La Banque du Canada suit la Réserve fédérale

Les marchés

C'était prévisible. Un jour après l'assouplissement exceptionnel de la Fed dû à la propagation du coronavirus, la banque centrale canadienne (BoC) a décidé de suivre l'exemple de sa voisine américaine. Lors de sa réunion de politique, la BoC a décidé d'abaisser son taux directeur de 50 points de base à 1,25%, en pointant logiquement du doigt le Covid-19. Dans son communiqué, l'établissement explique que, bien que l'économie canadienne tourne près de son potentiel et que l'inflation évolue autour de l'objectif de 2%, le virus constitue un choc négatif substantiel pour les perspectives économiques canadiennes et mondiales.

La banque centrale canadienne résume bien la réaction en chaîne à laquelle nous assistons. L'apparition du virus a, dans un premier temps, provoqué un choc négatif de l'offre. La fermeture de nombreuses entreprises chinoises, qui se trouvent souvent au début de la chaîne de production, a ensuite entraîné des problèmes d'approvisionnement dans le monde entier. L'activité au Canada a donc aussi ralenti. Le recul de la production a alors eu un impact négatif sur la demande de matières premières. Les cours de celles-ci se sont donc fortement repliés. Ainsi, le baril de Brent est, par exemple, passé de 70 dollars en début d'année à un peu plus de 50 dollars. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, parmi lesquels la Russie, se pencheront d'ailleurs aujourd'hui sur l'éventualité d'étendre les restrictions de production. La chute des prix des matières premières constitue quoi qu'il en soit un autre coup dur pour l'économie canadienne. La BoC craint que cela ne s'arrêtera pas à ces effets directs. Le sentiment de panique s'est installé depuis suffisamment longtemps pour peser sur la confiance des entreprises et des consommateurs. Les entreprises commencent à postposer des décisions alors que, du côté des consommateurs, la demande dans l'économie des services menace de se replier (dépenses de loisirs, tourisme...). Pour rappel, c'est précisément ce secteur des services intérieur qui avait protégé la croissance mondiale de la récession observée dans l'industrie manufacturière. Comme dernier argument pour justifier sa décision, la banque centrale canadienne pointe également des conditions financières mondiales moins favorables. Dans la conclusion du communiqué, le gouverneur, Stephen Poloz, signale que la banque suivra les événements de près et est prête à prendre de nouvelles mesures si nécessaire. Lors de sa prochaine réunion de politique en avril, la BoC disposera de nouvelles prévisions de croissance et d'inflation. Hier, la monnaie canadienne s'est, dans l'ensemble, bien comportée (USD/CAD à 1,34). Le loonie avait déjà encore perdu du terrain par rapport à un faible dollar US en fin février. En outre, la baisse de taux de la BoC était déjà en grande partie intégrée dans le cours. Pour le moment, le marché s'attend encore à deux nouvelles baisses de taux de 25 points de base avant la fin de l'année. D'un point de vue technique, la zone de 1,34 constitue un cap important. Une rupture au delà de cette barre ouvrirait la voie à un retour au plus haut de 2018 (1,3663). Un retour du spectre de la récession risque de jouer en la défaveur de la devise australienne.

Une période assez confuse s'annonce sur les marchés financiers. Des initiatives isolées (comme, par exemple, les mesures budgétaires exceptionnelles annoncées hier aux États-Unis) seront probablement bien accueillies. En témoigne d'ailleurs le rebond de 4% de la bourse américaine. Mais l'euphorie ne durera généralement pas longtemps. Les marchés attendent surtout les chiffres économiques du mois de mars. Et ceux-ci risquent de ne pas être très réjouissants...

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Le cours USD/CAD frôle le niveau crucial de 1,34.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

De la Chine à la Pologne en passant par le Canada

De la Chine à la Pologne en passant par le Canada

La crise du coronavirus menace l'octroi de crédit

La crise du coronavirus menace l'octroi de crédit

“Normalisation” sur le marché des changes

“Normalisation” sur le marché des changes

Faites confiance à la tendance

Faites confiance à la tendance
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.