Aperçu 2020

À quoi pouvons-nous nous attendre sur les marchés financiers en 2020? Le groupe KBC tourne son regard vers l'avenir, et vous présente les huit tendances pour 2020. Elles ont été fournies par nos économistes, stratégistes et analystes qui donnent un message clair sur ce qui pourrait se passer l’année prochaine. Ils le font dans un langage délibérément un peu provocant, mais au moins ils ne mâchent pas leurs mots. Et d’ailleurs, le tonnerre ne tombe pas toutes les fois qu’il tonne

"Le monde en 2020: The Big Picture"

L'économie mondiale a décéléré en 2019, mais selon les indicateurs, elle devrait se stabiliser en 2020. Malgré quelques nouveaux bourgeons, les principaux éléments de risque restent, cette année encore, les tensions commerciales et le Brexit. Ils continuent à faire la une des journaux et sont à l'origine de la volatilité des marchés financiers. Tout ceci requiert de porter un autre regard sur le portefeuille.

Savoir plus

Regarder la vidéo

 

 

“Profession de l'année: dératiseur"

Les taureaux ont à nouveau mené la danse en 2019 sur le marché des actions, et ils y donneront toujours de la corne en 2020. Inutile, donc, de prendre garde aux ours... par contre, un autre animal nuisible pourrait nous inquiéter: le rat. Les livrets d'épargne se sont à nouveau joliment épaissis l'année dernière, mais avec les taux actuels, le pouvoir d'achat a en fait reculé – le rat grignote les sabots du taureau...

Savoir plus

Regarder la vidéo

“Le nuage européen se forme”

Ces dernières années, l'Europe a laissé nombre d'organisations et d'entreprises s'évaporer vers des entreprises de virtualisation étrangères, mais dans un monde numérique, où les algorithmes intelligents sont la principale matière première, la dépendance vis-à-vis de ces entreprises privées risque de prendre une grande ampleur. La France et l'Allemagne collaborent dès lors à un cadre d'infrastructure cloud européenne, qui devrait voir le jour à l'horizon 2020.

Savoir plus

Regarder la vidéo

“La gêne climatique frappe le secteur de l'aviation européen”

L'empreinte écologique du secteur aérien représente un risque, tant au niveau réglementaire qu'au niveau de sa réputation, ternie face à l'éco-anxiété et la honte de prendre l'avion. En 2018, la facture du CO2 avoisinait déjà les 600 millions d’euros. Si le prix des droits d’émission devait passer à 45 euros, le coût pour le secteur pourrait grimper à 2, voire 3 milliards d’euros d’ici 2025.

Savoir plus

Regarder la vidéo

“Les robots passent de Star Wars à Wall Street”

Nous avons peut-être découvert les robots dans les films de science-fiction, mais ils font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne, au privé comme au travail. Conjugués à une reprise de l'économie mondiale, les investissements dans la robotique pourront attirer les investisseurs à la recherche d'une croissance à long terme dans un domaine qui gagnera toujours plus en importance.

Savoir plus

Regarder la vidéo

“D'une récession des bénéfices jusqu'à une reprise des bénéfices"

Les analystes tablent sur une croissance de 10% des bénéfices à l’échelle mondiale en 2020. Une première question qu’il convient de se poser est celle de l’origine de cette croissance bénéficiaire. Pour cela, il faut tout d’abord se tourner vers la croissance du chiffre d’affaires, dont nous savons qu’elle a été sous pression cette année. Associé à des marges stables, ceci promet d'ores et déjà des perspectives alléchantes.

Savoir plus

Regarder la vidéo

“L'immobilier est confronté à une réévaluation profonde"

Nous nous trouvons à la croisée des chemins: la durabilité s’accélère et l’évolution des prix des logements connaîtra bientôt des divergences inédites. À mesure que les scores et labels assurent une transparence accrue, les performances des logements en matière de durabilité auront un impact toujours plus marqué sur leur prix. Et le fossé ne fera que se creuser entre l’évolution des prix et la vitesse de vente des logements durables et celle des logements non durables.

Savoir plus

Regarder la vidéo

"Les chèvres de montagne prennent de l'avance sur la brebis galeuse européenne"

Le ralentissement de la croissance en 2019 n'aura été qu'un feu de paille, né surtout des tensions commerciales internationales, du Brexit et d'un protectionnisme accru. Un vigoureux redressement de l'économie s'annonce pour 2020. Le vieux continent n'y fera pas exception, mais faute de dynamisme structurel, cette reprise y sera plus timide. Et l'Europe continuera donc à reculer.

Savoir plus

Regarder la vidéo

"L'année des obligations chinoises"

Le marché obligataire chinois est de ce fait devenu le deuxième marché mondial, derrière les États-Unis. Ceci dit, peu de ces obligations sont détenues par des investisseurs internationaux dans la mesure où les marchés de capitaux chinois n’étaient, jusqu’à récemment, absolument pas accessibles aux acteurs externes. Mais un changement est attendu à ce niveau en 2020.

Savoir plus

Regarder la vidéo

Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord? Cliquez ici.