Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale

Les marchés

Hier, le FMI a publié ses nouvelles Perspectives de l’économie mondiale. Ses prévisions sont restées pratiquement inchangées par rapport à janvier: 3,2% pour 2024 et 2025. C’est toujours sensiblement plus lent que la moyenne de 3,8% que nous avons connue dans les années 2000 et 2010. Outre la croissance mondiale, le FMI a cependant apporté des modifications importantes à ses prévisions pour les différents blocs économiques, soulignant ainsi les divergences croissantes à l’échelle mondiale.

Le FMI a surtout revu ses prévisions de croissance pour les États-Unis. Elles ont été portées de 2,1% à 2,7% pour 2024, soit un peu au-dessus des prévisions de KBC. C’est principalement dû aux effets de report et à la politique monétaire expansionniste. Pour l’année prochaine, le FMI table toutefois sur une croissance de 1,9% (soit un peu en dessous des attentes de KBC).

Les prévisions d’une croissance forte aux États-Unis contrastent avec la faiblesse des prévisions pour la zone euro. Elles ont été revues à la baisse de 0,9% à 0,8% pour 2024 et de 1,7% à 1,5% pour 2025, essentiellement en raison de la faible croissance économique en Allemagne, en partie compensée par une croissance supérieure aux attentes dans de plus petits pays comme le Portugal et la Belgique. Pour la zone euro, les prévisions de croissance du FMI restent plus optimistes que celles de KBC. Pour d’autres économies développées, comme le Royaume-Uni et le Canada, les prévisions ont également été revues à la baisse.

Enfin, le FMI a mis à jour ses prévisions de croissance pour les économies émergentes. Si le chiffre pour la Chine est resté inchangé (4,6% pour 2024), le taux de croissance de l’Inde a été porté à 6,8% (contre 6,5% en janvier). Encore plus frappant: la révision du taux de croissance russe, désormais estimé à 3,2% pour 2024. Le pays résiste mieux que prévu aux sanctions économiques.
Le FMI a également souligné plusieurs risques susceptibles d’entraîner de nouvelles modifications des perspectives. Au niveau des risques baissiers, le FMI fait état d’éventuelles hausses des prix des matières premières à la suite de chocs géopolitiques (comme le conflit au Moyen-Orient). De même, l’inflation pourrait s’avérer plus tenace que prévu et entraîner une politique monétaire plus restrictive. La crise immobilière en Chine est une autre source d’incertitude. Dans de nombreux pays, la problématique de la dette risque de resurgir, tandis que la méfiance vis-à-vis des pouvoirs publics peut entraver la mise en œuvre des réformes nécessaires. Enfin, la fragmentation économique est un facteur qui peut gripper le commerce mondial.

D’un autre côté, le FMI identifie de nombreux risques haussiers. Des élections imminentes peuvent entraîner des mesures de stimulation fiscale; la pression sur les chaînes d’approvisionnement peut continuer à décroître et l’IA peut augmenter la productivité. Sans compter que des réformes structurelles plus poussées (surtout dans les économies émergentes) ne sont pas à exclure.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Cours EUR/GBP sur une corde raide

Cours EUR/GBP sur une corde raide

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

Terugkeer van Europese politieke risicopremie

Premier abaissement de la BCE. Et après ?

Premier abaissement de la BCE. Et après ?

La Banque du Canada déroule le tapis rouge

La Banque du Canada déroule le tapis rouge