La banque centrale polonaise surveille le zloty

Les marchés

La banque centrale polonaise (NBP) a pris sa décision de politique hier. L'année dernière, la NBP avait déjà mis les bouchées doubles afin de soutenir son économie après le choc provoqué par le coronavirus. Elle a ainsi abaissé son taux directeur à un plancher historique de 0,1%. La banque centrale achète également des obligations d'État dans le but de renforcer le mécanisme de transmission monétaire par le biais de taux à long terme plus bas. Elle prévoit également un refinancement souple pour l'octroi de crédits aux entreprises.

Traditionnellement, la banque centrale polonaise est une fidèle alliée du gouvernement et met tout en œuvre pour soutenir au maximum la croissance. Une légère hausse de l'inflation est, par conséquent, souvent qualifiée de "temporaire" et ne pèse pas toujours lourd dans la balance. En décembre, la banque centrale était arrivée à la conclusion qu'elle pouvait/devait en faire plus et avait procédé à des interventions sur le marché des changes. Dans son communiqué de politique, elle expliquait déjà depuis un certain temps que le soutien apporté par sa politique monétaire extrêmement souple serait encore plus fort avec un zloty plus faible. Ces interventions ont néanmoins surpris le marché. Ce dernier a donc suivi avec plus d'attention que d'habitude les résultats de la réunion d'hier.

Hier, la NBP a maintenu son taux directeur inchangé à 0,1% et a aussi décidé de poursuivre ses achats d'obligations. Le président Glapinski avait déjà laissé entendre que la banque centrale pourrait encore abaisser ses taux si les prévisions d'inflation (en baisse) le justifiaient. De nouvelles prévisions de croissance et d'inflation officielles seront normalement publiées en mars. Si le rebond de la pandémie débouche à nouveau sur une croissance décevante au quatrième trimestre 2020 et au premier trimestre 2021, un nouvel abaissement de taux, à 0%, est possible. Il est en revanche peu probable que les taux passent en négatif en Pologne. Il ressort également de la déclaration de politique que la NBP considère désormais les interventions comme un outil à part entière de son arsenal. D'autres suivront si nécessaire.

Question suivante: est-ce nécessaire? Au vu des chiffres, cela ne paraît pas si évident. L' inflation (générale) n'est retombée sous l'objectif de 2,5% que le mois passé (2,3%, contre 3% en novembre). Le dernier chiffre disponible pour l'inflation de base (novembre) était de 4,3%. Le taux (directeur) réel est clairement négatif, ce qui devrait en soi fortement soutenir la croissance et l'inflation. La Pologne affiche un excédent de la balance commerciale. Celui-ci a encore augmenté l'année dernière et rien n'indique donc que les exportations polonaises éprouvent des difficultés disproportionnées. Sur le plan historique, le cours du zloty est faible. Même aux niveaux des interventions de EUR/PLN 4,45/50, la devise polonaise est relativement proche des plus bas de ces dix dernières années (le sommet de l'EUR/PLN était de 4,6458 l'année dernière).Dans ce contexte, les interventions de décembre pourraient très bien être considérées comme une "dévaluation compétitive".

D'autres interventions sont possibles, surtout si l'économie se trouve encore sous pression dans les prochains mois.Le cours EUR/PLN 4,50 semble ici être un premier point de référence pour la NBP. Nous nous attendons cependant à ce que les éventuelles interventions ne soient pas effectuées de manière trop rigide. Si, par exemple, les devises d'Europe centrale gagnent globalement du terrain dans un contexte "risk-on", les interventions pourraient faire en sorte que la monnaie polonaise se renforce moins que, par exemple, la couronne tchèque ou le forint hongrois. À court terme, le cours EUR/PLN pourrait continuer d'évoluer dans la fourchette de 4,45/4,65. Un affaiblissement au-delà de ce seuil pourrait, quant à lui, saper la confiance dans l'objectif d'inflation polonais. Dans ce cas, le pays risque de se retrouver dans une situation un peu similaire à celle de la Hongrie l'année dernière. Le but n'est évidemment pas que la NBP doive relever ses taux (ou rendre sa politique moins souple) parce que la devise s'affaiblit trop .

Figuur - EUR/PLN: la menace d'intervention et la baisse éventuelle des taux (directeurs) limitent le potentiel haussier du zloty

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La livre se heurte à son poids

La livre se heurte à son poids

2021: une redite de 2013?

2021: une redite de 2013?

Emploi américain: cette fois, c’est différent

Emploi américain: cette fois, c’est différent

Le dollar entame l'année avec de bonnes résolutions

Le dollar entame l'année avec de bonnes résolutions
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.