1714067818
1714067818

Pourquoi le Royaume-Uni est-il en récession ?

Rapport de recherche

1714067818

Le Royaume-Uni est officiellement entré en récession technique au quatrième trimestre 2023, après deux trimestres consécutifs de croissance négative. Ces dernières années, l’économie britannique a enregistré des performances inférieures à celles de ses pairs. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette mauvaise performance. La crise du crédit au Royaume-Uni a été particulièrement grave et a entraîné une baisse permanente du taux d’emploi. Le Royaume-Uni souffre d’une faible croissance de la productivité en raison notamment de lois strictes sur le zonage, de fortes disparités régionales et de faibles investissements dans les infrastructures. Enfin, le Brexit a nui aux consommateurs et aux exportateurs et a dissuadé les investisseurs.

Introduction

Le Royaume-Uni a officiellement connu une récession technique (c’est-à-dire deux trimestres consécutifs de croissance négative) en 2023. Au quatrième trimestre 2023, la croissance du PIB a reculé de 0,3 %, après une baisse de 0,1 % au troisième trimestre. La sous-performance économique de la Grande-Bretagne ne se limite toutefois pas à l’année 2023. Depuis le début de la crise Covid, le Royaume-Uni a fortement sous-performé ses pairs (voir figure 1).

Le Royaume-Uni dispose d’atouts économiques importants

Cette sous-performance est tout à fait remarquable. L’économie britannique dispose d’atouts importants. Le Royaume-Uni a été moins vulnérable à la crise énergétique de 2022 que ses pairs européens, car sa production de gaz couvre environ la moitié de ses besoins en gaz, et sa production de pétrole couvre environ les deux tiers de sa consommation de pétrole. En outre, la population britannique en âge de travailler continue de croître à un rythme soutenu. Grâce à la langue anglaise, aux grandes universités britanniques et au rôle de Londres en tant que centre financier mondial, le Royaume-Uni reste un pôle d’attraction pour les immigrants. Notamment, la baisse de la migration de l’UE dans le sillage du Brexit a été entièrement compensée par une forte hausse de la migration hors UE (voir figure 2). Cela soulève des questions quant aux principaux moteurs de la sous-performance économique structurelle du Royaume-Uni.

La Covid a frappé fort au Royaume-Uni

L’une des premières causes de la sous-performance relative du Royaume-Uni est liée à la crise du Covid. Les industries à forte intensité de contact (telles que l’hébergement, la restauration et le divertissement) sont très importantes pour l’économie britannique. Selon l’Office des statistiques nationales, leur valeur ajoutée brute a diminué de 37 % entre le premier trimestre 2019 et le deuxième trimestre 2020 et, surtout, ne s’est pas complètement rétablie depuis.

Le gouvernement britannique a également mal géré la crise du Covid. En retardant inutilement les mesures de confinement lors de la première vague, le Royaume-Uni a enregistré un nombre élevé de décès par habitant. Le service national de santé a été complètement débordé et ne s’est pas remis depuis. Les patients continuent de subir de longs retards. En conséquence, la population économiquement inactive est aujourd’hui supérieure de près de 500 000 personnes à ce qu’elle était avant la pandémie. Le taux d’emploi en Grande-Bretagne est aujourd’hui inférieur d’environ 0,5 point de pourcentage à ce qu’il était avant la pandémie. La plupart des pays occidentaux, en revanche, ont vu leur taux d’emploi augmenter au cours de la même période (voir figure 3).

La croissance de la productivité reste faible

Depuis la crise financière de 2008, le Royaume-Uni souffre d’un grave problème de croissance de la productivité (voir figure 4). Sa productivité n’a augmenté que de 5,2 % entre le deuxième trimestre 2008 et le quatrième trimestre 2023 (soit une moyenne d’environ 0,3 % par an). Parmi les membres du G7, seule l’Italie a obtenu de moins bons résultats.

La crise financière de 2008 a frappé le Royaume-Uni de manière disproportionnée. La taille du secteur financier britannique (en % de la valeur ajoutée brute) est presque deux fois plus importante que celle de la zone euro et le Royaume-Uni a donc souffert de manière disproportionnée. Cependant, d’autres facteurs ont entravé la productivité depuis lors. Le Royaume-Uni a la réputation d’avoir des réglementations strictes en matière de zonage qui ralentissent la croissance de la productivité, car elles entravent les migrations internes et les investissements en site vierge.

Les très grandes disparités régionales du Royaume-Uni contribuent également à ralentir la croissance de la productivité, car les régions désindustrialisées du nord et de l’est du pays ont toujours du mal à rattraper leur retard. Le PIB par habitant dans le nord-est est inférieur de 27 % à la moyenne britannique.

