Le projet de réduction progressive du bilan de la Fed prend forme

Les marchés

Cette année, la banque centrale américaine met le monde en demeure. La semaine dernière, le procès-verbal de la réunion de décembre a donné le coup d’envoi d’une campagne de communication axée sur le resserrement de la politique monétaire, qui commencera par une réduction accélérée des achats nets d’obligations. Nous lisons aussi des arguments en faveur d’un début précoce du cycle de resserrement (en mars) et de davantage de relèvements des taux d’intérêt cette année (4). Enfin, la réduction du bilan pourrait être entamée rapidement (au mois de juin?). C’est ce dernier pilier que nous examinons aujourd’hui.

En achetant des obligations, la Fed fournit de l’oxygène – sous la forme de liquidités – au marché. Depuis le début de la pandémie, le total du bilan de la banque centrale américaine a doublé, atteignant environ 8 800 milliards de dollars. La vision de la Fed, sur la base des derniers événements, est que ces liquidités excédentaires sont exagérées dans le contexte économique actuel (croissance à niveau, inflation colossale, marché du travail serré). Elle propose dès lors une normalisation du bilan, même indépendamment d’un resserrement du cycle des taux, en guise d’antidote contre l’inflation. Jusqu’à présent (jusqu’à hier), les membres de la banque centrale américaine s’exprimaient plutôt en termes généraux, estimant que la réduction progressive du bilan pourrait commencer “peu de temps” après le cycle des taux.

Le président de la Fed d’Atlanta, Bostic, est le premier à présenter une proposition concrète. Si cela ne dépendait que de lui, la réduction progressive (ne plus réinvestir les moyens libérés par les obligations à l’échéance dans de nouvelles obligations) commencerait peu après le premier relèvement des taux d’intérêt et se poursuivrait à un rythme d’au moins 100 milliards de dollars par mois. Bostic estime qu’au total, le bilan peut facilement être réduit de 1 500 milliards de dollars (17% du total de l’actif) sans entraîner de contraction. Il prône dès lors une intervention rapide et agressive pour ne pas laisser passer l’occasion d’agir. Le contraste avec l’épisode de démantèlement précédent ne saurait être plus prononcé: à l’époque, la Fed avait laissé s’écouler près de deux ans entre le premier relèvement des taux d’intérêt et le début d’une réduction progressive. Elle avait commencé fin 2017 à 10 milliards de dollars par mois, pour accélérer progressivement à 50 milliards de dollars par mois et y mettre abruptement fin en été 2019. Au cours de cette opération, le total du bilan s’est contracté d’un peu plus de 600 milliards de dollars (13% du total de l’actif de l’époque).

La présidente de la Fed de Kansas City, George, a donné un autre argument en faveur de la normalisation rapide du total du bilan. Elle ne veut pas que le début du cycle des taux freine la reprise économique avec une courbe des taux plus plate. En effet, le ralentissement de la plus grande vague d’émission d’obligations d’État américaines pourrait faire se raidir à nouveau la courbe des taux. C’est aussi l’avis du marché. Depuis la semaine dernière, la tendance à l’aplanissement de la courbe des taux américaine a pris fin: le différentiel d’intérêt entre 2 et 10 ans est brièvement passé de 75 points de base à près de 90 points de base. Un mouvement récemment interrompu, car le taux à 10 ans se heurte à un niveau de résistance technique proche de 1,78% (sommet de relance de 2021). Une gare intermédiaire, pas un terminus…

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Le taux américain à 10 ans teste son sommet de relance autour de 1,78%

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La croissance chinoise ralentit, la PBOC abaisse les taux

La croissance chinoise ralentit, la PBOC abaisse les taux

Le dollar cherche son souffle

Le dollar cherche son souffle

Reprise vigoureuse sur les marchés du travail

Reprise vigoureuse sur les marchés du travail

Le FMI exhorte les marchés émergents à agir

Le FMI exhorte les marchés émergents à agir