La Banque d’Angleterre manœuvre délicatement

Les marchés

Hier, la Banque d’Angleterre a décidé de laisser son taux directeur inchangé à 5,25 %. La décision n’a de nouveau pas été prise à l'unanimité, mais l'équilibre des voix a tout de même évolué. En novembre et décembre, trois des neuf membres disposant du droit de vote avaient voté en faveur d'un relèvement de 25 points de base. Hier, ils n'étaient plus que deux. Un autre membre du comité de politique a même voté pour une baisse de taux de la même ampleur.

Le président de la BoE, Andrew Bailey, a ensuite parfaitement bien mené sa barque sur les marchés. Contrairement à ses collègues Lagarde et, surtout, Powell, il s’est bien gardé de ne  pas évoquer ouvertement de futurs abaissements de taux. En évitant ce piège, la BoE conserve sa crédibilité dans sa lutte contre l’inflation. L’inflation britannique a culminé à un niveau plus élevé qu’aux États-Unis et dans la zone euro, et n’a commencé à reculer que plus tard. En décembre, l’inflation principale et l’inflation de base sous-jacente s’élevaient à respectivement 4 % et 5,1 % en glissement annuel. Hier, les chiffres de la zone euro pointaient des taux de 2,8 % et 3,3 % en glissement annuel pour le mois de janvier. Quoiqu'il en soit, face à ce début de ralentissement de l'inflation, la BoE a décidé d'adopter un ton plus neutre. Au lieu d'envisager encore d’autres relèvements, elle préfère aujourd'hui évaluer combien de temps le taux directeur pourra rester à son niveau actuel.

L’inflation joue ici un rôle majeur. Si celle-ci a bien commencé à diminuer, les nouvelles prévisions montrent qu'après avoir atteint l’objectif de 2 % au deuxième trimestre de cette année, elle devrait ensuite rester au-dessus de ce seuil sur l’ensemble de l’horizon politique. Les prévisions sont basées sur la trajectoire des taux actuellement attendue par le marché, avec un taux directeur de la BoE à 3,25 % fin 2026. Dans un scénario alternatif tablant sur le maintien du taux directeur à son niveau actuel de 5,25 %, l’inflation chutera durablement en dessous des 2 % au dernier trimestre de 2025. Nous supposons que la vérité se situe entre ces deux scénarios. La balance des risques autour des prévisions d’inflation se trouve maintenant en équilibre pour la BoE. Jusqu’à la fin de l’année dernière, elle craignait surtout une nouvelle accélération.

Les marchés sont restés plutôt stoïques après l'annonce de la décision de la Banque d'Angleterre. Au vu du positionnement du marché, nous en tirons tout de même quelques conclusions. Sur le marché des changes, le cours EUR/GBP est passé de 0,87 en début d'année au bas de 0,85. Le plancher de la fourchette de fluctuation observée depuis le milieu de l'année dernière (0,8493) est en vue, mais il n'a pas été testé hier. Le signal envoyé par la BoE (ne pas faire partie des premiers à abaisser ses taux, mais ne pas non plus procéder à de nouveaux resserrements) suggère que le côté GBP de la paire de devises a intégré ce qu'il fallait. Le niveau de support de EUR/GBP 0,8493 s'est renforcé. Les taux du marché monétaire britannique sont aujourd’hui – tout comme aux États-Unis et en Europe – trop agressifs en ce qui concerne la trajectoire future des taux. Le marché est partagé à 50/50 quant à la probabilité d'une première intervention à la réunion de politique du 9 mai. Nous pensons que c’est trop tôt.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

 

Nouveau renforcement du niveau de support de EUR/GBP 0,8493.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Quid des réserves de change russes gelées ?

Quid des réserves de change russes gelées ?

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

Ce n’est pas juste?!

Ce n’est pas juste?!

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?