2389789463
2389789463

Obstacles techniques élevés pour la livre

Les marchés

La livre sterling s’est démarquée de la concurrence de manière positive ces derniers temps. Début mai, le cours EUR/GBP n'est, dans une deuxième tentative en autant de mois, pas parvenu à dépasser le seuil de 0,86. Et cela a provoqué un mouvement inverse. La monnaie a par ailleurs également récupéré une grande partie du terrain perdu par rapport au dollar américain. D’un point de vue technique, cela n’a pas vraiment eu d'incidence. Et la présence d'importants niveaux de résistance, autour de EUR/GBP 0,85 et GBP/USD 1,27, a empêché la livre d'engranger d'autres gains. De même que plusieurs chiffres économiques moins convaincants publiés à la fin de cette semaine. Nous estimons que cela pourrait annoncer une correction à la baisse de la livre, dans la fourchette établie.

La livre avait pourtant bien démarré. Les gains enregistrés lundi et mardi se sont encore intensifiés mercredi suite à la publication de chiffres de l'inflation donnant à réfléchir. La Banque d’Angleterre (BoE) s’était entièrement lâchée en avril. Les effets de base très négatifs allaient rapidement ramener l'inflation générale vers l’objectif de 2 % et mettre en évidence la désinflation dans les séries sous-jacentes (inflation de base et des services). En juin, la BoE n'aurait plus qu'à concrétiser la baisse de taux évoquée au début de ce mois. Le 10 Downing Street était à l'affût. Une baisse des taux d'intérêt et un recul de l'inflation ? Une bonne chose à prendre en attendant (disons juste avant) les élections !

La déception a été grande. Si la décélération plus lente que prévu du chiffre global reste acceptable (2,3 % au lieu de 2.1 %), que dire de l’inflation de base (hors alimentation et énergie) à 3,9 % (contre 4,2 %) et des hausses de prix de 5,9 % observées dans le secteur des services, soit à peine moins que les 6 % du mois précédent ? La banque centrale le constate avec regret, le gouvernement s’en rend compte et le marché le sait : un abaissement des taux le mois prochain est exclu. Pour l’ensemble de l’année 2024, le marché monétaire britannique ne table plus que sur une réduction et demie. Quelques points de base en moins, mais tout de même un positionnement plus marqué qu’aux États-Unis. Le même jour, sous un ciel peu réjouissant, le Premier ministre Rishi Sunak a annoncé la tenue des élections le 4 juillet. Une date nettement plus avancée que prévu (automne). Nous avons d'ailleurs l'impression que l’homme a tout simplement jeté l'éponge. Avec un retard historique de 20 pp sur le Labour et quasiment aucune réussite économique sur laquelle capitaliser, il ne pouvait plus tenir des mois.

Les jours qui ont suivi ont d'ailleurs donné raison à Sunak. Les principaux indicateurs de confiance des entreprises PMI (mai) font état d'une reprise de l'industrie manufacturière et d'un secteur des services (plus que) robuste en Europe et aux États-Unis. Si l'industrie manufacturière se redresse aussi au Royaume-Uni, le secteur des services a reculé plus fortement que prévu dans le pays. En outre, le consommateur a boudé Oxford Street en avril. Le commerce de détail britannique a vu son chiffre d’affaires glisser d'au moins 2 %. Et un indicateur mesurant la confiance des consommateurs publié ce matin montre que la crise du pouvoir d’achat n'est pas encore totalement réglée. Il y a certes des signes d'amélioration. Mais pour Sunak et les conservateurs, cela arrive trop tard.

EUR/GBP : l'importante zone de support proche de 0,85 tient et correction technique à la hausse possible.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Cours EUR/GBP sur une corde raide

Cours EUR/GBP sur une corde raide

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

Premier abaissement de la BCE. Et après ?

Premier abaissement de la BCE. Et après ?

La Banque du Canada déroule le tapis rouge

La Banque du Canada déroule le tapis rouge