766880638
766880638

La Banque d’Angleterre réussit là où d’autres ont échoué

Les marchés

Vendredi dernier, suite à la publication de l’indice de confiance ISM de l’industrie manufacturière et à la dernière intervention du président de la Fed Powell, la dynamique asymétrique du marché a une nouvelle fois été mise en relief. Pour l’instant, l’enquête ISM n’indique pas une grande amélioration dans l’industrie manufacturière en berne. Le recul un peu plus lent que prévu des nouvelles commandes n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois: la diminution de la production effective s’est accélérée et la perte d’emplois s’est poursuivie. Quant aux taux américains, ils ont à nouveau perdu jusqu’à 15 points de base sur des échéances de 2 à 7 ans. Pour l’heure, Powell a beau essayer de mettre fin à la spéculation sur des abaissements de taux anticipés, il prêche dans le désert…

Dans le tumulte des corrections de marché, la plupart des observateurs ont négligé l’offensive rondement menée de la Banque d’Angleterre. La semaine dernière, elle a réussi là où d’autres ont échoué: elle a su convaincre le marché que des abaissements de taux (au Royaume-Uni) ne sont pas pour tout de suite. Les investisseurs ne s’attendent pas à un premier assouplissement, de 25 points de base, avant août 2024. Aux États-Unis et en Europe, de tels abaissements sont respectivement projetés dès mai et avril, voire en mars. L’économiste en chef de la Banque d’Angleterre, Huw Pill, a lancé la contre-offensive dans le journal britannique Financial Times: pour lui, la persévérance est actuellement la vertu cardinale des banquiers centraux. À savoir: la persévérance dans une politique monétaire restrictive, qui permettra de refroidir toutes les composantes de l’inflation. Le président de la BoE, Bailey, a rapidement abondé dans son sens. Il a souligné qu’il était encore trop tôt pour envisager de premières discussions sur un éventuel abaissement des taux. Jonathan Haskel, qui plaidait déjà en faveur d’un relèvement à 5,5% en septembre et en novembre, a réitéré le mantra des taux plus élevés pendant plus longtemps, eu égard à la normalisation très lente d’un marché du travail qui n’a jamais été aussi serré. Même David Ramsden, qui se rangeait jusqu’à présent dans le camp majoritaire des défenseurs du statu quo, a renchéri. Dans le secteur des services britannique, très gourmand en main-d’œuvre, l’inflation salariale s’élève toujours en moyenne à plus de 7%. Et comme la hausse des salaires est un moteur de l’inflation, Ramsden craint qu’il ne soit particulièrement difficile de ramener l’inflation vers l’objectif de 2% l’année prochaine. Enfin, Megan Greene, qui était déjà dans le camp minoritaire des partisans d’un taux directeur plus élevé lors des deux réunions précédentes, a invoqué l’argument d’un taux neutre plus élevé. Selon ce point de vue, la politique monétaire est en réalité moins serrée que le taux directeur de 5,25% ne le laisse penser.

Bien que les médias n’y aient pas accordé beaucoup d’attention, les marchés ont progressivement intégré les signaux de la BoE. Depuis le week-end de Thanksgiving (qui marque le début de l’accélération mondiale de la correction), le taux britannique à 2 ans n’a baissé que de 2 points de base. Par contraste, aux États-Unis et en Europe, les pertes encourues sur cette période s’élèvent respectivement à 30 et 35 points de base. À l’extrémité longue de la courbe, les taux britanniques ont même légèrement augmenté (+3 pb), tandis qu’ils ont dégringolé de 15 et 19 pb outre-Atlantique et en Europe. Cette dynamique des taux sous-jacente explique en grande partie la vigueur de la livre sterling. Sur la même période de référence, le cours EUR/GBP est retombé de 0,8750 à 0,8550, demeurant ainsi prisonnier de la fourchette dominante des six derniers mois. Nous identifions un niveau de support important (planchers annuels) autour de EUR/GBP 0,85. Il ne reste plus à la Banque d’Angleterre qu’à tenir ses promesses la semaine prochaine… ce qui n’a pas toujours été le cas par le passé.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

 

EUR/GBP: le soutien des taux inattendu de la BoE évite à la livre des pertes techniques consécutives 

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Quid des réserves de change russes gelées ?

Quid des réserves de change russes gelées ?

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

L’Europe sort de l'impasse, lestée par l'Allemagne

Ce n’est pas juste?!

Ce n’est pas juste?!

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?

La Riksbank en route pour la première baisse des taux ?