73132486
73132486

Primavera in Italia?

Les marchés

Quand Milan-San Remo – La Primavera  est derrière nous, le printemps commence. Mais en ce qui concerne les marchés financiers, le soleil brille déjà sur l’Italie depuis quelques mois, du moins à en croire le différentiel d’intérêt entre les effets publics à 10 ans de l’Italie et de l’Allemagne. De 200 points de base à la mi-octobre 2023, il est passé à environ 120 points de base aujourd’hui, son niveau le plus bas en deux ans – et plus de 100 points de base de moins qu’aussitôt après la démission de l’ancien Premier ministre Draghi en juillet 2022.

Cette évolution s’inscrit dans la tendance à la baisse récente des primes de risque pour d’autres pays et entreprises (européens). Elle dépend notamment des attentes en matière de politique monétaire, de taux d’intérêt et de croissance économique. Dans l’UEM en particulier, cela indique que les marchés financiers restent confiants dans la capacité de la BCE à garantir la stabilité de la zone euro via l’Instrument de protection de la transmission (TPI), nonobstant sa politique de resserrement quantitatif. Par ailleurs, le malaise économique en Allemagne contribue au succès de l’Italie: par rapport au taux swap sans risque, la baisse de la prime de risque italienne semble moins spectaculaire, mais elle n’en reste pas moins notable.

Mais en soi aussi, l’économie italienne affiche des performances remarquables depuis la pandémie. En moyenne, la croissance a dépassé 1% par an en 2020-2023. Bien que la Belgique et les Pays-Bas aient des performances encore meilleures, d’autres grands pays de la zone euro, surtout l’Allemagne, sont à la traîne (voir graphique). Cette nouvelle résilience contraste non seulement avec la stagnation économique de l’Allemagne, mais aussi avec l’historique décevant de l’Italie depuis le début du siècle, en particulier depuis la crise financière de 2008-2009. À la veille de la pandémie, le PIB réel de l’Italie n’avait toujours pas retrouvé à son niveau de fin 2007, juste avant la crise.

Après un long et sombre hiver, le printemps est-il arrivé pour l’économie italienne? Un récent rapport de l’OCDE souligne la forte croissance des investissements en Italie, soutenue par un ‘superbonus’ fiscal pour la rénovation énergétique des habitations. De tels investissements sont nécessaires pour lutter contre le changement climatique, mais ils ne favorisent pas le potentiel de croissance. Toutefois, l’OCDE affirme que le climat d’investissement s’est amélioré de manière structurelle. Les exportations italiennes ont surperformé celles des autres grands pays de la zone euro, en partie parce qu’elles dépendent moins de la Chine et que de par sa composition sectorielle, l’industrie a moins souffert des perturbations de l’offre et du choc des prix de l’énergie. Mais d’autre part, la modération des salaires lui a permis de reconquérir des parts de marché internationales. En outre, le tourisme s’est entièrement remis du choc dû au coronavirus.

Pour la première fois depuis longtemps, l’Italie a donc de bonnes nouvelles économiques à annoncer. La croissance est aussi une bonne chose pour la viabilité de la dette publique élevée. Mais comme toujours, une hirondelle ne fait pas le printemps. La poursuite de la mise en œuvre du Plan pour la reprise et la résilience, nécessaire pour créer les conditions d’une croissance plus durable, exigera encore une grande détermination de la part de l’exécutif. Or à l’approche des élections européennes, le vice-président du conseil des ministres Salvini, dirigeant de la Lega, s’efforcera sans doute de sortir de l’ombre politique de la Première ministre Meloni. Cela risque d’hypothéquer à nouveau cette capacité d’action et le climat économique.

Lieven Noppe, Senior Economist KBC Group

 

Croissance réelle du PIB (moyenne annuelle en %)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre