Il y a inchangé et inchangé

Les marchés

Hier, la banque centrale norvégienne (Norges Bank ou NB) et la banque centrale turque (CBRT) ont toutes les deux laissé leurs taux inchangés. Cette décision était attendue dans les deux cas. Mais les parallèles s’arrêtent là. En termes d’orthodoxie, la NB et la CBRT se trouvent pratiquement aux deux extrêmes du spectre monétaire.

Honneur à la NB, qui offre un exemple de prévisibilité. Le début du cycle de resserrement en septembre et son prolongement en décember (0,50 %) avaient été clairement annoncés. Hier, la banque a confirmé que tout était en place pour une nouvelle intervention en mars. L’explication est simple et logique. La reprise s’est poursuivie durant l’automne. L’activité a retrouvé un niveau supérieur à celui où elle se trouvait avant la pandémie. Le moteur tousse un peu à cause d’omicron, mais le chômage augmente moins que la NB ne l’avait craint. Un petit passage à vide donc. La reprise demeure intacte. L’inflation (5,3 %) progresse, surtout à cause des prix de l’énergie. Maisl’inflation de base(1,8 %) s’accélère aussi, en direction de l’objectif de la NB. Une raison suffisante pour poursuivre la normalisation de la politique monétaire. La banque va néanmoins agir par étapes. Dans son rapport de décembre, la NB table sur un taux directeur de 1,75 % à la fin de l’horizon de la politique (2024). La banque centrale assimile ce taux à un niveau neutre et aspire donc à un taux réel proche de 0,0 % (selon l'inflation CPI-ATE sous-jacente). Les risques d'accélération de l'inflation, également due à la hausse des salaires, pourraient éventuellement déboucher sur des taux légèrement plus élevés, mais la couronne ne deviendra certainement pas une devise à haut rendement. Autre point qui mérite d'être signalé : la NB est restée évasive en ce qui concerne l'appréciation de l'or noir et de la couronne.

Les fondamentaux économiques et l'approche cohérente de la NB jouent en faveur de la couronne, même si la stratégie de la banque est déjà en grande partie intégrée dans le cours de la devise.  À court terme, l'évolution de la couronne sera surtout dictée par les fluctuations du pétrole et du sentiment vis-à-vis du risque. Le cours EUR/NOK a passé le cap de 10, pas à cause du communiqué de la Norges Bank, mais bien à cause de la correction de l'or noir. Dans un environnement économique et un contexte de marché constructifs, la couronne pourrait encore gagner du terrain, mais probablement à un rythme nettement plus lent que l'année passée. Sur le plan technique, un premier niveau de résistance se situe à EUR/NOK 9.90. Le plancher de l'année passée se trouve à 9,65. Une barre qui reste probablement élevée.

À l'autre bout du spectre monétaire, la CBRT a maintenu son taux directeur à 14 %. La décision était certes attendue, mais avec la banque centrale turque, on ne sait jamais. Cela constitue au moins une pause dans la mise en œuvre de la politique non conventionnelle de l'Erdoganomics que le président turc impose à la banque centrale et dans le cadre de laquelle il estime que ce ne sont pas des taux plus hauts, mais bien des taux plus bas qui permettent de tempérer l'inflation. Après un assouplissement de 500 pb au total, le taux directeur réel est aujourd'hui extrêmement négatif (14 % - 36 % d'inflation = -22 % !!!). La CBRT affirme que la base pour un ralentissement de l'inflation a été posée et place désormais la priorité sur la stabilisation de la livre. Cela pourrait signifier que la banque fera preuve d'un peu plus de prudence par rapport à d'éventuelles nouvelles baisses de taux. La CBRT (et le gouvernement) va néanmoins continuer à miser surtout sur des mesures alternatives pour soutenir la monnaie, notamment en rendant la détention d'actifs en TRY (plus) attrayante pour les entreprises et les particuliers turcs. Ainsi, une loi prévoyant d'exonérer d'impôts les entreprises turques sur les bénéfices qui proviennent de la conversion de devises étrangères en TRY a encore été annoncée ce matin. Cela ne résoudra évidemment pas le problème des taux réels extrêmement négatifs. Malgré sa récente consolidation (à un niveau très faible), la livre demeure fondamentalement très vulnérable, surtout, par exemple, en cas de regain (passager) généralisé de la volatilité sur les marchés. 

EUR/NOK : la couronne est (pour le moment) plus sensible à l'évolution du pétrole qu'à la politique de la NB.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Hausse des taux: un défi supplémentaire pour le budget

Hausse des taux: un défi supplémentaire pour le budget

CNB : nouveaux patrons, nouvelles règles ?

CNB : nouveaux patrons, nouvelles règles ?

Des craintes inflationnistes à la panique autour de la croissance ?

Des craintes inflationnistes à la panique autour de la croissance ?

Le Brexit revient sur le tapis

Le Brexit revient sur le tapis