Le retour du franc suisse?

Les marchés

La semaine dernière, la Banque nationale suisse (BNS) a abaissé le taux de manière ‘inattendue’ de 25 pb, à 1,50%. Cela a suscité de nombreuses réflexions sur les forums financiers. S’agirait-il de la première étape de ‘l’inévitable’ cycle de normalisation monétaire des banques centrales occidentales? De même, l’initiative de la BNS a donné lieu à beaucoup de spéculations par rapport au franc suisse. À en croire certains observateurs, ce revirement entraînerait presque irrévocablement une forte correction du franc suisse par rapport à quasiment toutes les autres devises occidentales, dont le dollar, l’euro et même son alter ego moins rentable, le yen.

Nous pensons que les choses sont un peu plus complexes. La BNS fait exactement ce que d’autres banques centrales disent qu’elles font (ou feront): mener une politique monétaire indépendante qui dépend de considérations domestiques. En tant qu’autorité monétaire, si vos variables financières et monétaires sont saines depuis des années et que vous disposez de la crédibilité nécessaire, vous pouvez très bien suivre un parcours divergent – même par rapport à la Fed. Et il n’y a pas de raison de douter de la crédibilité de la BNS par rapport à la lutte contre l’inflation. La BNS définit la stabilité des prix comme un taux d’inflation compris dans une fourchette de 0% à 2%. La moyenne depuis 2000 s’élevait à 0,6% en glissement annuel. Alors que de nombreux pays n’ont rien contre une monnaie un peu plus faible de temps à autre pour stimuler la compétitivité, la vigueur du franc fait justement partie du modèle commercial monétaire de la Suisse. En effet, un faible taux d’inflation/niveau des prix domestiques va de pair avec une monnaie forte. Si le niveau général des prix est environ 2% inférieur à celui des partenaires commerciaux, la devise peut très bien s’apprécier de 2% sans perte de compétitivité. Et en plus, une monnaie forte protège le pouvoir d’achat domestique de la hausse des prix à l’importation. Ce n’est peut-être pas la voie la plus facile à suivre, mais elle crée de la stabilité, tant pour les entreprises que pour les consommateurs.

Or depuis début 2021, l’écart était devenu excessif. Le différentiel d’inflation cumulé entre l’UEM et la Suisse avait atteint environ 11%, une divergence que l’appréciation du franc a trop largement compensée (± 15%). Mais tant que l’inflation était supérieure à l’objectif, cela convenait à la BNS. Depuis lors, l’inflation est revenue dans la zone cible et la BNS s’attend à ce qu’elle s’y maintienne pour les trois années à venir. Dans ce contexte, les entreprises qui se plaignent d’une perte de compétitivité ont été davantage entendues. Le taux d’intérêt a été abaissé et la BNS indique qu’elle pourrait intervenir sur le marché des changes, cette fois-ci pour freiner une appréciation réelle (c’est-à-dire corrigée de l’inflation) trop forte du franc le cas échéant.

Tout cela signifie que le franc occupera encore une place importante dans les débats au sein de la BNS. Si la monnaie reste (trop) forte, il est possible qu’elle procède à un nouvel abaissement des taux en juin. La question à un million est bien sûr: à quel niveau le franc ne sera-t-il plus trop fort (aux yeux de la BNS)? Dans ce type d’exercice de valorisation de la PPA (parité de pouvoir d’achat), le point de départ choisi revêt une importance capitale. Prenons début 2021, la veille du revirement monétaire. Sur cette base, l’appréciation ‘excessive’ du CHF à EUR/CHF 1,00 a déjà été (amplement) effacée. Un mouvement inverse un peu plus fort dans la direction d’un affaiblissement n’est jamais exclu. Cependant, nous partons du principe que la BNS ne visera pas trop agressivement la dépréciation de la devise au-delà de la parité EUR/CHF. Du point de vue technique aussi, la zone EUR/CHF 1,00/1,01 (voir graphique) est un niveau de support solide pour le franc. Si les prévisions d’inflation de la BNS s’avèrent, la stabilisation en termes nominaux se traduira de facto par une dépréciation réelle. Et dans la foulée, les entreprises suisses retrouveront plus de compétitivité. 
 

EUR/CHF: qu’est-ce qu’un niveau de correction acceptable pour la BNS? Il pourrait être inférieur aux spéculations du marché.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale