122256172
122256172

Des chocs d’offre soutiennent l’économie américaine

Les marchés

La vigueur du marché du travail américain ne cesse de surprendre les observateurs. En janvier, le nombre d’emplois a augmenté de 353 000, soit près du double du consensus du marché. De plus, la croissance des deux derniers mois de 2023 a été revue à la hausse de 126 000 unités. Quant au taux de chômage, il se maintient au faible niveau de 3,7%. La tension sur le marché du travail s’est également reflétée dans les chiffres de croissance salariale de janvier: elle atteint +0,6% en base mensuelle et +4,5% en glissement annuel.

L’inflation reste faible

L’on pourrait s’attendre à ce que la pénurie persistante sur le marché du travail entraîne une résurgence de l’inflation. Mais pour l’instant, c’est tout le contraire: ces 6 derniers mois, l’inflation PCE (l’indicateur le plus important pour la Fed) a progressé de 2% en base annuelle, ce qui correspond exactement à son objectif. Comment expliquer cela?

La productivité du travail apporte un premier élément de réponse. Au T4 2023, elle a augmenté de 2,7% par rapport au T4 2022, un revirement marqué par rapport au taux négatif de l’année précédente. Grâce à cette belle évolution, les coûts de main-d’œuvre par unité de production sont restés sous contrôle (+2,3% en glissement annuel), ce qui a un impact positif sur le taux d’inflation. Mais à quoi est due cette forte hausse de la productivité? L’on peut citer l’assouplissement de la chaîne d’approvisionnement (un phénomène temporaire), ou encore les derniers développements en matière d’IA: à cet égard, les entreprises américaines (et particulièrement les ‘Magnificent 7‘: Meta, Amazon, Apple, Alphabet, Microsoft, Tesla, Nvidia) ont une longueur d’avance. Cependant, il est difficile de dire dans quelle mesure le taux de productivité en bénéficie à ce stade.

Une autre explication peut résider dans la hausse des flux migratoires. Celle-ci est due à l’instabilité croissante en Amérique du Sud, mais aussi à la quasi-certitude pour les migrants de trouver du travail (voir graphique). En effet, il y a toujours près de deux fois plus de postes vacants que de demandeurs d’emploi sur le marché du travail américain. Ainsi, les flux migratoires ont déjà fait diminuer le nombre de postes vacants (de -19,6% en glissement annuel). Ils tempèrent aussi le nombre de métiers en pénurie et la croissance salariale.

Vers le scénario ‘Boucles d’or’ en 2024?

Ces deux chocs d’offre positifs continueront-ils à faire effet en 2024? Avec la situation dans le canal de Suez et la sécheresse dans le canal de Panama, des chocs d’offre négatifs se profilent. C’est aussi une année électorale et le président Biden s’efforcera de contrôler plus étroitement les flux migratoires. Enfin, l’impact à moyen terme de l’IA sur la croissance de la productivité du travail est loin d’être clair. Notons aussi un signe de faiblesse dans le rapport sur le marché de l’emploi: en janvier, la moyenne des heures de travail hebdomadaires est tombée de 34,3 à 34,1, ce qui aura un impact négatif sur la capacité de production. Le fameux scénario ‘Boucles d’or’ (forte croissance, inflation faible) n’est donc pas couru d’avance pour 2024.

États-Unis, population active – personnes nées à l’étranger (nombre de personnes en millions)

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Quid des réserves de change russes gelées ?

Quid des réserves de change russes gelées ?

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

Ce n’est pas juste?!

Ce n’est pas juste?!

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?