Un accord commercial pour vous contredire ?

Les marchés

Après plus de huit années et une trentaine de cycles de négociations multilatérales, l'heure a enfin sonné. Ce 1er janvier 2022 est entré en vigueur le Partenariat régional économique global ("Regional Comprehensive Economic Partnership" ou RCEP), l’un des plus grands accords de libre-échange jamais signés. Il s’agit d’un accord conclu entre quinze pays asiatiques, qui représentent ensemble un tiers de la population mondiale et du PIB mondial. Ce "bloc commercial en devenir" a sa place dans la cour des grands : en termes de PIB, il dépasse les zones de libre-échange de l’Espace économique européen (EEE) et de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

Cet accord est non seulement remarquable par sa taille, mais il l'est aussi par sa diversité. Parmi les quinze pays signataires, on trouve aussi bien des grands que des petits pays, des riches et des pauvres. Le fait que la Chine, le Japon et la Corée du Sud signent un accord de libre-échange peut en outre déjà être qualifié d’historique et montre que l’Asie souhaite poursuivre sur la voie de l’intégration régionale.

L’accord lui-même est moins ambitieux. Il vise en premier lieu à éliminer les obstacles commerciaux internes (90 % des droits de douane), en particulier pour les produits finis. L’agriculture et certaines parties du secteur des services ne sont pas concernés, ou uniquement partiellement. Les analystes s’attendent à ce que cet accord stimule encore davantage le commerce régional en Asie et, à terme, à ce qu’il entraîne une plus grande intégration et un renforcement des chaînes d’approvisionnement sur le continent. Contrairement à d’autres accords commerciaux, le RCEP ne prévoit aucune norme minimale en ce qui concerne les conditions de travail, la protection de l’environnement ou les droits de l’homme.

Le RCEP présente un énorme potentiel économique. Des simulations réalisées par le Peterson Institute for International Economics (PIEE) pointent d’importants gains d’efficacité grâce à une meilleure utilisation des facteurs de production, de la technologie et des matières premières. Le PIEE évalue l'impact positif sur le PIB mondial à environ 200 milliards de dollars, alors que le commerce international devrait augmenter d’environ 500 milliards de dollars. L'accord ne profitera pas à tous les pays de la même manière. En effet, les accords commerciaux préférentiels ont pour effet de créer des échanges, mais aussi de les dévier. Les échanges à l’intérieur du bloc augmentent, mais ceux qui viennent de l'extérieur ont plutôt tendance à diminuer. Les membres de cette nouvelle zone, comme le Japon, la Chine et l’Australie, sont donc les grands gagnants, alors que les pays qui n'en font pas partie, comme les États-Unis et l’UE ou l’Inde (qui s’est retirée des négociations au dernier moment) sont les perdants. L’absence de l’Inde peut certainement être considérée comme une occasion manquée pour le RCEP.

Mais la principale conclusion qui s’impose de plus en plus est que la division orwellienne du monde devient de plus en plus une réalité, du moins en ce qui concerne le commerce. Sur le plan géopolitique, le grand gagnant du RCEP est la Chine, qui, en l’absence de l’Inde, s'imposera comme le pion majeur de ce nouveau bloc de libre-échange en devenir.

Hans Dewachter, KBC Group Chief Economist

Chine : balance commerciale en milliards de dollars.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

De l'intérêt de laisser des portes ouvertes...

De l'intérêt de laisser des portes ouvertes...

Intervention d'urgence de la Banque

Intervention d'urgence de la Banque

La banque centrale japonaise continue à faire bande à part

La banque centrale japonaise continue à faire bande à part

Un bilan intermédiaire

Un bilan intermédiaire