De l'intérêt de laisser des portes ouvertes...

Les marchés

Tant la Fed que la BCE, la Banque d’Angleterre ou les marchés cherchent toujours à savoir jusqu'où les taux d’intérêt doivent grimper pour contenir l’inflation. Les banques centrales qui avaient pris les devants, comme en Tchéquie (CNB), en Hongrie (MNB) ou en Pologne (NBP), commencent doucement à penser qu'elles en ont fait assez pour ramener "à terme"  l’inflation vers son ’objectif. Le marché n’en est en revanche pas encore convaincu Une approche tactique s'impose donc. Les réunions de politique de la MNB et de la CNB ont montré qu’il était encore trop tôt pour placer le marché devant le fait accompli.

Hier, la CNB a maintenu son taux directeur à 7 % pour la deuxième fois consécutive. Après la mise en place de la nouvelle équipe en août, la majorité des membres du comité de politique, dirigé par le gouverneur Aleš Michl, ont expliqué qu’ils ne voulaient pas freiner inutilement l’économie. Deux partisans de la ligne dure ont tout de même voté en faveur d’un relèvement de 75 points de base. L’inflation tchèque a « ralenti » en août à 17,2 % en glissement annuel, mais elle pourrait grimper en direction de 20 % plus tard dans l’année. Ensuite, les pressions sur les prix devraient rapidement s'atténuer. La CNB espère un retour en direction de 2 % en 2024. Si la banque centrale préfère ne pas resserrer davantage ses taux, elle laisse tout de même la porte ouverte. Un ajustement à la hausse n'est pas exclu en cas d’accélération des hausses salariales ou d’une politique fiscale plus généreuse. Face à l'équilibre tendu entre l’offre et la demande, il est également important pour le marché d’avoir la perspective d’un taux directeur réel positif. Si, comme la CNB le prévoit, l'inflation baisse rapidement l’année prochaine, c’est alors envisageable. Mais quoiqu’il arrive, la CNB souligne que les taux resteront élevés pendant relativement longtemps.

Une petite parenthèse s'impose ici. Y a-t-il une perspective (et si oui, quand) d’un taux directeur réel positif dans l’UEM si la BCE relève son taux directeur à environ 3 % l’année prochaine ? L’UEM n’est pas la Tchéquie ou la Hongrie, mais l’orientation du marché est claire...

Retour en Tchéquie. La réaction de la couronne est déjà encourageante. Le cours EUR/CZK est passé de 24,70 à 24,55 après la décision de la CNB. Les taux du marché monétaire intègrent encore un dernier relèvement au quatrième trimestre, mais pas plus.La CNB a visiblement trouvé un équilibre crédible. Quoiqu’il arrive, elle continuera de soutenir la devise en intervenant sur les taux de change si nécessaire. Jusqu’à présent, le niveau de EUR/CZK 24,70/75 était la ligne dans le sable (pas communiqué de manière  officielle).

Plus tôt cette semaine, la MNB hongroise a tenté une autre tactique. Elle a rehaussé son taux directeur plus fortement que prévu, de 125 points de base à 13 %, mais elle a en même temps formellement déclaré qu’il s’agissait du dernier relèvement. La MNB resserrera encore sa politique via de mesures visant à limiter les liquidités. En août, l’inflation générale s’élevait à 15,6 % et l’inflation de base à 19 %. La MNB reconnaît également qu’elle pourrait encore progresser dans les mois à venir, mais estime que l'objectif de 3,0 % +/- 1,0 % pourra être atteint au début de 2024.

Le marché hongrois est clairement moins rassuré que le marché tchèque. Hier, le forint est tombé à un nouveau plancher historique, au-dessus de EUR/HUF 420. Outre le fait que le marché n'est pas convaincu de la fin définitive du cycle des taux, la volatilité générale a également provoqué un regain de pression sur le HUF. La MNB ne dispose pas des mêmes réserves de change que son homologue tchèque. Et sa communication ferme et définitive sur la fin du cycle des taux risque de lui revenir au visage tel un boomerang, surtout si l'incertitude générale persiste sur le marché. La situation reste très instable pour le forint...

EUR/HUF: EUR/HUF : la "fin du cycle des taux" et l’incertitude générale poussent le forint à un nouveau plancher historique.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Une véritable ménagerie

Une véritable ménagerie

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

La RBNZ navigue à contre-courant

La RBNZ navigue à contre-courant

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?