2389789463
2389789463

Panaché de devises

Les marchés

Après deux mois de stagnation, le cours EUR/GBP sort enfin de son coma artificiel à 0,8550. Il n’y a pas grand-chose à dire de la réunion de la Banque d’Angleterre (BoE) de ce jeudi, mais comme souvent sur les marchés, tout est question d’attentes. Jusqu’à hier, les marchés monétaires britanniques considéraient en effet que la réunion du mois d’août, ainsi que les nouvelles perspectives de croissance et d’inflation, marqueraient le coup d’envoi des abaissement de taux. Aujourd’hui, une nouvelle vérité s’impose: les choses pourraient bien aller plus vite. Deux des neuf membres de la BoE ne sont plus partisans d’un relèvement des taux d’intérêt de 25 points de base et adhèrent désormais au point de vue neutre de la majorité. Bien qu’officiellement, la banque centrale britannique réfléchisse encore à la durée pendant laquelle le (pic du) taux directeur actuel devrait rester en place, le président Bailey ne se prive pas de rêver tout haut dans le Financial Times d’aujourd’hui. Grâce à un processus de désinflation un peu plus rapide et une économie plus résiliente, des abaissements de taux pourront être envisagés plus vite que prévu. Ainsi, le ‘Chunnel’ s’extrait enfin de sa camisole de force des deux derniers mois (0,85-0,8575) et s’aventure prudemment dans un cadre élargi – tout est relatif – depuis le mois de mai de l’année dernière (0,85-0,8750).

Du miracle de la GBP, passons à l’oracle de l’USD. ‘Sinon, l’actualité économique les forcera à changer d’avis’, avait prédit un sage homme. Moins de 24 heures et une flopée de chiffres solides (y compris pour le marché résidentiel américain) plus tard, c’est déjà le cas. Que l’on donne une promotion à cet homme!… Heu, attendez, peut-être pas… En tout cas, les marchés ont rapidement retiré leurs œillères après la réunion de la Fed. Tout d’un coup, ils ont vu au-delà de la projection médiane (inchangée, encore plus précise) de 3 abaissements de taux cette année. En septembre, pas avant! Le billet vert pondéré des échanges commerciaux (DXY: 104,40) atteint aujourd’hui son niveau le plus élevé depuis mi-février. La reine des devises garde ainsi sa couronne. Cela va de soi face à une livre faible (GBP/USD 1,26), un yen japonais impuissant (USD/JPY 151,50: test des niveaux les plus élevés depuis début 1990), un yuan chinois en pleine déroute maintenant que les autorités ont abandonné la défense du niveau de 7,20 (USD/CNY 7,23: le niveau le plus élevé depuis novembre), mais aussi l’euro. À EUR/USD 1,0804/1,0796, un retour au plancher annuel provisoire de 1,0695 sera un jeu d’enfant. Hier, l’indice des directeurs d’achats européen a apporté de l’eau au moulin de la BCE. Une reprise naissante, combinée à une baisse de la pression sur les prix, ouvre la voie à un abaissement de 25 points de base en juin. Le marché en convient, mais nourrit probablement trop d’espoirs pour le deuxième semestre, surtout selon notre scénario de prédilection pour la Fed.

Pour terminer, évoquons deux exceptions ‘europérilleuses’ sous la forme de deux banques centrales aux visées opposées aux extrêmes du spectre: pour la première, l’appréciation (réelle) de la devise est déjà allée beaucoup trop loin; pour la deuxième, une telle appréciation serait au contraire le Saint Graal. Nous parlons bien sûr… de la Suisse et de la Turquie. La Banque nationale suisse (BNS) crie victoire contre l’inflation et a abaissé son taux directeur de 25 points de base, à 1,50%. À ce stade, une baisse du CHF serait la bienvenue. Si cela n’arrive pas ou pas assez vite, le taux directeur pourrait sans doute être à nouveau abaissé au mois de juin. Le marché a compris le message. Le cours EUR/CHF a grimpé à 0,9750 pour la première fois depuis le mois de juin de l’année dernière. Et du côté de la Banque centrale de la république de Turquie (CBRT), un nouveau relèvement inattendu des taux (de 45% à 50%!) n’a toujours pas convaincu les marchés, le taux d’inflation étant de 67% en glissement annuel. La lire a certes augmenté, mais la paire EUR/TRY se raccroche à ses cours records autour de 35,60.

EUR/CHF: l’inflation suisse est sous contrôle. Une baisse du franc serait la bienvenue.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre