Recul du dollar et des taux après les PMI américains

Les marchés

S&P Global a publié les PMI pour le mois de novembre hier. Cet important baromètre conjoncturel reçoit aujourd’hui l’attention qu’il mérite. Mais contrairement aux habitudes, nous ne nous concentrerons pas sur l’Europe, dont vous trouverez les informations essentielles ici, mais bien sur les États-Unis.

Aux États-Unis, la confiance des entreprises est sondée par deux indicateurs : les PMI et les ISM. Les deux baromètres évaluent la même chose, mais n'ont pas le même mode de calcul ni le même groupe cible. Les ISM sont avec le temps devenus la référence et ont relégué les données des PMI au second plan. Mais la situation a changé. La série relative au secteur des services s’est encore repliée, à 46,1. Un chiffre inférieur à 50 est synonyme de contraction économique. Contre toute attente, l’industrie manufacturière a rejoint le secteur des services en dessous de ce seuil, passant 50,4 à 47,6. Par conséquent, la série dans son ensemble reste, pour le cinquième mois consécutif, sous la barre des 50 (46,3). L’inflation élevée, les incertitudes et la hausse des taux d’intérêt pèsent sur l’activité. Les carnets de commandes diminuent à un rythme inédit depuis 2009, période de pandémie mise à part. Les commandes existantes sont donc traitées beaucoup plus facilement, aidées notamment par une amélioration au niveau des approvisionnements en pièces et en matières premières. Un fléchissement de la demande provoque une baisse de la production, qui entraîne un recul de la demande de main-d'œuvre. Les emplois n'ont quasiment pas progressé aux États-Unis en novembre. Sur la base de ces chiffres, S&P Global prévoit une contraction de 1 % en glissement trimestriel (annualisée) au cours du trimestre en cours.

Sur le plan de l’inflation, la croissance des coûts de production des entreprises ralentit pour le sixième mois consécutif. Cette tendance se traduit, par exemple, par une baisse de l’inflation des prix à la production (IPP) depuis mars. Cela se répercute aussi sur les prix de vente. Ici et là, les entreprises appliquent des ristournes dans le but d'attirer des consommateurs devenus plus réticents, comme en atteste d'ailleurs l’université du Michigan. Dans son enquête mensuelle, celle-ci montre en effet que la confiance des consommateurs flirte avec des planchers historiques. Plus de la moitié des personnes interrogées estiment que la croissance des salaires ne suffira pas à compenser l’inflation l’année prochaine.

L’inflation américaine, pourtant légèrement plus lente que prévu en octobre, a brisé la dynamique du dollar et des taux d’intérêt plus tôt dans le mois. Si l'on en croit le marché, le taux directeur de la Fed culminera à 5 % et les premières baisses de taux suivront dès l’année prochaine, malgré de nombreuses interventions verbales. Et le marché cherche une confirmation dans des chiffres tels que ceux parus hier. Une lecture sélective du procès-verbal de la dernière réunion de politique de la Fed est venue compléter l’analyse un peu plus tard. Les taux américains ont perdu jusqu’à 10 points de base sur fond de baisse de la liquidité à la veille de la Thanksgiving, jour où les marchés américains ferment leurs portes. Le dollar a encaissé le coup. Le cours EUR/USD s’est rapproché de ses récents sommets autour de 1,04. Aujourd’hui, la paire de devises poursuit sur la même lancée. La Fed aura l'occasion de rappeler formellement à l’ordre le marché, qui va selon nous trop loin dans ses anticipations, lors de sa réunion de politique du 14 décembre. Mercredi prochain, le président Jerome Powell aura dans l'intervalle la possibilité de recadrer quelque peu les attentes. Il faudrait donc peut-être entourer la date du 30 novembre dans l'agenda.

Le cours EUR/USD teste de récents sommets. La correction du dollar se poursuit pour le moment.

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Une semaine attendue avec impatience…

Une semaine attendue avec impatience…

La MNB résiste à la tentation

La MNB résiste à la tentation

De l'espoir d'un gain à la certitude d'une perte

De l'espoir d'un gain à la certitude d'une perte

PMI : pas de récession ; pression persistante sur les prix

PMI : pas de récession ; pression persistante sur les prix