Une véritable ménagerie

Les marchés

Après la banque centrale néo-zélandaise, la Riksbank suédoise a tenté hier de stopper les lemmings. Les faucons sont toujours aux commandes et le taux directeur a été relevé de 75 points de base, de 1,75 % à 2,5 %,son niveau le plus élevé depuis 2008. Dans les nouvelles prévisions trimestrielles, le pic attendu du taux directeur se situe entre 2,75 % et 3 %, contre 2,5 % en septembre. En outre, la banque centrale s’attend à ce que le taux se stabilise à ce niveau sur l’ensemble de l’horizon de politique (jusque fin 2025). Ménager la chèvre et le chou aujourd'hui équivaudrait à introduire une cheval de Troie. La banque centrale risquerait en effet de devoir par la suite déployer encore plus d’efforts, qui laisseront des traces encore plus importantes sur l'économie. Les banquiers centraux ont arrêté leur politique de l’autruche vis-à-vis de l'inflation depuis des mois. Mais le marché reste sourd comme une taupe. Et comme toujours, il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

L’inflation fait tourner la banque centrale en bourrique. Celle-ci est toujours trop élevée, sape le pouvoir d’achat et remet en question les projets d’investissement futurs. Raison pour laquelle les taux d’intérêt devront rester élevés pendant longtemps. Un remède de cheval qui figure en gros caractères dans le paragraphe d’introduction de la déclaration de politique. La Riksbank a relevé ses prévisions d’inflation pour l’année prochaine et 2024 respectivement de 8,5 % à 9,3 % et 2,2 % à 3 %. Les prévisions préliminaires tablent sur 2,4 % en moyenne pour 2025 et sur 2,2 % pour fin 2025. Malgré un taux directeur attendu de 3 % sur l’ensemble de l’horizon de politique, l’inflation ne descendra pas sous l’objectif de 2 %. Un pronostic qui donne le cafard à certains. Le risque est que la banque centrale doive encore redoubler d'efforts. Elle sait que cela se fera au détriment de la croissance, mais elle assume. Pour l’année prochaine, la Riksbank s’attend à une contraction économique de -1,2 % (contre -0,7 % en septembre), suivie d'une maigre reprise de 1 % en 2024 (contre 1,1 %). Le taux de chômage grimpera à 8,3%.
Le marché reste sourd comme une taupe et ne veut pas entendre le message des banquiers centraux. Le concept "plus haut pour plus longtemps" lui donne la chair de poule. Dans la plupart des pays, le marché des baisses de taux à partir du second semestre de 2023 ! Un pari étrange. Nous reconnaissons que les taux corrigeront à la baisse, mais nous ne hurlons pour le moment pas avec les loups et misons sur un nouveau mouvement haussier. Celle-ci n’aura probablement lieu qu’après les dernières réunions de politique de la BCE et de la Fed (nouvelles prévisions de croissance et d’inflation) et la période illiquide de fin d’année, même si plusieurs banquiers centraux ont déjà un peu pris le taureau par les cornes cette semaine.

Ai-je misé sur le bon cheval ?! Lors des réceptions de nouvel an, vous me reconnaîtrez rapidement. Fier comme un paon ou doux comme un agneau.

EUR/SEK : La couronne suédoise quitte ses plus bas de l'année

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Une semaine attendue avec impatience…

Une semaine attendue avec impatience…

La MNB résiste à la tentation

La MNB résiste à la tentation

De l'espoir d'un gain à la certitude d'une perte

De l'espoir d'un gain à la certitude d'une perte

PMI : pas de récession ; pression persistante sur les prix

PMI : pas de récession ; pression persistante sur les prix