Les investisseurs aiment de moins en moins l'Italie

Les marchés

Hier, la Commission européenne a posé la première pierre en vue d'une procédure de déficit excessif à l'encontre de l'Italie. Cela n'a rien de surprenant. Le gouvernement italien a en effet refusé de modifier sa proposition de budget pour 2019, malgré les mises en garde de l'Union européenne. Le mécanisme disciplinaire devrait faire grimper la pression d'un cran, dans l'espoir que les Italiens finissent par mettre un peu de "acqua" dans leur "vino". Reste à voir si le gouvernement italien y sera disposé, alors que les deux parties campent actuellement sur leurs positions.

Maintenant que le feu vert a été donné au lancement d'une procédure de déficit excessif, le Comité économique et financier (CEF), organe composé de hauts fonctionnaires des États membres de l'Union, dispose d'un délai de deux semaines pour rendre un avis officiel. En cas d'avis "positif", la balle reviendra dans le camp des ministres européens des Finances. L'ECOFIN devra ensuite voter. Si une majorité qualifiée (55% des États membres représentant au moins 65% de la population de l'UE) est atteinte, la procédure pourra être lancée. L'Italie pourrait alors être placée sous ce régime en janvier 2019 au plus tôt. Le pays aura alors trois à six mois pour se conformer aux nouvelles recommandations et aux nouveaux objectifs qui lui sont imposés. Des sanctions sont également prévues, et notamment une amende pouvant aller jusqu'à 0,2 % du PIB. Les sanctions seront mises en œuvre si aucun effort n'est constaté après six mois, soit au plus tôt en juin. Après les élections européennes de mai donc.

La Commission européenne est partagée entre deux sentiments. Si elle réagit trop mollement à la proposition de budget de l'Italie, elle remettra en cause l'intégrité des règles budgétaires européennes. Mais si elle réagit trop durement, elle risque d'apporter de l'eau au moulin des eurosceptiques comme le vice-Premier ministre italien Salvini ou la française Marine Le Pen alors que des législatives européennes sont prévues l'année prochaine. Tant la Ligue de Salvini que le Mouvement 5 étoiles de Di Maio espèrent voir leur présence, et celle d'autres partis europhobes, renforcée au Parlement européen. Cela pourrait pousser l'Europe à mettre de l'eau dans son vin. Salvini a d'ores et déjà annoncé sa volonté de se présenter aux élections parlementaires européennes. Une victoire politique au niveau européen ne résoudra naturellement pas les problèmes économiques sous-jacents. Si le gouvernement table toujours sur une croissance de 1,5% en 2019, d'autres instances se montrent moins optimistes. L'institut italien des statistiques estime pour sa part que le croissance devrait être légèrement inférieure à 1,3%. Et le FMI est encore plus pessimiste, avec une prévision de 1,0%. Le taux de croissance qui vient d'être publié pour le troisième trimestre (0,0% en glissement trimestriel) n'augure d'ores et déjà rien de bon.

Toutefois, ce sont, comme souvent, les marchés financiers qui auront le dernier mot. Salvini et Di Maio pourront poursuivre leur stratégie tant que les taux italiens n'auront pas atteint des niveaux intenables. Mais la situation commence tout de même à se dégrader. Les investisseurs, tant italiens qu'étrangers, évitent de plus en plus les obligations transalpines. Depuis l'arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, les investisseurs étrangers se sont déjà délestés de quelque 69 milliards d'euros d'emprunts italiens. Et les Italiens souhaitant participer au financement de leur propre dette publique se font également plus rares. Ainsi, la nouvelle émission lancée en début de semaine n'a attiré que 723 millions d'euros en deux jours, alors que 3,7 milliards d'euros avaient pu être levés lors d'une émission précédente. Une tendance qui a de quoi inquiéter alors que la BCE abandonne petit à petit son rôle de principal acheteur d'obligations publiques italiennes.
 

Figure - Taux à 10 ans italien de nouveau sous pression ?

Source: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Après une nuit de sommeil...

Après une nuit de sommeil...

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

Le marché digère bien le ton plus agressif de la Fed

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

La MNB desserre les mâchoires, mais ne lâche pas prise

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen

Augmentation du risque de surévaluation de l’immobilier européen
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.