Le gouvernement a également sous-investi dans les infrastructures. Une étude récente a révélé que 11 % du réseau routier local en Angleterre et au Pays de Galles est en mauvais état et nécessitera probablement des travaux d’entretien au cours des 12 prochains mois1. Il est tout aussi nécessaire d’investir davantage dans l’infrastructure ferroviaire et l’infrastructure du réseau 5G.

Enfin, le Brexit et la perte d’accès au marché unique de l’UE qui en découle ont réduit la pression concurrentielle sur le Royaume-Uni et limité les économies d’échelle potentielles.

Le Brexit nuit aux consommateurs, aux exportateurs et aux investisseurs

Le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni a quitté le marché unique et l’union douanière de l’UE. Bien que l’accord de retrait initial et le cadre de Windsor (en place depuis février 2023) aient permis d’éviter de graves perturbations, les effets du Brexit à plus long terme risquent d’être préjudiciables.

Les consommateurs sont durement touchés par le Brexit, en raison de l’augmentation des droits de douane et de la chute brutale de la livre. Une étude récente de la London School of Economics a révélé que le Brexit était responsable d’environ un tiers de l’inflation des prix des denrées alimentaires au Royaume-Uni depuis 2019, ajoutant près de 7 milliards de livres (8,1 milliards d’euros) à la facture de l’épicerie britannique2. Bien que de nombreux pays développés aient connu une flambée de l’inflation ces dernières années, le Royaume-Uni a, sans surprise, enregistré des hausses de prix plus importantes et un peu plus persistantes que bon nombre de ses pairs (voir figure 5).

Les exportateurs ont également été touchés par la perte d’accès au marché unique. L’UE représente encore 41 % des exportations britanniques. Pourtant, avant décembre 2020, ce chiffre était encore de 50 %. L’Office of Budget Responsibility (OBR) estime que les importations et les exportations seront à long terme inférieures d’environ 15 % à ce qu’elles seraient si le Royaume-Uni était resté dans l’UE. Cela dit, la baisse de la livre et la signature de trois nouveaux accords commerciaux (Nouvelle-Zélande, Australie et Accord global et progressif pour le partenariat transpacifique) ont partiellement compensé les effets négatifs du Brexit sur la croissance des exportations. Les exportations de biens et de services du Royaume-Uni ont progressé à peu près au même rythme que celles de ses pairs depuis la sortie du marché unique (voir figure 6).

Le Brexit a également eu un effet dépressif sur les investissements directs étrangers, les investisseurs n’ayant pas apprécié l’incertitude entourant le Brexit et la perte d’accès au marché unique de l’UE. Les projets d’investissements directs étrangers ont diminué, passant de 2265 l’année du référendum sur le Brexit à 1654 (en 2022).

Dans l’ensemble, compte tenu de l’impact négatif sur les consommateurs, les exportateurs et les investisseurs, l’OBR estime toujours que le Brexit réduira l’économie britannique de 4 % au total.

Conclusion

Alors que le Royaume-Uni entre dans une année électorale, l’économie est dans une situation difficile. Le PIB a baissé pendant deux trimestres consécutifs, tandis que l’inflation reste trop élevée. Pour relancer l’économie, le nouveau gouvernement britannique devra augmenter le taux d’emploi, résoudre les problèmes de productivité du pays et améliorer ses relations avec l’UE.

 

[1] Asfalt Industry Alliance, 2023, "Annual Local Authority Road Maintenance Survey Report".

[2] Jan David Bakker, Nikhil Datta, Richard Davies en Josh De Lyon, 2023, "Brexit and consumer food prices: May 2023 update”

Disclaimer:

Toute opinion formulée dans cette publication représente l’opinion personnelle de l’auteur ou des auteurs. Any opinion expressed in this KBC Economic Opinions represents the personal opinion by the author(s). Ni la mesure dans laquelle les scénarios, les risques et les pronostics présentés reflètent les prévisions du marché, ni la mesure dans laquelle ils seront corroborés par la réalité ne peuvent être garanties. Les prévisions sont fournies à titre purement indicatif. Les données de cette publication sont générales et purement informatives. Elles ne peuvent être considérées comme des recommandations en investissement. La durabilité fait partie de la stratégie commerciale globale de KBC Group NV (voir https://www.kbc.com/fr/durabilite-de-l-entreprise.html). Nous tenons compte de cette stratégie dans le choix des sujets de nos publications, mais une analyse approfondie de l'évolution économique et financière nécessite d'aborder une plus grande variété de sujets. Cette publication relève de la ‘recherche en investissements’, telle que visée par la loi et la réglementation sur les marchés d’instruments financiers. Toute transmission, diffusion ou reproduction de ces informations, sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, est interdite sans l’autorisation expresse, préalable et écrite de KBC Groupe SA. KBC et CBC Banque SA ne peut être tenu responsable de leur exactitude ou de leur exhaustivité.

Publications liées

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale