Noël précoce en 2019

Les marchés

Adieu l'élégance à l'italienne, bonjour la solennité à la française. Bien plus à l'aise que son prédécesseur en anglais, Christine Lagarde a fêté ses grands débuts à la tête de la BCE hier. Un véritable changement de style après huit années de Mario Draghi. Mais sur le fond, rien n'a encore vraiment changé.

Pour ses débuts, Lagarde s'est en effet inscrite dans la continuité de son prédécesseur, mais en adoptant tout de même un ton un peu plus optimiste. La nouvelle présidente observe en effet des signes de stabilisation. La BCE note que les risques pour la croissance sont toujours baissiers, mais qu'ils sont moins prononcés qu'auparavant. Il s'agit de la seule modification significative apportée au communiqué. Les nouvelles prévisions font état d'une croissance économique inférieure à son potentiel et d'une inflation en dessous de l'objectif de 2% sur l'horizon de politique de la banque. Quant à la revue stratégique en cours, la Française s'est montrée peu loquace. L'exercice durera jusqu'en fin 2020 et comprendra, entre autres, une évaluation approfondie des outils dont dispose la banque. Petite touche de créativité à mettre tout de même à son actif, elle vient d'étoffer le bestiaire monétaire en se qualifiant elle-même de chouette. En se décrivant de la sorte, Lagarde veut insister sur le fait qu'elle n'est ni une colombe ni un faucon et qu'elle cherchera toujours à trouver un consensus. Tout cela a néanmoins laissé les analystes sur leur faim. Heureusement, ces derniers peuvent toujours compter sur Trump pour l'animation.

À la fin de la conférence de presse de Lagarde, le président américain a évoqué l'imminence d'un accord - qu'il a par la suite approuvé - entre les États-Unis et la Chine. L'augmentation prévue (pour dimanche) des droits de douane n'est désormais plus d'actualité. Les États-Unis envisagent en outre de réduire de moitié les taxes existantes, à condition que les Chinois augmentent leurs achats de produits agricoles américains et prennent des mesures de protection de la propriété intellectuelle. Le communiqué officiel sera publié aujourd'hui, mais le marché n'a pas attendu et a gagné du terrain dès hier. Les bourses américaines ont battu de nouveaux records et les taux sur les obligations d'État "sûres" ont gagné jusqu'à 10 points de base (États-Unis). L'impact du commerce sur la paire EUR/USD est souvent ambigu. Récemment, c'est surtout le billet vert qui a profité des annonces d'avancées dans la saga commerciale. Et cela a encore été le cas hier. Mais la paire de devises est en fait entrée dans un sprint final grâce à l'électeur britannique...

Les bureaux de vote ont fermé leurs portes à 23h00 hier au Royaume-Uni. Les premiers sondages à la sortie des urnes ont directement annoncé une victoire du parti conservateur de Boris Johnson. Les résultats sont clairs: les Tories ont raflé plus de 360 sièges sur les 650 que compte le Parlement, la plus forte majorité obtenue depuis Thatcher en 1987. Le parti d'opposition des travaillistes a en revanche essuyé une véritable raclée, avec seulement 200 sièges. Ce sont donc les dernières élections auxquelles participait le patron du Labour, Jeremy Corbyn La victoire écrasante de Johnson signifie que le Brexit aura plus que probablement lieu le 31 janvier 2020. Le spectre d'une sortie chaotique s'est donc éloigné, du moins pour un moment. La livre a accueilli la nouvelle en fanfare. Le cours EUR/GBP a chuté en direction de 0,83, son niveau le plus faible (le plus fort pour la monnaie britannique) depuis le référendum sur le Brexit en juin 2016! L'euro en a aussi profité vis-à-vis du dollar, avec un cours EUR/USD testant le niveau de résistance de 1,118. Les taux allemands continuent de grimper comme hier.

La disparation (provisoire) de deux facteurs de risque importants offre une bouffée d'oxygène au marché. Mais nous nous trouvons aujourd'hui à un moment charnière. Pour que le rallye de soulagement actuel maintienne son rythme, il aura plus que jamais besoin d'être soutenu par les chiffres économiques, surtout en Europe. La prochaine étape importante à cet égard aura lieu la semaine prochaine avec la publication de l'indicateur PMI de confiance des entreprises dans la zone euro. En espérant que la stabilisation évoquée par Lagarde se confirme...

Mathias Janssens, salle des marchés KBC

EUR/GBP: la victoire des Tories dope la livre.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

Sommes-nous prêts pour un monde “sans” soutien?

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne

La formation d'une coalition s'annonce difficile en Allemagne
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.