Coronavirus: perturbations en chaîne

Les marchés

Le coronavirus. Il y a un mois et demi, la position du marché était "simple". Il s'agissait d'un "événement extérieur" qui allait surtout toucher la Chine de manière provisoire. Les investisseurs s'étaient donc positionnés en prévision d'une "reprise en V". Ce "V" s'est ensuite progressivement transformé en "U" et certains commencent maintenant à redouter une évolution plus lente en "L". Le coronavirus a surpris en mettant en branle toute une série de mécanismes peturbateurs. Il était naturellement logique que le marché se repositionne afin d'intégrer les conséquences de l'épidémie sur des segments de l'économie se trouvant en première ligne (comme le secteur des voyages, par exemple). Mais le Covid-19 a aussi progressivement infecté d'autres segments auxquels on aurait pas pensé a priori.

Le premier exemple est le marché du pétrole. On aurait pu s'attendre à ce que la demande d'hydrocarbures suive aussi un schéma "en V", comme le reste de l'économie. Mais la politique s'en est mêlée. L'OPEP+ (l'OPEP plus ses partenaires, parmi lesquels la Russie) devait prendre une décision sur la manière de répartir les effets du recul de la demande via des réductions de production, dans le but d'atténuer la chute des prix pétroliers. Pour des raisons d'agenda politique de certains, aucun accord n'a finalement pu être trouvé. Au contraire, l'Arabie saoudite et la Russie se sont lancées dans une guerre économique en vue de défendre leurs parts de marché, faisant ainsi dégringoler le cours du baril. En soi, cela constitue un choc de l'offre positif pour les pays qui importent du pétrole. Ce plongeon de l'or noir a néanmoins, via un jeu de liens financiers et économiques, créé encore plus d'incertitudes. Beaucoup d'investisseurs comptaient en effet sur les cash-flows d'activités liées au pétrole et aux matières premières et de nombreuses entreprises sont en outre liées, directement ou indirectement, au secteur pétrolier, surtout aux États-Unis. L'année passée, le conflit commercial avait déjà montré à quel point des chaînes d'approvisionnement stables et prévisibles étaient importantes pour l'économie. La "crise pétrolière" actuelle vient encore confirmer ce constat. Lorsque l'on tire trop sur la corde dans un marché complexe comme celui du pétrole, les perturbations qui en découlent pèsent plus lourd dans la balance que le choc de l'offre théoriquement positif d'une diminution de la facture pétrolière.

Autre exemple cette nuit. Le président américain, Donald Trump, a expliqué ce qu'il comptait faire pour lutter contre l'épidémie du coronavirus. Il a évidemment annoncé des mesures visant à soutenir les citoyens et les entreprises qui sont touchés par cette crise. Certaines mesures ne sont pas très claires et il est difficile de savoir quelles sont celles qui seront approuvées par le Congrès. Mais ces mesures ont quoi qu'il en soit été reléguées au second plan par une autre décision choc, à savoir celle d'interdire aux Européens d'entrer aux États-Unis pendant 30 jours. Cette décision ne peut être interprétée autrement que comme une manière "déguisée" de faire encore monter d'un cran la guerre commerciale entre les États-Unis et l'Europe. Le fait que Trump se soit trompé dans son discours en expliquant dans un premier temps que les marchandises et le commerce étaient aussi visés par l'interdiction (erreur qu'il a ensuite rectifiée) est à ce titre révélateur. Un bel exemple de comment perturber inutilement les chaînes d'approvisionnement/le tissu économique! La réaction du marché ce matin en dit long.

En parlant de possibles perturbations, il est aussi intéressant de regarder du côté des crédits et des liquidités. La situation actuelle n'est pas comparable à celle de 2009. Les liquidités sont aujourd'hui excédentaires en raison des politiques menées par les banques centrales. Tous ceux qui sont solvables peuvent en principe obtenir des liquidités, et même à des conditions relativement avantageuses. Plusieurs gouvernements ont en outre aussi déjà annoncé des mesures visant à soutenir encore davantage l'octroi de crédit, en particulier aux PME. En espérant que le lapsus de Trump de cette nuit clôturera cette série de perturbations inutiles du système financier et économique. Tout à l'heure, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, aura l'honneur d'annoncer des mesures, en collaboration avec les gouvernements, censées ramener un peu de sérénité sur les plans financier et économique. Nous verrons demain dans quelle mesure cela a fonctionné.
 

Figuur - Indice de volatilité Vix: le coronavirus perturbe le calme via différents canaux.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La Fed fait ce qu'elle peut…

La Fed fait ce qu'elle peut…

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

L'innovation, victime d'un compromis européen

L'innovation, victime d'un compromis européen

Un euro fort ou un dollar faible?

Un euro fort ou un dollar faible?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.