Les corrélations traditionnelles disparaissent

Les marchés

La volatilité demeure particulièrement importante sur les marchés financiers. Plusieurs corrélations traditionnelles ont disparu au cours du mois écoulé. Aujourd'hui, nous avons décidé de nous concentrer sur différents sous-marchés. À commencer par celui des taux. Le taux swap à 10 ans européen est passé de 0,23% en début d'année à un plancher d'environ -0,37% (plus bas d'août 2019) le 9 mars. Depuis, il est remonté au niveau où il se trouvait au début de l'année. Les mouvements observés en Allemagne et aux États-Unis ne sont pas de la même amplitude, mais ils sont orientés dans la même direction. Les taux grimpent alors que les banques centrales du monde entier ramènent leurs taux directeurs à 0% et commencent à racheter massivement des obligations. En outre, le marché commence doucement à craindre une prolongation des mesures de quarantaine et des répercussions beaucoup plus importantes sur l'économie. Comment expliquer cette forte hausse des taux? Ce mouvement est en premier lieu dû à une réaction de panique. Durant la première quinzaine du mois, le marché est passé d'un sentiment de récession à un sentiment de crise. Dans ces circonstances, seul le cash est roi et les investisseurs se débarrassent de leurs actifs, quel que soit leur niveau de risque (de l'or aux obligations d'entreprise). Les obligations d'État américaines et allemandes n'échappent pas à la règle. Entre mi-février et mi-mars, l'indice EuroStoxx 50 a perdu environ 40% de sa valeur. Il semble néanmoins que les records de vente de ce lundi ne se répéteront pas sur le court terme, ce qui devrait offrir un peu de répit. Mais revenons aux marchés des taux. Outre la réaction monétaire, les autorités budgétaires sont aussi passées à l'action. Aux États-Unis, l'administration a annoncé en grande pompe des mesures d'urgence à hauteur de 1.000 milliards de dollars. Même l'Allemagne pourrait renoncer à son sacro-saint "Schwarze Null" (déficit zéro) dans les prochains jours. Ces énormes mesures de soutien ont évidemment un coût. Les déficits budgétaires et les dettes vont grimper de façon exponentielle. Nous avions déjà insisté sur le fait que, après avoir disparu des radars, les primes de risque de crédit allaient faire leur retour. Cela vaut surtout pour les obligations d'entreprise, mais les dettes souveraines ne sont pas non plus épargnées (même après l'augmentation des achats d'obligations par la BCE). Même pas celles des États-Unis et de l'Allemagne.

Le marché des changes a connu un revirement similaire à celui observé sur le marché des taux. Le dollar américain a, dans un premier temps, perdu beaucoup de terrain, car c'est lui qui avait le plus à perdre, tant sur le plan monétaire (soutien des taux) que sur le plan économique (meilleure croissance). Mais le billet vert a ensuite repris des couleurs au début du mois. Lorsque la situation devient particulièrement délicate, le dollar profite toujours de son statut de "valeur refuge" préférée des investisseurs. Le billet vert a donc gagné du terrain par rapport à toutes les autres grandes devises (euro, yen) et a relégué les autres (y compris la livre sterling) au même rang que celles des pays émergents. Alors qu'il y a peu, tout le monde tentait encore d'affaiblir sa monnaie afin de protéger ses exportations et son économie, c'est le mouvement inverse qui s'est aujourd'hui enclenché. Les banques centrales, de l'Inde à la Norvège en passant par la Tchéquie, menacent maintenant d'intervenir afin d'endiguer la chute de leur monnaie. Si l'on ajoute à cela les baisses de taux, cela démontre le caractère exceptionnel du contexte actuel sur les marchés. La vigueur généralisée du dollar est telle que notre "out-of-the-money call" pour de nouveaux accords du Plaza s'en voir renforcé. La réunion du G7 de ce week-end devrait ramener le calme sur le marché (des changes) à court terme. À plus long terme, nous craignons que les mesures de quarantaine soient prolongées et que l'impact sur l'économie soit plus important. Les premiers chiffres publiés aux États-Unis et en Europe pour le mois de mars seront déjà révélateurs.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Le taux swap à 10 ans européen teste le niveau de résistance de 0,23%.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Incertitude autour du résultat des élections polonaises

Incertitude autour du résultat des élections polonaises

Le dollar australien se heurte au seuil de 0,70 pour le cours AUD/USD

Le dollar australien se heurte au seuil de 0,70 pour le cours AUD/USD

Le revers de la médaille du marché de l’emploi

Le revers de la médaille du marché de l’emploi

Les banques jouent un rôle central dans la reprise économique

Les banques jouent un rôle central dans la reprise économique
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.