La Fed est-elle prête pour la nouvelle réalité?

Les marchés

Cette semaine, l’agenda se bouscule. Partout dans le monde, les banques centrales se réunissent et un aperçu de chaque réunion de politique à venir prendrait trop de place dans cette rubrique. Pour commencer, nous nous limiterons donc à la plus importante: celle de la Réserve fédérale.

Cette réunion du mois de mars va de pair avec une mise à jour des prévisions d’inflation et de croissance, ainsi qu’une nouvelle estimation des membres du conseil de la Fed quant à l’évolution du taux directeur (5,25-5,5%). Et il y a beaucoup en dire, surtout après la publication des statistiques américaines la semaine dernière. Pour la deuxième fois consécutive, l’inflation des prix à la consommation (IPC) a fortement surpris les observateurs. Derrière le chiffre général (3,2%) se cachent toute une série de mesures corrigées qui révèlent un taux d’inflation beaucoup plus tenace encore. L’inflation des prix à la production (IPP) publiée le lendemain s’est renforcée et la reprise en cours depuis l’année dernière s’est accélérée. Cette ‘inflation aux portes de l’usine’ est souvent décisive pour la variante des prix à la consommation. De ce fait, une révision à la hausse des prévisions d’inflation s’impose. Pour la première fois depuis un certain temps, il y a de nouveau des signaux d’alerte. L’économie, toujours résiliente, fait pencher la balance du risque des prévisions du PIB du côté de l’excès plutôt que de la faiblesse; quant au taux de chômage, Powell et ses collègues ne devraient pas se laisser abuser par la hausse inattendue à 3,9% (février). Le marché du travail se normalise, il est tout sauf précaire.

L’économie américaine poursuit sa course formidable et cela soulève une question importante: dans quelle mesure la politique monétaire est-elle réellement restrictive? C’est là qu’intervient le concept de ‘taux neutre’. Les gouverneurs de la Fed l’estiment actuellement à 2,5%. Ce taux neutre ou taux d’équilibre marque la frontière entre une politique de soutien de la Fed (taux directeur < 2,5%) et une politique restrictive (> 2,5%). Bien sûr, un taux de 5,25-5,5% y est encore bien supérieur, mais pourquoi n’en voit-on pas l’impact? Le taux neutre aurait-il pu augmenter de manière structurelle depuis la crise de la Covid? Ce débat ne date pas d’hier et s’insinue de plus en plus dans les discussions des décideurs politiques. Au moins 7 des 18 membres de la Fed estiment à présent que le taux neutre est supérieur à 2,5%. Pour trois d’entre eux, un taux de 3,5% (a minima) serait plus réaliste. Cette façon de voir les choses jette un éclairage nouveau sur le niveau actuel du taux directeur. Nous n’excluons pas que la Fed reconnaisse la nouvelle situation mercredi. Vu l’importance du sujet, même une petite adaptation n’échappera pas au marché. Il suffirait que deux autres membres revoient à la hausse leurs prévisions individuelles.

Le concept de taux neutre à beau être théorique, il a des conséquences pratiques. Plus il est élevé, moins la Fed a de marge de manœuvre pour des abaissements de taux. Il est probable qu’elle envisage toujours trois abaissements cette année, de 75 points de base en tout. Mais au niveau du calendrier, il semble de plus en plus judicieux de commencer en septembre, notamment en raison des effets statistiques qui pousseront le taux d’inflation à la hausse dans les mois à venir et lieront les mains de la Fed. Un calendrier reporté et un taux neutre plus élevé aplaniraient le cycle de baisse des taux, un scénario auquel ni le marché des taux américains, ni le dollar ne sont entièrement préparés.

Prévisions médianes des taux: la Fed reconnaîtra-t-elle la nouvelle réalité?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire

Remise en question pour la Banque d’Angleterre

Remise en question pour la Banque d’Angleterre