Franc suisse : taux bas, devise forte

Les marchés

L’économie suisse a progressé de 0,3 % en glissement trimestriel au troisième trimestre, après une révision à la baisse du taux pour le deuxième trimeste à -0,1 %. Les chiffres trimestriels ne disent pas tout, mais outre une croissance (modeste) de la consommation privée (+0,2 % en glissement trimestriel) et des dépenses publiques (+0,5 %), les exportations nettes ont de nouveau aussi apporté une contribution positive. La vigueur du franc constitue ici rarement un obstacle. Vous trouverez ci-dessous quelques réflexions à propos de la politique monétaire et politique de change de la Suisse.

La banque centrale suisse (BNS) est l’une des dernières représentantes d'une vieille tradition ayant pour modèle l’ancienne Bundesbank. La philosophie de la SNB va à contre-courant de l’idée générale selon laquelle une monnaie faible contribue à la croissance et aux exportations. Si les coûts intérieurs sont mieux maîtrisés que chez les concurrents et que les augmentations salariales suivent la croissance de la productivité, il n'y a aucun problème à ce que votre devise affiche une tendance haussière. Cela n’affecte en rien votre compétitivité. Et ce n'est pas tout. L’amélioration structurelle des termes de l'échange profite également au pouvoir d’achat. L’inflation importée reste faible. Jusqu’avant le coronavirus, une inflation aussi faible était généralement considérée comme négative. L’expérience suisse de ces trois dernières années montre autre chose. La hausse tendancielle du franc a tempéré l’inflation importée. À titre d’illustration : après avoir brièvement grimpé à 3,5 % l’année dernière,  l’inflation suisse est aujourd'hui retombée à 1,7 %. La BNS situe également la stabilité des prix entre 0 et 2 %. Pour parvenir à ce résultat, la SNB a relevé son taux directeur de -0,75 % à 1,75 %. Aucun exemple ne nous vient directement à l'esprit d'un autre pays qui, dans le cycle monétaire actuel, s'en est sorti avec un relèvement de taux de 2,5 % pour ramener l’inflation dans la zone cible. Un taux réel limité suffit pour garder le franc fort. Un bel exemple des avantages de l’ancrage des anticipations d'inflation. La SNB prévient néamoins qu’elle pourrait continuer à relever les taux si nécessaire et qu'elle interviendra si le franc s’affaiblit trop fortement. Comme vous le savez, cela pourrait stimuler l’inflation (importé) ! La conclusion reste limpide : le franc suisse est et reste une monnaie orientée à la hausse.

Tout est naturellement relatif. Plusieurs indicateurs du pouvoir d’achat de la monnaie montrent que le franc est plutôt surévalué aux niveaux actuels. Depuis le début de la dernière tendance haussière début 2018, la monnaie suisse a pris environ 25 % par rapport à l’euro. Outre les facteurs purement économiques, cette appréciation est également due à des facteurs tels que le sentiment vis-à-vis du risque. Pour vraiment jouer un rôle de valeur refuge au niveau mondial, le franc est trop petit et trop peu liquide. Si la monnaie suisse a encore un rôle à jouer en tant que valeur refuge temporaire, c’est probablement surtout lors des périodes de tensions monétaires internes au sein de l’UEM, comme par exemple en cas de creusement des spreads intra-UEM (ex. : Italie). Ce thème pourrait de nouveau être d"actualité si la BCE décide de réduire son portefeuille d’obligations PEPP l’année prochaine. À court terme, la paire EUR/CHF pourrait encore évoluer un moment entre 0,94 et la parité. La BNS est vraisemblablement prête à voir le cours dans le haut de cette fourchette. Dans un contexte de faible croissance et d’inflation sous contrôle, la SNB n’a pas non plus besoin d’un cours inférieur aux planchers de cette année et de l’année dernière (EUR/CHF 0,94). Ces derniers jours, nous avons toutefois constaté que le franc a profité de la forte baisse des taux (réels) dans les grands pays. Peut-être que la SNB sera-t-elle encore bien placée l’année prochaine pour abaisser relativement rapidement ses taux, malgré la faiblesse des taux d’intérêt absolus/réels. 
 

EUR/CHF : franc orienté à la hausse, malgré la faiblesse des taux.  

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Quid des réserves de change russes gelées ?

Quid des réserves de change russes gelées ?

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

Ce n’est pas juste?!

Ce n’est pas juste?!

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?