119970736
119970736

La Fed de nouveau à la baguette

Les marchés

Le marché a perdu de son allant après les mouvements du début d'année. La volatilité attendue a fortement diminué, alors qu'elle était déjà très faible au départ. Les marchés ont besoin de nouvelles impulsions, mais la question est de savoir si celles-ci arriveront avant l’été.

Le marché des taux s'est rendu compte que la fin du cycle de hausse des taux ne signifiait pas nécessairement le début direct des baisses de taux. C'est de nouveau la Fed qui donne le tempo, avec trois baisses de taux de 25 points de base cette année et le coup d’envoi du cycle cet été au plus tôt. Ce scénario est désormais pris en compte après la hausse des taux enregistrée après le Nouvel An. Lors de la prochaine réunion de politique de mars, la Fed confirmera simplement ce scénario. Nous pensons que les marchés/investisseurs ne seront pas directement tentés de parier à nouveau contre la Fed en cas de croissance légèrement plus faible ou de taux d’inflation plus bas. La banque centrale reste persuadée que crier trop vite victoire contre l’inflation serait la plus grande erreur de politique qu’elle puisse commettre. Une politique moins restrictive risquerait de stimuler la croissance et l’inflation à un moment où l’objectif d’inflation de 2 % n’est même pas encore atteint. Dans ce scénario, la solution serait alors de resserrer encore la politique, ce qui conduirait inévitablement à une récession. Les taux européens et britanniques ont suivi le mouvement observé aux États-Unis. Nous pensons toutefois que le repositionnement pourrait encore aller un peu plus loin à court terme en Europe. Le marché estime que la BCE pourrait abaisser son taux directeur avant la Fed (juin) et que les réductions de taux totaliseront 100 points de base en 2024, comparé à 75 points de base aux États-Unis. Nous continuons de croire que la Fed montrera l'exemple, malgré un ralentissement de la croissance européenne.

Sur le marché des changes, le retour du dollar s’est embourbé en même temps que les taux américains. Le canal baissier du cours EUR/USD a fait place à une fourchette latérale comprise entre grosso modo 1,07 et 1,09. Pour le moment, le marché des changes ne se préoccupe pas encore vraiment des élections présidentielles. L’ex-président Trump est déjà assuré de sa victoire aux primaires républicaines. Pour l’instant, notre scénario selon lequel la dynamique Trump irait de pair avec celle du dollar ne se réalise pas. L’idée est surtout que des devises telles que l’euro, le yuan ou le peso mexicain pourraient se mettre à trembler face à la perspective d'une politique étrangère américaine plus sévère. Moins que le billet vert ne soit porté par des éléments de politique intérieure. Pour le cours EUR/GBP, le fil est encore plus mince. Le mois dernier, l'écart entre le cours le plus faible et le cours le plus fort était inférieur à un « big figure ». Le niveau de support autour de EUR/GBP 0,85 devient toutefois de plus en plus difficile à rompre.

Pour l’instant, les bourses s'en tiennent au scénario « goldielocks », avec une disparition de l’inflation, une reprise de la croissance et un recul possible des taux d’intérêt. La bonne saison des bénéfices des entreprises a fourni un contrepoids suffisant à la remontée des taux d'intérêt. Les bourses prospèrent dans un environnement de faible volatilité. Pour la première fois depuis fin 2000, l’EuroStoxx 50 vise progressivement la barre magique des 5 000 points. Les trois principaux indices américains (S&P 500, Dow Jones et Nasdaq) cotent à des sommets historiques.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

 

Indice VIX : volatilité attendue du S&P 500 le mois prochain

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre