Pas de précipitation à la BCE ?

Les marchés

Nous sommes à la veille d’une nouvelle réunion de politique passionnante à la BCE. Jeudi prochain, la présidente, Christine Lagarde, et son équipe, se pencheront sur la politique monétaire. Sur la table des discussions se trouvera surtout le Programme d'achats d'urgence face à la pandémie (Pandemic Emergency Purchase Programme ou PEPP). En mars, la BCE avait promis d’augmenter considérablement le rythme des achats durant ce trimestre. La forte hausse des taux d’intérêt en Europe au cours des trois premiers mois de l’année, sous l’impulsion des États-Unis (et du Royaume-Uni), combinée à la nouvelle vague de coronavirus qui a touché l’Europe, avait déclenché des sonnettes d'alarme à la banque centrale.

Jeudi, pratiquement trois mois se seront écoulés depuis lors. La campagne de vaccination européenne s'est fortement accélérée, passant d’à peine 10 injections pour 100 Européens à 60 (90 aux États-Unis, 100 au Royaume-Uni), avec environ 20 % de la population déjà entièrement vaccinée (40 % aux États-Unis et au Royaume-Uni). De premiers assouplissements ont déjà eu lieu et les prochains sont prévus pour bientôt. Les PMI européens ont confirmé ce que tout le monde avait déjà ressenti : l’économie (des services) respire à nouveau. Les nouvelles prévisions de croissance devraient donc être revues à la hausse et la banque centrale devrait également relever ses attentes en matière d’inflation. Celle-ci s'est encore accélérée, à 2 %, le mois dernier. La BCE avait prévu ce niveau pour le troisième trimestre. Mais nous ne pouvons toutefois pas en tirer de grandes conclusions. Cela reste "temporaire", comme vous le savez.

Reste à savoir si l'amélioration macroéconomique sera suffisante pour lever un peu le pied de l’accélérateur au troisième trimestre. Les avis divergent, mais nous pensons que ce sera le cas. Le taux à dix ans pondéré par le PIB au sein de l'UEM est aujourd'hui plus élevé que lors de la dernière réunion de la BCE en avril. Mais il s’agit d’une hausse naturelle, exactement comme la membre du directoire de la banque Isabel Schnabel les apprécie. La banque centrale doit également tenir compte d’un certain nombre de considérations techniques. Ainsi, nous allons bientôt arriver à l'habituelle trêve estivale, caractérisée par une baisse des échanges et des liquidités. La BCE voudra-t-elle encore injecter 20 milliards d’euros par semaine sur le marché ? Par ailleurs, nous soupçonnons la banque centrale de ne pas vouloir épuiser totalement l’enveloppe d’environ 700 milliards d’euros (fin prévue en mars 2022). Elle pourrait alors affecter le montant restant à "l’ancien" programme APP. Elle assurerait ainsi une transition fluide vers une ère sans PEPP. À court terme, cela signifierait toutefois plus de retenue.

La réaction des marchés dépend du ton adopté par la BCE. Les récents commentaires, notamment de la présidente elle-même, suggèrent que la BCE ne veut pas aller trop vite en besogne. Les taux et l’euro ont donc réagi en conséquence. Le taux allemand à 10 ans est repassé de -0,10 % à la zone de support de -0,20 %. Le cours EUR/USD a plongé sous 1,22. En d’autres termes, les marchés anticipent une BCE accommodante. C’est précisément pour cette raison que nous voyons surtout des risques de hausse des taux en Europe (premier niveau de résistance pour le taux allemand à 10 ans autour de -0,15 %) et de renforcement de l'euro (avec une référence technique proche de 1,2243).

Le cours EUR/USD pourra-t-il renouer avec 1,22 grâce à la BCE ?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

L’UE pourrait faire la différence en tant qu’émetteur régulier

L’UE pourrait faire la différence en tant qu’émetteur régulier

La Fed donnera-t-elle le coup d’envoi d’un marathon?

La Fed donnera-t-elle le coup d’envoi d’un marathon?

Inflation plus élevée ! Taux d’intérêt... plus bas !

Inflation plus élevée ! Taux d’intérêt... plus bas !

La banque centrale polonaise met de l’ordre

La banque centrale polonaise met de l’ordre
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.