à long terme sur le marché des taux. Après l’émission nette d’obligations, l’encours de la dette sera, après 2026, dans un premier temps surtout refinancé. L'important volume d’obligations européennes en circulation créera une alternative liquide aux obligations d’État allemandes, par exemple, en tant que valeur refuge en période de crise. En effet, les obligations de l’UE bénéficient aussi de la notation AAA la plus élevée. À terme, la fin de cette position monopolistique pourrait conduire à un taux allemand relativement plus élevé et plus proche du taux swap européen. L’UE se fixe 2058 comme date d’échéance pour rembourser les fonds empruntés. Pour ce faire, elle compte trouver de nouvelles sources de revenus. Citons par exemple la taxe carbone, la taxe numérique ou un système européen d'échange des quotas d’émission.

Malgré cette volonté de rembourser, l’idée d’un marché obligataire européen plus ou moins uniforme, par analogie avec le marché des Treasuries américains, a peut-être été semée. L’un des grands avantages des emprunts européens réside dans le fait que, pour de nombreux pays,  le coût est moins élevé que s’ils devaient faire appel au marché en solo. Le pool d’actifs encore plus liquides et bien valorisés constitue un autre atout. Aucun indice n'a encore été donné en ce sens pour le moment, mais 2058 est encore loin. Après tout, d'autres tabous ont déjà été brisés au cours de la dernière décennie. Nous pensons, par exemple, au rééchelonnement de la dette grecque ou aux taux directeurs négatifs de la BCE.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Différence entre le taux swap européen à 10 ans et le taux allemand à 10 ans : l’UE pourrait, en tant que nouvel émetteur régulier, encore faire baisser le spread.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La croissance belge confirme la reprise économique

La croissance belge confirme la reprise économique

Powell ne voit aucune raison d’agir

Powell ne voit aucune raison d’agir

La MNB joue cartes sur table.

La MNB joue cartes sur table.

Politique budgétaire US: signal d'alarme pour l’UEM

Politique budgétaire US: signal d'alarme pour l’UEM
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.