1848730048
1848730048

Le CBO met en garde contre un moment Truss

Les marchés

Le chien de garde de la dette américaine ne grogne plus, il aboie ! Le Congressional Budget Office (CBO) a publié une mise à jour de ses prévisions pour la dette publique et les déficits. L’avenir ne s'annonce pas radieux. Dans un entretien avec le Financial Times, le directeur du CBO, Phillip Swagel, a mis en garde contre un moment Truss sur le marché obligataire américain. Swagel fait ici référence au krach obligataire qui avait frappé le Royaume-Uni à la fin de l’été 2022 suite aux propositions de mesures de relance budgétaires financées par de la dette (supplémentaire) pendant le court règne de la Première ministre Liz Truss et de son ministre des Finances, Kwasi Kwarteng. Des propositions qui avaient pointé la vulnérabilité des finances publiques dans le nouveau contexte post-Covid.

Le point de départ est simple. Après la crise des dettes dans le monde, et en particulier en Europe, survenue il y a une dizaine d'années, le problème sous-jacent – les niveaux d’endettement trop élevés – n'a pratiquement pas été réglé. La politique monétaire exceptionnellement stimulante a créé une image de stabilité financière en maintenant l'endettement élevé viable. Les chocs inflationnistes pendant et après la pandémie ont aujourd'hui brisé cette image. Un nouveau vent souffle sur Francfort et Washington et affecte le climat de taux. La boule de neige des taux et le cercle vicieux dans lequel elle tourne sont de retour. Le CBO a estimé qu'à lui seul, le coût de financement de la dette en cours passera en moyenne de 1,8 % du PIB sur la période 1994-2023 à 3,1 % cette année, 3,9 % en 2034 et 5 % en 2044. Dans ce contexte, le déficit public américain gonflera de plus de 5 % du PIB cette année à plus de 6 % et plus de 7 % au cours des deux prochaines décennies (dans un scénario où le taux à 10 ans américain se maintient légèrement au-dessus de 4 %). Le chien de garde de la dette tient en outre compte de la fin des programmes de subventions dans le domaine de la sécurité sociale (Obama) et des réductions d’impôts (Trump). La boule de neige des taux refroidira les futurs gouvernements. En termes absolus, les chiffres sont encore plus impressionnants : au cours de la prochaine décennie, les États-Unis paieront 12 400 milliards de dollars de charges d’intérêts, soit plus du double que les dépenses entre 2005 et 2024. Cette année, la charge d’intérêts (870 milliards de dollars) a été plus élevée que les dépenses en matière de défense, par exemple. Seules la sécurité sociale et Medicare accaparent encore une part plus importante du budget. Un constat qui a également de quoi préoccuper, compte tenu du vieillissement de la population américaine. À titre de comparaison, les charges d’intérêts avoisinaient les 350 milliards de dollars juste avant la pandémie. Le taux d’endettement US grimpera de 99 % du PIB aujourd'hui à un niveau supérieur au sommet historique atteint juste après la Seconde guerre mondiale (107 %) en 2029 et se dirigera vers 139 % d’ici 2044. Les États-Unis avaient déjà perdu leur note maximale chez Fitch l’année dernière à cause de ce cocktail explosif et ils risquent de connaître le même scénario chez Moody's cette année. Le pays aura donc alors perdu toutes ses notations AAA tant convoitées.

Le refinancement de la dette américaine ne pose pas encore de problèmes à l'heure actuelle. Plusieurs tendances doivent toutefois être suivies de près. Le marché souverain américain très liquide offre un refuge pour les réserves de change étrangères  des banques centrales, par exemple. Avant la pandémie, celles-ci détenaient environ un tiers de la dette américaine. Cette part est entre-temps retombée à moins de 25 %. En plus des alternatives plus attrayantes, le financement par la dette devient aussi une arme géopolitique. Autre constat : le Trésor fait de plus en plus appel, et plus que recommandé, au financement à court terme (les emprunts à moins de 12 mois représentent 22,4 % de l’encours de la dette, comparé au plafond de 20 % recommandé), ce qui est rarement un gage de solidité. Pour le moment, ce sont les fonds monétaires et, dans une moindre mesure, les hedge funds qui maintiennent le navire à flot. Les institutions financières ont les mains liées à cause des réglementations plus strictes. Enfin, il ne faut pas oublier que la Réserve fédérale américaine est en train de réduire la taille de son portefeuille obligataire. Cela signifie que le plus grand acheteur, insensible à l'évolution des cours, est en train de se retirer du marché. L’horloge tourne contre les États-Unis. La marge d’erreur (budgétaire) est quasiment nulle. Tôt ou tard, cela se terminera par un accroissement des primes de risque (de crédit) et une hausse encore plus importante des taux (à long terme) US.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

 

Déficit budgétaire des États-Unis : effet boule de neige des taux (source : CBO).

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale