Les PMI: attendre la lumière au bout du tunnel

Les marchés

À la fin du mois, le moment est venu de prendre la température économique avec les indicateurs de confiance PMI. Depuis quelques mois, ce thermomètre est dans le rouge en Europe: depuis juillet, l’indice PMI S&P Global de l’activité générale dans l’UEM est tombé sous le niveau de 50, le seuil qui sépare la croissance de la contraction. Et le mois dernier, cette évolution est allée de pair avec une accélération de la pression à la hausse sur les prix.

Les tendances des derniers mois se poursuivent malheureusement en octobre, bien qu’avec quelques nouveaux accents. L’indice (composite) de l’output poursuit sa descente en deçà de 50, à 47,1 (de 48,1), un score pire que prévu/espéré par le marché. L’industrie manufacturière (intensément énergivore) surtout se porte mal (baisse de 48,4 à 46,6), mais le secteur des services non plus ne profite plus depuis longtemps de la reprise due aux réouvertures post-Covid (48,2 de 48,8). Si l’on fait abstraction du revers brutal au début de la crise du coronavirus, les deux indices atteignent respectivement des planchers inédits depuis juillet 2012 et septembre 2013. Au niveau sectoriel, l’indice S&P Global fait état de petites enclaves de croissance dans les secteurs technologique, des services industriels et pharmaceutique. Ce sont surtout le secteur chimique et l’industrie du plastique, mais aussi celui des biens de consommation de base, qui sont durement touchés.

Les commandes de biens et de services se contractent pour le quatrième mois consécutif. L’activité économique se fonde donc principalement sur le traitement des carnets de commande actuels, qui diminuent dangereusement. Bien que certaines composantes de la production soient toujours en pénurie, un indicateur du ralentissement des chaînes d’approvisionnement est retombé à son niveau le plus bas en deux ans. Cela freine quelque peu les tensions sur les prix, mais cela ne suffit évidemment pas à compenser les coûts énergétiques toujours élevés et la hausse des salaires, que les entreprises répercutent de plus en plus. De ce fait, l’inflation des outputs se maintient à des niveaux jamais vus avant la pandémie (depuis le début en 2002). L’on peut cependant noter une amélioration marginale par rapport à septembre. Malgré la situation, les entreprises de l’industrie manufacturière et du secteur des services continuent à engager plus de personnel. Cela dit, le rythme ralentit considérablement et certaines entreprises réduisent leur nombre de postes ou sont réticentes à recruter. Jusqu’à nouvel ordre, elles ne s’attendent pas à une amélioration l’année prochaine.

Parmi les deux pays de l’UEM pour lesquels des chiffres individuels ont été publiés, la France se porte relativement bien. L’indicateur général se situe pile au point de basculement entre croissance et contraction (50). La croissance dans le secteur des services compense encore tout juste le recul de l’activité dans l’industrie manufacturière. En revanche, en Allemagne, le recul de l’activité se poursuit et s’accélère tant dans l’industrie manufacturière (45,7) que dans le secteur des services (44,9 à partir de 45,0).

Cette fois encore, les indicateurs PMI de l’UEM ne sont pas très encourageants. Mais dans la mesure où les prix élevés de l’énergie, y compris du gaz, sont un facteur important dans la crise énergétique européenne, soulignons la petite bonne nouvelle de ce matin: pour la première fois depuis le mois de juin, le contrat de référence du gaz néerlandais a diminué à 100 €/MWh. Tout est bon à prendre…

Contrat de référence du gaz néerlandais: retour à 100 €/MWh

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

La MNB en revient à la prudence

La MNB en revient à la prudence

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

Les PMI pointent une accélération de la croissance et de l’inflation dans l'UEM

La livre en chute libre

La livre en chute libre

Pas de Brexit monétaire

Pas de Brexit monétaire