La fin des taux négatifs n’aide pas le yen

Les marchés

Déjà plusieurs fois annoncée et autant de fois reportée, la décision est désormais tombée  : la Banque du Japon (BoJ) tire un trait sur son taux directeur négatif. Elle est passée de -0,1 % à une nouvelle zone cible de 0,0 %-0,1 %.

Malgré la timide réaction du marché ce matin, cette décision mérite tout de même d'être qualifiée d'historique. Le taux de -0,1 % est en vigueur depuis début 2016 et cela fait 17 ans que la BoJ n'avait plus procédé à un relèvement de taux. En outre, la banque centrale japonaise est la dernière à remiser cet outil particulier des taux négatifs. RIP NIRP (« negative interest rate policy » en anglais). La BoJ estime que l’assouplissement qualitatif et quantitatif a fait son travail. L’objectif d’inflation de 2 % est à portée de main et le cadre monétaire est donc ajusté. À partir de maintenant, le taux directeur redevient le principal instrument de politique. Les achats d'actions et de titres adossés à des créances hypothécaires (ETF, J-REIT) prennent fin. Et les achats d’obligations d’entreprise vont diminuer. Le système de contrôle de la courbe des taux, par lequel la banque maintenait le taux à 10 ans dans une certaine fourchette (jusqu’à présent 0,0 % +/-1 pp), est en train d’être revu de fond en comble. La BoJ continuera toutefois d’acheter des obligations à concurrence de 6 000 milliards de yens par mois, avec un ajustement possible en cas de mouvements brusques indésirables du marché.

Comme indiqué ci-dessus, la réaction du marché a été timide ce matin. Les rendements obligataires japonais sont même en recul (tant à court qu’à long terme). Et le yen perd beaucoup de terrain. Le cours USD/JPY a repassé la barre des 150 et a de nouveau ses sommets pluriannuels en vue. Pourquoi ? 

Le marché anticipe. Et qu'y a-t-il à l’horizon ?Pas grand chose. Malgré le fait que l’inflation ait atteint de facto l'objectif de 2 % et que le cadre politique ait été ajusté, la banque est restée vague quant à la suite des événements dans ce nouveau cadre normalisé. Elle n'a par exemple donné aucune précision sur la manière dont les achats d’obligations vont être réduits. Elle n'a pas non plus fixé de seuil à partir duquel les taux pourront encore être relevés. Sur ce point, la BoJ soutient expressément que la politique doit rester accommodante.

En comparaison avec ses homologues comme la Fed ou la BCE, la politique de la BoJ reste extrêmement souple. Avec une inflation proche de 3 %,  les taux d’intérêt réels sont extrêmement négatifs,  alors qu’aux États-Unis ou en Europe, ils deviennent plus positifs en raison de la baisse de l’inflation. Le yen demeure par conséquent vulnérable. D’autant plus que demain, la Fed insistera de nouveau sur le fait que les taux resteront « plus élevés pendant plus longtemps ». Il est toujours aussi probable que les autorités japonaises et le marché vont commencer un nouveau jeu du chat et de la souris à propos d’éventuelles interventions . Mieux encore : il est possible que le marché teste la BoJ pour savoir avec quelle rapidité celle-ci voudra/pourra intervenir dans le nouveau contexte afin de contrer de nouvelles pertes du yen. Pour éviter toute nouvelle dépréciation de la monnaie, il faudra donc que la BoJ soit intervienne sur le marché soit relève les taux d’intérêt. Même si les autorités nippones sont prêtes à le faire, il y a de fortes chances que le yen ne reprenne réellement son souffle que lorsque la Fed et d'autres grandes banques centrales commenceront clairement à abaisser leurs taux. D’ici là, la monnaie japonaise risque de se retrouver dans le troisième ou quatrième groupe de poursuivants du peloton monétaire.
 

USD/JPY: la normalisation de la BoJ ne soulage en rien le yen.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale

Le FMI s’attend à une reprise lente et inégale