NBP : baisse de taux possible... en 2026 !

Les marchés

La décision de taux de la banque centrale polonaise (NBP) ce mercredi devait être un « non-event ». Et ce fut le cas au départ. Le taux a été maintenu à 5,75 %. Cela fait déjà un certain temps que la NBP dit vouloir d’abord plus de clarté concernant l'impact sur l’inflation de la suppression de la régulation des prix  (notamment les prix de l’énergie) mise en place ces dernières années pour atténuer la crise du pouvoir d’achat. Le débat sur une baisse des taux pourrait alors éventuellement commencer fin de cette année/début de l’année prochaine. C'était sans compter sur le gouverneur de la banque, Adam Glapinski. Jamais avare en déclarations fortes, ce dernier a encore frappé hier, lors de la traditionnelle conférence de presse organisée au lendemain de la décision de politique. Pas de baisse de taux en 2024, ni même en 2025, et éventuellement en 2026, au plus tôt ! Et nous qui pensions que l’ère de la « forward guidance » en politique monétaire touchait à sa fin.

Un signal d'alerte s'était en fait déjà enclenché mercredi avec les nouvelles prévisions de la NBP. La croissance attendue pour les trois prochaines années a certes été revue à la baisse (de 3,5 % à 3,0 % pour 2024, de 4,2 % à 3,8 % pour 2025 et de 3,3 % à 3,1 % pour 2026), mais la projection d’inflation a pour sa part fortement augmenté  (de 3,55 % à 3,7 % pour cette année et surtout de 3,6 % à 5,25 % pour 2025). Outre la nouvelle déréglementation (progressive) des prix de l’énergie, la NBP craint également l’impact des fortes hausses des salaires (réels) sur l’inflation. Concrètement, Glapinski voit l’inflation (2,5 % en mai, soit exactement l’objectif de la NBP) remonter à 5,0 % à la fin de cette année et connaître encore une poussée début 2025. En 2026 (2,7 %), l’inflation reprendra ensuite la direction de l’objectif de la NBP, à condition que le taux directeur reste à 5,75 %.

Les inquiétudes concernant une spirale prix/salaires  sont compréhensibles et l’argument selon lequel la remontée des prix de l'énergie pourrait alimenter les anticipations d'inflation des consommateurs tient certainement aussi la route. D’autre part, la disparition progressive des restrictions de prix aura également un impact sur les revenus disponibles. On ne peut d'ores et déjà pas soupçonner le gouverneur Glapinski de faire des cadeaux monétaires au gouvernement du premier ministre Tusk. À titre de comparaison, dans le procès-verbal de sa réunion de juin, la BCE a hier justifié sa baisse de taux (également malgré des projections d’inflation plus élevées) en arguant que, même après cette première intervention, la politique reste (plus que) suffisamment restrictive pour ramener l’inflation vers l’objectif. Une attitude que l'on ne retrouve pas à la NBP pour le moment.

Le zloty avait déjà gagné du terrain mercredi et a encore accéléré le mouvement hier après les explications de Glapinski. Si la NBP campe sur ses positions, elle maintiendra des taux élevés beaucoup plus longtemps que les autres banques centrales de la région (CNB, MNB), que la BCE et probablement aussi que la Fed. Le zloty reste bien entendu aussi sensible au sentiment général vis-à-vis du risque. Dans un contexte d'assouplissement généralisé des conditions monétaires, avec une Fed qui relâchera également le frein plus tard dans l’année, le zloty pourra compter sur de solides soutiens (des taux). Il est donc possible que la monnaie polonaise poursuive son ascension, d’abord en direction de EUR/PLN 4,247 (le plus bas de cette année) et ensuite EUR/PLN 4,20 (le niveau de début 2020, voir graphique).

EUR/PLN : le zloty devrait encore pouvoir compter sur un solide soutien des taux.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Virage de la RBNZ: abaissement de taux en vue?

Virage de la RBNZ: abaissement de taux en vue?

De l'autre côté de l'Océan

De l'autre côté de l'Océan

D'un euro faible à un dollar faible

D'un euro faible à un dollar faible

La BIS tire des leçons du dernier quart de siècle

La BIS tire des leçons du dernier quart de siècle