Dynamique des prix sur le marché immobilier européen

Les marchés

Ces dernières années, grâce à la faiblesse des taux d’intérêt et la forte création d’emplois, le marché immobilier européen se portait bien. Depuis 2016, la hausse annuelle des prix des habitations dans l’ensemble de l’Union européenne oscille autour de 5%. Et au cours des deux premiers trimestres de 2020, malgré la pandémie de covid-19, la dynamique des prix est restée étonnamment forte. Au premier trimestre, les prix ont augmenté de 5,2% par rapport à l’année précédente et au deuxième trimestre, de 4,7%. Pourtant, le nombre total de pays avec une forte hausse des prix (plus de 5%) diminue depuis un certain temps déjà. Au deuxième trimestre, il en restait 13, par rapport au pic de 20 pays au premier trimestre de 2018 (voir graphique). Deux pays, Chypre et la Hongrie, ont enregistré une baisse des prix au deuxième trimestre. Le marché immobilier belge a encore surpris avec des hausses des prix de 3,5% au premier trimestre et de 4,5% au deuxième trimestre.

Outre la forte demande, de plus en plus portée par les investisseurs, la hausse des prix sur le marché européen ces dernières années est due à la lenteur de l’adaptation de l’offre à la demande. L’offre a notamment pâti des longues procédures d’obtention de permis, des mesures strictes d’aménagement du territoire et d’une pénurie de matériaux ou de main-d’œuvre dans le secteur de la construction. Bien que ces restrictions semblent s’être atténuées structurellement ces derniers temps, elles restent encore très présentes dans de nombreux pays. Durant le premier semestre de 2020, elles ont même atteint des sommets en raison des mesures de confinement décrétées dans le cadre de la lutte contre le virus. Il ressort d’une enquête mensuelle de la Commission européenne qu’en septembre, une entreprise de construction sur trois considérait toujours les facteurs d’offre dans l’UE comme la plus grande entrave à son activité.

L’épidémie affecte particulièrement la croissance du PIB en 2020 et ne laisse présager qu’une reprise partielle en 2021. En 2020, toutes sortes de mesures soutiennent encore la croissance des revenus des ménages, mais là encore, la hausse du chômage se fera peu à peu sentir. Combinés à une offre de logements de moins en moins rigide, ces facteurs devraient considérablement ralentir la dynamique des prix des habitations au sein de l’UE. Dans de nombreux pays, une correction des prix pourrait en résulter. Il ne s’agira probablement pas d’un krach massif: la faiblesse persistante des taux d’intérêt et l’augmentation de l’aversion au risque sur les marchés financiers à cause de la crise du coronavirus soutiendront la demande d’investissement immobilier ainsi que les prix. De plus, Eurostat prévoit un ralentissement de la réduction du nombre de citoyens de l’UE âgés de 20 à 49 ans dans les années à venir. Cette tendance serait favorable à la formation de ménages et donc à la demande de logements.

Indépendamment de l’impact de la crise du coronavirus, deux facteurs de risque contribuent à déterminer si l’affaiblissement attendu du marché du logement dans les pays individuels débouchera ou non sur une correction des prix. Ces deux facteurs sont l’estimation de la surévaluation du marché du logement et l’ampleur de l’endettement hypothécaire des ménages. Selon la valorisation basée sur le modèle économétrique de la BCE, la surévaluation est marquée au Luxembourg et en Suède (plus de 30%) et dans une moindre mesure, en Autriche, en Allemagne et en Tchéquie (environ 15%). En matière de dette des ménages, le Luxembourg et la Suède ressortent à nouveau. Dans ces deux pays, le niveau élevé de l’endettement combiné à sa forte augmentation persistante ces dernières années est inquiétant. Aux Pays-Bas et au Danemark aussi, la dette est élevée, mais elle a récemment fort diminué. À l’inverse, elle n’est pas encore excessivement élevée en France, en Slovaquie et en Belgique – mais elle a fortement augmenté ces dernières années. 

Figuur - Répartition des 28 pays de l’UE selon l’évolution des prix en glissement annuel du marché du logement (T1 2011-T1 2020, habitations existantes et nouvelles habitations)

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

Le prix du gaz explose

Le prix du gaz explose

Intense jeu politique autour du plafond de la dette aux États-Unis

Intense jeu politique autour du plafond de la dette aux États-Unis

Hourra ! L'inflation (attendue) ne cesse de grimper !

Hourra ! L'inflation (attendue) ne cesse de grimper !
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.