Intervention d'urgence de la Banque

Les marchés

Pour la troisième fois en moins d’une semaine, nous consacrons ces colonnes au Royaume-Uni. Ce n'était plus arrivé depuis le Brexit. Les mouvements observés ces derniers jours sur les marchés financiers britanniques sont d'ailleurs aussi, voire plus, importants qu'à l'époque. Nous ne pouvions tout simplement pas passer à côté.

Vendredi dernier, le ministre des Finances britannique, Kwasi Kwarteng, a annoncé un plan de relance budgétaire extrêmement ambitieux financé par la dette. Cette nouvelle a été particulièrement mal digérée par les marchés britanniques. La livre s’est ainsi effondrée. Par rapport au dollar, la devise est même tombée à un plus bas absolu. En à peine trois jours, les rendements obligataires ont bondi de 100 à 120 points de base sur pratiquement toutes les échéances. Cela a déclenché des sonnettes d’alarme à la Banque d’Angleterre (BoE). Une crise systémique menaçait, avec une spirale auto-alimentée de flambée des taux mettant en péril la stabilité financière. La banque est donc intervenue. Jusqu’au 14 octobre inclus, la BoE achètera chaque jour jusqu’à 5 milliards de livres d’obligations d’État à long terme. Au total, les achats se monteront donc (potentiellement) à 65 milliards de livres. Par ailleurs, le début des ventes d'obligations, qui visent à réduire le portefeuille QE de 80 milliards de livres sur l'année à venir, a été postposé du 1er au 31 octobre. Combiner assouplissement quantitatif (QE) et relèvement des taux peut paraître farfelu. Ce n'est pas ce que pense la Banque d’Angleterre. Il s’agit d’une mesure visant à préserver la stabilité financière et le bon fonctionnement du marché.

Après l'annonce, nous avons assisté à la plus forte chute de taux jamais enregistrée : le taux à 30 ans britannique a plongé de 105 points de base , alors qu'il se trouvait encore à son niveau le plus élevé depuis 1998 plus tôt dans la journée. Sur les échéances entre 2 et 10 ans, les taux ont perdu entre 37 et 50 points de base. La livre s’est redressée, surtout vis-à-vis du dollar.

La décision de la BoE a aussi eu des répercussions sur les autres marchés dans leur ensemble. L’appétit pour le risque s’est renforcé, ce qui a été clairement visible sur les marchés des actions. L'indice EuroStoxx50 est passé de pertes de 2 % ou plus à un léger gain. Aux États-Unis, le S&P 500 a progressé d’environ 2 %. Les plus bas de l’année, enregistrés en juin et testés à plusieurs reprises ces derniers jours, n'ont donc pas été battus. Les taux allemands et américains ont perdu respectivement de 0 à 15 points de base et de 13 à 24 points de base. Outre la livre, l’euro s’est aussi redressé par rapport à la devise américaine. Le cours EUR/USD a trouvé un support dans la partie basse de 0,95, la limite inférieure de la fourchette de fluctuation qui prévaut sur la la paire de devises depuis une grande partie de 2022.

Dans une première réaction plutôt malheureuse après l’intervention d’urgence de la BoE, la Première ministre britannique Liz Truss continue de défendre bec et ongles l’agenda radical des réformes (fiscales). Cela met de nouveau les nerfs du marché à vif ce matin. L’intervention de la BoE pourrait néanmoins marquer le début d’une (courte) période de consolidation pour le dollar et sur les marchés des taux.La Banque d'Angleterre a été la première à baisser les bras dans le bras de fer avec le marché Ce dernier tirera peut-être des conclusions pour la BCE ou la Fed, par exemple. Après l"important rallye enregistré depuis le mois d’août, les échéances plus longues, en particulier, ne devraient pas nécessairement atteindre tout de suite de nouveaux sommets cycliques pluriannuels.

Les taux britanniques chutent de plus d’un point de pourcentage. Avec les compliments de la Banque d’Angleterre.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Ce document a été préparé par le desk KBC – Economic Markets et n'a pas été rédigé par le département Research.  Le desk est composé de Mathias Van der Jeugt, Peter Wuyts en Mathias Janssens, analysts  à KBC Bank N.V., entreprise réglementée par l'Autorité des marchés et des services financiers (FSMA). Ces recommandations de marché sont le résultat d'une analyse qualitative, dans laquelle il y a place pour l'expérience passée et les évaluations personnelles. Les avis sont basés sur les conditions actuelles du marché et peuvent être modifiés à tout moment. Les contributions les plus importantes proviennent de données accessibles au public, de nouvelles financières, de la politique économique et monétaire et d'analyses techniques actuelles. Le desk desk KBC – Economic Markets a fait des efforts raisonnables pour obtenir ces informations de sources qu'il considère comme fiables, mais le contenu de ce document a été préparé sans faire une analyse substantielle de ces sources. Aucune évaluation n'a été faite pour déterminer si ces informations sont appropriées ou non pour un investisseur particulier. Les avis sont nos avis actuels à la date indiquée sur ce document et peuvent différer des recommandations précédentes en raison de l'évolution des conditions du marché. Les auteurs ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité ou la valeur (commerciale ou autre) de ce document. De même, les auteurs ne sont pas responsables envers quiconque reçoit ce résumé de toute perte ou dommage (qu'il s'agisse d'un délit (y compris la négligence), d'une rupture de contrat, d'une violation de la loi ou d'autres obligations) résultant d'un acte ou d'une omission sur la base de ce contenu, ou de toute réclamation contre les auteurs concernant le contenu ou les informations contenues dans ce document. Toutes les opinions exprimées dans le présent document reflètent le jugement au moment de la préparation de l'examen et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Étant donné la nature de cet avis (lié à la monnaie et aux taux d'intérêt), il n'est généralement pas de nature spécifique.   Il n'y a donc aucune référence à un quelconque contrat de financement d'entreprise et il n'y a donc pas de vue d'ensemble sur 12 mois basée sur les différents avis. Ce document n'est valable que pour une période très limitée, en raison de l'évolution rapide des conditions du marché.

Publications liées

Une véritable ménagerie

Une véritable ménagerie

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

Recul du dollar et des taux après les PMI américains

La RBNZ navigue à contre-courant

La RBNZ navigue à contre-courant

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?

Dans quelle mesure les entreprises sont-elles résilientes ?