La lire turque tombe dans un puits sans fond

Les marchés

La lire turque n’a jamais vraiment inspiré la confiance, mais ces derniers mois ont été une période très dure. Par rapport à l’euro, la devise a déjà perdu près de 50% depuis le début de cette année. À la fin du mois dernier, l’EUR/TRY a franchi le cap psychologique de 9. À 9,75 aujourd’hui, le cours EUR/TRY approche du seuil de 10. Par rapport au dollar américain, la perte annuelle s’élève à 40%. Il y a quelques jours, le cap symbolique comparable de 8 a été franchi avec une facilité déconcertante: le cours USD/TRY se négocie actuellement à 8,3. La lire turque tombe dans un puits sans fond. Une combinaison de facteurs suggère que la fin n’est peut-être pas en vue.

La banque centrale turque (CBRT) porte une part de responsabilité non négligeable dans cette chute interminable de la devise. Cette institution “indépendante” est depuis longtemps sous la curatelle du président turc Erdogan. Et pour Erdogan, la faiblesse des taux d’intérêt est la solution à tous les problèmes du pays, du ralentissement de la croissance à la hausse de l’inflation. Les hausses de taux sont donc à proscrire. En septembre, l’inflation s’élevait à 11,75% en glissement annuel. Selon la CBRT, la forte dépréciation de la devise n’y changera rien dans l’immédiat, bien au contraire: ce matin, elle a relevé les prévisions d’inflation pour fin 2020 et 2021 de pas moins de 320 points de base, à respectivement 12,1% et 9,4%. Les taux réels sont et resteront donc probablement négatifs pour les temps à venir. Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour une économie émergente avec des déficits courants quasi permanents. Le relèvement inattendu du taux directeur à 10,25% opéré le mois dernier par la CBRT “lunatique” n’était rien de plus qu’un cache-misère estampillé “too little, too late”. Par ailleurs, si la banque centrale en avait vraiment l’intention, elle aurait poursuivi sur cette lancée la semaine dernière lors de sa réunion de politique. Au lieu de cela, elle a adopté une approche plus subtile. En août, elle a par exemple suspendu ses opérations de refinancement, par lesquelles les banques turques empruntent des liquidités au taux directeur et accroissent la quantité de lires en circulation. La hausse de l’offre exerce une pression à la baisse sur le cours. En supprimant ces opérations, la CBRT force les banques à se tourner vers des alternatives plus coûteuses et espère au moins ralentir l’offre supplémentaire de lire turque. L’une de ces alternatives est le taux d’emprunt de la CBRT: elle l’a augmenté la semaine dernière, de 13,25% à 14,75%. Cette technique exotique de resserrement de la politique monétaire n’a pas convaincu par le passé – et ne convainc pas davantage aujourd’hui.

Le contexte géopolitique n’épargne pas non plus la lire. La Turquie est en dispute avec la France et appelle à un boycott des produits français. Erdogan reproche à son homologue français Macron de viser la communauté musulmane à la suite de l’attentat terroriste commis il y a environ deux semaines. En outre, la relation de la Turquie avec la Grèce s’est fortement dégradée ces derniers jours. L’enjeu de ce litige de plus en plus militarisé: les zones maritimes contestées par la Turquie autour de la Crète et de Chypre. Enfin, la guerre turco-russe par procuration dans la région du Haut-Karabagh met la devise sous pression. Sans compter la détérioration générale du climat à risque, la deuxième vague aggravée de coronavirus (en Turquie aussi) et la menace d’une nouvelle récession (mondiale?). La lire turque va au-devant d’un hiver sombre.

EUR/TRY: la lire turque tombe dans un puits sans fond.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Inflation plus élevée ! Taux d’intérêt... plus bas !

Inflation plus élevée ! Taux d’intérêt... plus bas !

La banque centrale polonaise met de l’ordre

La banque centrale polonaise met de l’ordre

Communiqué historique du G7, paragraphe 16

Communiqué historique du G7, paragraphe 16

Pas de précipitation à la BCE ?

Pas de précipitation à la BCE ?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.