L’Arabie Saoudite jette de l’huile sur le feu

Les marchés

Qui espérait un début de semaine tranquille a dû déchanter ce matin. Les investisseurs se sont réveillés après un week-end de nouvelles exécrables: le coronavirus se répand rapidement en dehors de la Chine et de plus en plus de pays redoutent que l’épidémie ne grippe leur économie. Comme si cela ne suffisait pas, l’Arabie Saoudite en a rajouté.

Nyet

La semaine dernière, c’était quitte ou double pour l’OPEP: le cartel de pays producteurs de pétrole s’est réuni à Vienne pour limiter davantage la production de pétrole, afin de mettre un terme à la baisse des cours – l’impact du coronavirus a fait chuter le pétrole d’environ 30% depuis le début de l’année. À l’initiative du chef de file de l’OPEP, l’Arabie Saoudite, le groupe a proposé de réduire la production de pétrole au deuxième trimestre de 1,5 million de barils par jour, en plus de la limitation actuelle de 2,1 millions de barils par jour. Les pays de l’OPEP ont envisagé de restreindre leur production à concurrence de 1 million de barils par jour, à condition que les membres de l’organisation et la Russie (OPEP+) réduisent leur production de 500 000 barils. Mais la proposition n’est pas passée… La Russie a répondu “nyet” et refuse tout net de freiner sa production, pour des raisons géopolitiques. En effet, la baisse (accrue) des prix du pétrole soumet le secteur américain du schiste bitumineux à une pression importante, ce qui peut forcer des entreprises américaines à mettre fin à leurs activités.

Œil pour œil, dent pour dent, a répliqué l’Arabie Saoudite: comme la Russie se montre inflexible, l’Arabie Saoudite passe à l’attaque et ouvre grand les vannes du pétrole pour faire dégringoler les prix. À partir du mois d’avril, le pays augmentera fortement la quantité de pétrole extrait pour dépasser de loin les 10 millions de barils par jour, soit 10% de plus que la normale, et instaure une forte baisse des prix de l’ordre de 6-8 USD. L’objectif? Faire chuter davantage le prix du pétrole pour asséner un coup de massue financier à la Russie.

Bain de sang sur les marchés

La bombe pétrolière saoudienne s’ajoute à la panique croissante liée au coronavirus. À la suite de l’échec de la réunion de l’OPEP+ vendredi dernier, le cours du baril de Brent a déjà baissé de 10%, à 45 USD le baril. Ce matin, après la revanche de l’Arabie Saoudite, les cours ont encore crevé le plancher: l’on constate une baisse de 20% à 36 USD le baril, le niveau le plus bas depuis début 2016. Le bain de sang sur les marchés se poursuit sans trêve. Ce matin, les bourses asiatiques ont fortement régressé et l’Australie a été particulièrement touchée (-8%). Les bourses européennes en prennent également un coup, avec des pertes jusqu’à 9,5%! Les devises sensibles au cours du pétrole souffrent aussi: la couronne norvégienne descend en flèche et le cours EUR/NOK est passé de 10,53 à l’ouverture à 10,86. Le dollar canadien perd à son tour du terrain, passant de 1,34 à 1,36 par rapport au dollar américain. Comme les investisseurs se précipitent vers les valeurs refuges, les taux américains dégringolent vers des planchers historiques et plongent dès aujourd’hui de 19 (taux à 2 ans) à 41 (taux à 30 ans). Le dollar accuse le coup par la perte du soutien des taux à une vitesse record. Le cours EUR/USD reste orienté à la hausse et se négocie à 1,14. Le cours USD/JPY perd un niveau de soutien crucial en dessous de 105, à cause de la faiblesse du dollar et de la force du yen (aversion au risque).

Le cours du pétrole (Brent) s’effondre à une vitesse record.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La Fed fait ce qu'elle peut…

La Fed fait ce qu'elle peut…

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

Plus ou moins d'inflation en raison du coronavirus?

L'innovation, victime d'un compromis européen

L'innovation, victime d'un compromis européen

Un euro fort ou un dollar faible?

Un euro fort ou un dollar faible?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.