Une semaine de doute…?

Les marchés

Cette semaine, nous assisterons notamment aux chiffres de croissance du troisième trimestre aux États-Unis et dans la zone euro. Comme toujours, la presse financière s’en fera l’écho et le président Trump ne manquera pas de les utiliser dans la dernière ligne droite de sa campagne électorale. Aux États-Unis, le consensus table sur un retour spectaculaire de 31,8% sur une base annualisée (3e trimestre)! Pour un président en quête de réélection, c’est du pain bénit et Trump en a conscience. Par souci d’exhaustivité, signalons également la croissance attendue pour l’Europe (vendredi): 9,5% en glissement trimestriel, après une contraction de 11,8% au T2. Cependant, ces données ne devraient pas avoir un impact majeur sur le marché. Si réaction il y a, elle en dira sans doute plus long sur le sentiment des investisseurs que sur les statistiques en soi. Les chiffres de croissance trimestriels sont toujours plutôt historiques et menacent de susciter la nostalgie, celle d’un temps où l’on espérait que la reprise serait “définitivement” entamée. Cette phase est malheureusement derrière nous. Ce matin, le marché semble surtout incertain.

Le virus a reconquis sa position parmi les principaux facteurs qui déterminent le sentiment du marché. L’espoir d’un redémarrage économique après un troisième trimestre solide est bel et bien de l’histoire ancienne: la plupart des pays n’utilisent pas le mot de “confinement”, mais les nouvelles restrictions mises en place vont fortement freiner la croissance au T4, surtout en Europe. Au cours de la première phase de la pandémie, le marché s’est vite tourné vers les injections monétaires et fiscales massives pour atténuer l’impact du virus. Au cours de cette deuxième vague, combien de flèches reste-t-il dans le carquois des différents pouvoirs publics? Aux États-Unis, ce débat sur les incitants fiscaux va de pair avec la dynamique électorale. La probabilité d’une injection fiscale rapide avant les élections est à présent exclue. Dernièrement, les marchés misent surtout sur un “clean sweep” du camp démocrate, avec Biden président et une majorité démocrate tant à la Chambre qu’au Sénat. Un tel scénario présenterait des perspectives d’injections fiscales maximales. Selon les sondages d’opinion, il est toujours possible – mais un doute sous-jacent demeure palpable. Les sondages d’opinion pourraient engendrer de la volatilité supplémentaire cette semaine, surtout si Trump rattrape quelque peu son retard. Mais même dans le scénario d’un clean sweep démocrate, des interrogations subsistent: quelles mesures de soutien seront mises en œuvre et quand? Les marchés ont commencé la semaine sur la défensive et pourraient se maintenir ainsi jusqu’au 3 novembre.

Dans ce contexte, nous surveillons surtout plusieurs seuils techniques. Pour le sentiment général, nous scrutons l’indice de volatilité Vix, qui se rapproche d’un premier niveau de résistance de 30. Une rupture au-dessus de ce plafond serait signe de tension croissante. Sur les marchés des taux américains, l’espoir d’un “reflation trade” s’est récemment traduit par une courbe des taux plus raide/une hausse des taux à long terme. Si le taux à 10 ans retombe sous 0,80%, ce serait aussi un signe d’incertitude supplémentaire. En Europe, le seuil de -0,60% pour le taux à 10 ans en Allemagne (actuellement à -0,58%) reste un point de repère important. Le cours du pétrole (le Brent se rapproche des 40 dollars le baril) ne convainc pas non plus. Enfin, il y a bien entendu le dollar: dans quelle mesure remplira-t-il son rôle de valeur refuge? Actuellement, ses performances ne nous impressionnent guère. Le différentiel EUR/USD de 1,1689 constitue un niveau de soutien intermédiaire. Sous 1,1612 EUR/USD, le dollar retrouvera sa position dominante. Pour l’instant et malgré l’incertitude ambiante, nous n’anticipons pas ce scénario.

Figuur - Indice de volatilité Vix: hausse du doute    

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Emballement de la livre et nouveau recul du dollar

Emballement de la livre et nouveau recul du dollar

La Riksbank ouvre (légèrement) davantage les vannes monétaires

La Riksbank ouvre (légèrement) davantage les vannes monétaires

L’issue est-elle en vue?

L’issue est-elle en vue?

Un "buzzer beater" envoie le dollar en prolongations

Un "buzzer beater" envoie le dollar en prolongations
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.